Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 06:46
Livres sur l'Europe

Voici une sélection de livres parus récemment sur l’Europe pour mieux comprendre les enjeux économiques, sociaux et pour entrevoir des solutions qui relanceraient l’Union européenne :

 

Joseph E. Stiglitz - L’Euro : Comment la monnaie unique menace l’avenir de l’Europe - Editions LLL.

Pour la première fois, Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, commet un livre sur la crise européenne et sur les impasses de l’euro comme monnaie unique. Comment en est-on arrivé à consacrer une monnaie conçue pour rapprocher les peuples et amener la prospérité et qui a fini par les diviser et plomber leur économie ? Un constat implacable de l’auteur qui propose également des solutions concrètes pour sortir de l’impasse.

 

Hubert Védrine - Sauver l’Europe ! - Edition Liana Lévi.

Avec une parole libre et sans détour, l'excellent Hubert Védrine analyse les ressorts de la crise de confiance dans l’Union européenne et développe des propositions claires pour la surmonter.

 

Jean Quatremer - Les salauds de l’Europe - Calman Levy.

Les salauds de l’Europe, ce sont à la fois les États, les maîtres de l’Union, qui ont trahi le rêve des pères fondateurs, et les démagogues qui essayent de faire croire qu’un retour vers le passé résoudrait tous les problèmes. Dans ce livre percutant, l’un des meilleurs spécialistes de l’Europe reprend un à un les arguments de ses opposants en démêlant le vrai du faux et rappelle que la construction communautaire, aussi perfectible soit-elle, reste la dernière utopie pacifiste d’une planète au bord de l’abîme.

 

Thomas Piketty et 3 autres auteurs - Pour un traité de démocratisation de l’Europe - Seuil.

Comment contenir le déferlement de la vague populiste qui risque de balayer nos démocraties ? Comment prévenir l'éclatement de l'Union européenne ? Pour en finir avec des politiques économiques disqualifiées, mettre l'austérité en minorité et lutter contre les inégalités, il est urgent de démocratiser le gouvernement de la zone euro.
Rédigé par une équipe pluridisciplinaire de juristes, politistes et économistes, repris par Benoît Hamon, le projet de traité, ici présenté et commenté, institue une Assemblée parlementaire de la zone euro permettant de promouvoir la justice fiscale et sociale.

 

Pierre Moscovici - S’il est minuit en Europe - Grasset.

C'est le livre d'un artisan et d'un partisan de l'Europe, excédé par la médiocrité politique, un livre « coup de gueule » contre ceux qui laissent dépérir la grande idée européenne. C'est aussi un plaidoyer pour ceux qui pensent qu’il faut redonner une chance à notre continent et au projet européen. Une contribution à la fois personnelle et politique, par un Européen de cœur, qui connaît intimement l'Europe et se bat pour qu'elle avance.

 

Céline Schoen - L’Europe des citoyens - Le Cherche-midi éditeur.

L'ONG L'Europe des citoyens, qui suit avec attention l'activité du Parlement européen à Bruxelles et à Strasbourg, a réuni quatre eurodéputés (Nathalie Griesbeck, Françoise Grossetête, Edouard Martin et Michèle Rivasi) à qui Céline Schoen, correspondante de presse et spécialiste des affaires européennes, a donné la parole. Ce travail prospectif, fruit de plusieurs mois d’échanges, a abouti à dix propositions concrètes pour enfin tracer une nouvelle feuille de route politique pour l’Europe.

 

Michel Aglietta et Nicolas Leron - La double démocratie - Seuil.

Le contexte historique actuel appelle un nouvel acte fondateur, comme le furent l’institution du marché commun ou la création de l’euro. Cet acte, les auteurs le situent dans un budget européen, avec sa double dimension d’élément constitutif d’un ordre politique et de fonction d’investisseur en dernier ressort pour recouvrer une croissance soutenable. Seul l’avènement d’une véritable puissance publique européenne peut permettre la revitalisation des démocraties nationales en desserrant l’étau réglementaire de l’UE. En concevant la possibilité d’un partage des responsabilités politiques entre ces deux niveaux, les auteurs envisagent la figure inédite d’une double démocratie.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Livres
commenter cet article
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 08:45
Un voyage musical euphorisant

