Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 07:42
Rock délicieusement mâtiné d’Orient et d’Afrique

En écoutant les premiers accords de ce superbe album, on a d’abord l’impression de pénétrer un univers rock avec une guitare virtuose et une batterie lourde qui marque un rythme syncopé. Puis rapidement, des sonorités africaines, plus particulièrement du Sénégal, viennent brouiller les cartes, avant qu’une ligne mélodique orientale achève le tableau. Ce que vous avez cru reconnaître comme étant une guitare électrique est en réalité un oud, l’instrument roi du monde arabe, un luth avec une caisse en forme de demi-poire, que Mehdi Haddab a rendu électrique. Ce franco-algérien de 43 ans, qui sort avec Speed Caravan son deuxième album, a déjà eu plusieurs expériences musicales au sein d’autres groupes et fait admirer son talent en jouant avec Rachid Taha, Jacques Higelin ou Alain Bashung. Autant enfant du rock, dont il s’est abondamment nourri de Led Zeppelin à Jimi Hendrix, que de musique orientale dont il saupoudre magnifiquement ses compositions, il a choisi pour cet album conçu à Dakar de s’ouvrir encore un peu plus en intégrant des ambiances sénégalaises. La voix abrasive de Pape Diouf sur un des deux seuls morceaux chantés, l’autre étant par Hindi Zahra, des percussions enivrantes, des rythmes dansants, l’Afrique noire et le Maghreb se mélangent au rock puissant de Mehdi Haddab pour constituer une musique irrésistible qui se renouvelle sans cesse. Cette richesse tout au long des 9 morceaux s’aventure même sur un groove funk ou une envolée électro. En brassant naturellement les cultures et les genres musicaux, ce maître de l’oud électrique nous offre un album euphorisant d’une totale maîtrise, malgré la difficulté de ne pas se perdre en se nourrissant d’autant d’influences.

                                                                                                                 

Speed caravan – Big blue desert – World Village/Harmonia Mundi – 1 CD : 17,85 €.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Disques
commenter cet article
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 08:18
Tout pour réussir sa vie, et pourtant …

Pour son douzième roman, Catherine Cusset rend un vibrant hommage à son meilleur ami qui s’est suicidé en 2008 à l’âge de 39 ans. Elle élabore sans concessions un portrait vivant, bouleversant et très original en s’adressant directement à lui. Le livre est écrit à la deuxième personne du singulier, comme si la narratrice qui n’est autre que Catherine Cusset s’était mise dans la tête de son ami, pour revivre sa vie en se servant de la fiction afin de combler les ignorances. A 53 ans la romancière française vivant à New-York, qui est en lice pour le prix Goncourt pourrait bien cette année décrocher le gros lot tant cet autre qu’on adorait nous touche profondément. Son écriture brillante, son style direct, rapide, parfois cruel mais qui sait se faire tendre, nous entraîne sur les traces d’un homme qui a tout pour réussir et être heureux, mais dont le caractère imprévisible par moments, les maladresses, les mauvais choix vont peu à peu assombrir son horizon. En nous dévoilant dès le prologue la fin de l’histoire, l’auteure nous invite à essayer de comprendre avec elle ce qui a poussé son ami à en arriver là. Une jeune femme de 22 ans reçoit le prix du meilleur mémoire de fin d’études lors d’un cocktail dans une université à Richmond aux Etats-Unis. Si elle aperçoit le sourire chaleureux d’une amie au premier rang, elle ne voit pas son petit ami, professeur de 39 ans dans cette université, pourtant repérable avec son mètre quatre-vingt-dix. Les deux femmes s’éclipsent à la fin des discours et se rendent au domicile de Thomas, qu’elles découvrent mort avec un sac sur la tête et les copies de ses étudiants répandues à ses pieds. Ce tableau en clair-obscur explore avec une saisissante lucidité et une intensité psychologique la descente aux enfers de cet ami qui dévore la vie, passionné de musique, de cinéma, naturellement doué, entouré d’amis, de femmes, mais se heurtant à de nombreuses désillusions qui le fragilisent chaque fois un peu plus.

                                                                                                                      

 L’autre qu’on adorait – Un roman de Catherine Cusset – Gallimard – 291pages – 20 €.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Livres
commenter cet article
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 07:11
Une vie semée de blessures irréparables

A 67 ans, le maître espagnol fait partie des plus grands cinéastes au monde, et chacun de ses films est l’assurance d’être transporté dans un tourbillon de sentiments dont lui seul a le secret. Après une première partie de carrière avec des œuvres assez subversives mais déjà de très belles pépites, depuis Tout sur ma mère Pedro Almodóvar nous offre de sublimes portraits de femme et une intensité romanesque qui nous fait chavirer. Son art du récit tout en maîtrise avec des flashbacks, des ellipses, des rebondissements, sa belle mise en scène classique, ses cadrages qui se resserrent régulièrement sur les visages de ses personnages, sa flamboyance dans l’utilisation des couleurs, tout est là pour que le maître compose sa toile. Une nouvelle fois, son génie éclate dans le mélodrame, qu’il construit de manière implacable avec plusieurs strates pour le renforcer, et en s’appuyant comme il sait si bien le faire sur des actrices dont il tire le meilleur. Outre Rossy de Palma, une habituée d’Almodóvar qui campe ici une femme de ménage cruelle, ce sont deux nouvelles venues dans l’univers du cinéaste, qui interprètent l’héroïne à deux époques de sa vie en embrasant la caméra par leur beauté et leur sensibilité. Dès le très beau premier plan, la magie du cinéma d’Almodóvar opère. Une étoffe d’un rouge hypnotique, filmée en gros plan, donne l’impression de respirer. La caméra recule pour découvrir les plis de la robe que porte une femme d’une cinquantaine d’années, en train de préparer des cartons. Elle quitte son appartement madrilène pour aller vivre au Portugal avec son compagnon. En allant faire quelques achats avant le départ, elle croise la meilleure amie d’enfance de sa fille. Cette rencontre fortuite, qui lui a apporté des nouvelles de sa fille, décide Julieta à ne plus quitter Madrid. Avec ce magnifique mélo, qui par moments évoque certains films d’Hitchcock, Almodóvar souligne la fragilité de nos vies, de nos relations amoureuses et filiales, aborde le sentiment de culpabilité, et signe là une de ses œuvres les plus sombres mais tellement envoûtantes.

                                                                                                         

Julieta – Un film de Pedro Almodóvar avec Emma Suarez, Adriana Ugarte, Daniel Grao, …

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans DVD
commenter cet article
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 07:21
Ambiance mauve sur un concept
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 07:41
Les bras en l'air
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 07:31
Vision multiple
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 07:28
Famille à contre-jour
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 07:06
La simplicité de la tombe du grand Jacques
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 06:48
Sacré Nelson
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 07:19
Roulez tambours
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article

Présentation

  • : Culture, politique et photos
  • Culture, politique et photos
  • : Chroniques culturelles (Films, DVD, disques, livres), interviews politiques et sociétales, portraits de personnalités, photos
  • Contact

Profil

  • Michel Monsay
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien

Recherche

Catégories

Liens