Ce groupe britannique qui existe depuis 23 ans sort un magnifique huitième album, sur lequel il est impossible de ne pas ressentir l’envie irrésistible de bouger aux rythmes envoûtants de leur musique. Trois musiciens de Dreadzone sont issus du groupe Big Audio Dynamite créé en 1984 par l’ancien guitariste des Clash. Autrement dit, ils cumulent des influences et une expérience qui contribuent pleinement à la richesse de ce disque, sans compter le talent des trois autres membres du groupe. Parmi eux le chanteur jamaïcain Earl Sixteen, dont la superbe voix, digne des plus grands chanteurs reggae, ondule sur la plupart des 12 morceaux imparables de cet album. Il est relayé sur certaines chansons par un autre chanteur ou quelques invités qui s’intègrent parfaitement à l’ensemble. Les compositions sont faites d’un somptueux mélange de reggae, dub, musique électronique, dance, techno, soul, avec des pointes celtiques voire orientales. Si le rythme est roi dans cette musique hybride avec des basses et des percussions bien présentes, ainsi qu’un mix de trouvailles du meilleur effet, l’aspect mélodieux n’est pas en reste, il fait de cet album un sommet de cette mouvance musicale. De même pour les textes, qui sont socialement et émotionnellement engagés, où il y est question de racisme, d’injustice, et de différents maux de nos sociétés et de nos vies. Tout est réuni pour faire de ce disque un moment inoubliable, tant l’équilibre parfait trouvé par le groupe est, chose assez rare, autant une invitation à danser qu’un plaisir à écouter en boucle ses chansons, qui prouvent une nouvelle fois que le mélange des genres non seulement permet à la musique de constamment évoluer mais le plus souvent donne des petites merveilles.

 

Dreadzone - Dread times - Modulor music - 1 CD : 20 €.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Disques
commenter cet article
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 07:05
Le Cotentin, passionnément
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 07:47
Être une jeune femme dans le monde arabe

Depuis quelques temps on assiste avec bonheur à l’émergence de réalisatrices arabes qui prennent la parole, ou plutôt leur caméra, afin de témoigner ou dénoncer la situation des femmes dans leur pays. Pour son premier long-métrage, cette cinéaste palestinienne de 35 ans vient d’être visée par une fatwa la menaçant de mort tant son film dérange les fondamentalistes. Son propos ne cible pas la tension entre israéliens et palestiniens, comme beaucoup l’ont déjà fait, mais s’intéresse plutôt aux jeunes femmes arabes israéliennes vivant à Tel-Aviv, ville très libérale. Si deux de ses héroïnes sont très émancipées, elles se heurtent au carcan familial et religieux, ou au conservatisme et aux tabous d’une société dans laquelle les hommes sont toujours aussi rétrogrades, y compris ceux qui se disent plus ouverts. La cinéaste aborde frontalement l’homosexualité, la drogue, l’alcool, son film déborde d’énergie, à l’image de cette génération de femmes qui veut profiter des printemps arabes pour se libérer et faire évoluer les mentalités, mais sa caméra sait aussi capter avec finesse l’émotion sur le visage de ces jeunes comédiennes. Le film s’ouvre sur une vielle femme qui prodigue ses conseils à sa petite fille, en passe de se marier, pour rendre son homme heureux. Puis on fait la connaissance d’un groupe de jeunes arabes israéliens vivant à Tel-Aviv, dont la future mariée faisait partie, qui se retrouvent comme chaque soir pour faire la fête au son d’une musique techno arabisante en buvant et fumant allègrement. Deux jeunes femmes de ce groupe, l’une avocate l’autre travaillant dans un restaurant, partagent en colocation un appartement où vivait aussi la future mariée. Celle-ci cède sa place à sa cousine, qui n’est pas du tout dans la même logique de comportement, étant voilée, pieuse, ne consommant aucune substance et se consacrant à ses études. Si l’engagement et la sincérité de la cinéaste nous touchent profondément dans ce très beau film, c’est à la fois par sa mise en scène, l’interprétation et la direction des comédiens, et le combat mené par toutes ces femmes pour simplement exister comme elles le souhaitent.

 

Je danserai si je veux - Un film de Maysaloun Hamoud avec Mouna Hawa, Sana Jammalieh, Shaden Kanboura, …

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Films
commenter cet article
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 07:20
Frédérique Hébrard
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 06:58
Florence Delay et François Cheng
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 07:21
D'un bon pas vers les sciences et l'industrie
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 07:21
« Homme enthousiaste, plein d'énergie, homme de la ville et homme des champs »

Journaliste à RTL, chef du service qualité de la vie, Virginie Garin tient une chronique quotidienne tous les matins intitulée « C’est notre planète ». Il y est question d’environnement mais aussi d’agriculture, elle vient d’ailleurs de couvrir son 23ème salon. Ayant côtoyé Xavier Beulin durant ses 6 années à la tête de la FNSEA, elle nous fait part de sa perception de l’homme.

 

On pouvait apprécier ou non sa vision de l'agriculture ... s'interroger sur le fait qu'il dirigeait une grosse entreprise tout en étant syndicaliste. Je me demandais souvent comment il réalisait cette prouesse de pouvoir défendre toutes les filières agricoles, tant leurs intérêts de plus en plus divergent. Xavier Beulin était un homme d'une grande intelligence. Les conversations étaient souvent de haut niveau. Je me souviens d'un "cours" sur la financiarisation un après-midi au sénat en pleine crise de l'élevage, avant qu'il ne parte en courant, retrouver son scooter. J'avoue que je n'avais pas tout compris. Homme enthousiaste, plein d'énergie, homme de la ville et homme des champs, il savait faire la synthèse entre le monde urbain et la ruralité. Il en connaissait les enjeux. Le consommateur et l'agriculteur vivent en symbiose. Couper le lien serait une régression, un appauvrissement, un risque pour la société. Je retiendrai surtout de lui son ouverture d'esprit. Xavier Beulin était un homme tolérant et progressiste sur les questions sociétales et donc exemplaire pour toute une profession.

Repost 0
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 07:54
« Xavier Beulin était habité par sa fonction à la tête de la FNSEA »

Journaliste audiovisuel incontournable depuis le début des années 1970, Jean-Pierre Elkabbach a occupé de nombreux postes allant de présentateur de JT, animateur d’émissions, jusqu’à président, notamment au sein d’Europe 1, Antenne 2 puis France télévisions, et Public Sénat. A 79 ans, alors qu’il démarre une nouvelle carrière sur C News, il nous parle de Xavier Beulin qu’il a bien connu.

 

Notre première rencontre a eu lieu un matin à Europe1, il a suffi des quelques instants qui précèdent le direct pour que nous comprenions, l’un et l’autre, que nous allions nous entendre.

Chaleureux, franc, grave, et toujours courtois, il était ce qu’il ne paraissait pas d’abord : un homme de la Terre, un frère des agriculteurs en souffrance, un militant pour le développement du Maghreb et de l’Afrique, un « guerrier » de la paix. Peu de responsables politiques et syndicaux s’attachent d’emblée à défendre les causes qui les font vivre, lui oui !

Il avait une intuition du monde et une connaissance de ses dangers.

Xavier Beulin était « habité » par sa fonction à la tête de la FNSEA. Il ne concevait pas de ne pas consacrer tout son temps et toute son énergie à son engagement. Son beau regard et sa voix traduisaient, pour moi, et sa franchise et son angoisse.

Il n’a cessé de se battre pour redonner des chances à l’agriculture, des revenus, de la dignité et un destin aux agriculteurs. Il pouvait porter ce combat à travers toutes ses activités. En réalité, elles n’en faisaient qu’une : à la fois chef d’un syndicat, puissant et orgueilleux, et patron d’une entreprise internationale.

Ses différentes responsabilités mettaient en valeur sa patience, ses qualités et son style: échanger, argumenter, convaincre : c’est-à-dire dialoguer pour imposer sa vision d’une agriculture moderne, qui utilise aussi bien le numérique, les drones et l’Intelligence artificielle. Une agriculture proche des citoyens et telle qu’il la décrivait dans son dernier livre et dans ses émissions avec moi.

Je ne suis pas le seul auquel il va manquer, d’ailleurs, il me manque déjà.

Repost 0
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 07:09
« Xavier Beulin a fait entrer la FNSEA dans le XXIe siècle »

Ancien Ministre de l’agriculture sous Jacques Chirac, Philippe Vasseur, qui est aujourd’hui Commissaire pour la revitalisation et la ré-industrialisation des Hauts-de-France, a bien connu Xavier Beulin dont il nous parle avec émotion.

 

Après l’avoir croisé un certain nombre de fois, j’ai véritablement fait la connaissance de Xavier Beulin en 2000 lorsqu’il a succédé à Jean-Claude Sabin à la tête de Sofiprotéol. C’est quelqu’un que je regrette beaucoup, nous avions non seulement des souvenirs communs mais aussi des convictions partagées. Xavier avait une personnalité complexe, avec à la fois une certaine forme de pudeur mais en même temps de l’empathie avec les gens. Il avait aussi une grande ouverture d’esprit. Son caractère a été forgé par une histoire personnelle difficile, la perte de son père alors qu’il avait 17 ans et la reprise de l’exploitation à l’âge où d’autres pensent à s’amuser. Cela l’a amené assez tôt à prendre en considération un certain nombre de difficultés de la vie.

Je me souviens lui avoir dit lorsqu’il avait le projet de postuler à la présidence de la FNSEA : Tu n’es pas assez démagogue pour cela; et il m’avait répondu : Ne t’inquiète pas, je suis capable de parler aux paysans et eux-mêmes le seront aussi d’entendre le discours que je souhaite tenir sur la mutation du monde agricole. Résultat, il a fait entrer la FNSEA dans le XXIe siècle et a replacé l’agriculture dans une trajectoire économique, ce qui n’est pas du tout contradictoire avec l’aspect humain. Nous partagions cette notion d’économie responsable, j’ai d’ailleurs été à ses côtés lorsqu’il a créé l’Open Agrifood à Orléans. Il a été le défenseur d’un pluralisme agricole avec toutes ses composantes tout en rappelant la vocation de production de l’agriculture. Il estimait que l’agriculture française était assez forte pour retrouver sa position sur les marchés à l’exportation.

Xavier Beulin a redonné une grande vision à l’agriculture, en mettant en avant sa modernité avec l’utilisation de technologies nouvelles, mais aussi en soutenant qu’elle devait s’impliquer davantage dans son aval afin de pouvoir peser sur l’utilisation de sa production, et aussi dans la société. Il a d’ailleurs été président du conseil économique, social et environnemental de la région Centre, ce qui démontrait bien sa dimension pluraliste et la place qu’il avait su prendre sur le plan régional. Il serait dommage que le prochain président de la FNSEA ignore la trajectoire tracée par Xavier mais je ne pense pas que ce sera le cas, Christiane Lambert est dans cette logique de modernité même s’il peut y avoir quelques petites différences.

Tout au long de sa carrière, commencée aux Jeunes Agriculteurs à 17ans, il a su avoir une constance, une logique dans les décisions qu’il prenait à la fois pour l’agriculture, sur son territoire et dans les responsabilités qu’il a eues chez Sofiprotéol et Avril. En restructurant et en développant le groupe Avril, il a démontré qu’un agriculteur était capable de s’investir, de faire les bons choix stratégiques et de lutter à armes égales avec de grands industriels. Il savait s’entourer, faire confiance aux hommes et aux femmes qui travaillaient avec lui. S’il avait de nombreuses casquettes, il y avait un fil rouge, une complémentarité et pas de dispersion dans des activités qui n’avaient rien à voir avec le monde agricole. C’était un homme qui aimait la vitesse, autant à moto que par sa capacité à réfléchir très vite.

Je constate que l’on est critiqué de son vivant et encensé lorsqu’on est mort, mais les hommages unanimes à Xavier n’ont pas été faits en se reniant de la part de personnes opposées à son action qui ont dit : On ne partageait pas sa vision mais on reconnaissait que l’homme était sincère, engagé et efficace. Être à la fois cash, direct tout en donnant le sentiment qu’il ne trichait pas, telle était la personnalité de Xavier Beulin qui a su être respecté tout au long de sa carrière.

Repost 0

Présentation

  • : Culture, politique et photos
  • Culture, politique et photos
  • : Chroniques culturelles (Films, DVD, disques, livres), interviews politiques et sociétales, portraits de personnalités, photos
  • Contact

Profil

  • Michel Monsay
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien

Recherche

Catégories

Liens