Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 08:16

IMAGES-2-0554RET.jpg

 

Tête de liste aux élections européennes pour Debout la République dans le Grand Ouest, Cécile Bayle de Jessé, qui est présidente de l’association Familles rurales dans la Sarthe, est également candidate à la mairie de Mamers.

 

Quels sont vos projets pour l’Europe ?

Cécile Bayle de Jessé - Il faut remettre l'Europe sur la bonne voie, celle d'une coopération entre Nations pour le développement collectif, et conditionner la libéralisation des échanges de biens, de services et de capitaux à une réelle harmonisation des législations, pour éviter la concurrence déloyale ainsi que les dumpings sociaux ou fiscaux.

 

Que proposez-vous pour une gouvernance efficace et simplifiée, et la relance économique des pays membres ?

C.B.d.J. - Il convient de redonner le pouvoir aux représentants démocratiquement élus des peuples d'Europe : en ramenant le rôle de la Commission à celui d'un secrétariat général subordonné aux décisions du conseil européen ; en associant les parlements nationaux au contrôle des instances européennes ; en limitant la cour de justice à l'arbitrage entre les états membres. Il convient également d'appliquer strictement le principe de subsidiarité, les instances européennes n'ayant compétence que pour les sujets communs.

 

Quelle place pour l’Europe, notamment agricole, dans un monde avec 9 milliards de bouches à nourrir ?

C.B.d.J. - La faim dans le monde n'est pas liée à une production insuffisante, mais à une mauvaise organisation des marchés, souvent dominés par la spéculation. Avant d'être dévoyée par les accords de l'OMC, la PAC a fourni un bon exemple de la voie à suivre puisqu'elle a permis à l'Europe, largement déficitaire dans les années 50, d'accéder à l'autosuffisance alimentaire dans la plupart des domaines. Tous les pays, notamment ceux en développement, doivent pouvoir revendiquer leur souveraineté alimentaire et protéger une production agricole nécessaire à leur population. De plus, cette protection de l'agriculture vivrière permettrait de freiner l'exode rural massif qui frappe ces pays.

 

Êtes-vous favorable à la poursuite de l’élargissement et pourquoi ?

C.B.d.J. - Tant qu'élargissement sera synonyme d'ouverture sans contrôle, qui conduit à des délocalisations, à une concurrence déloyale et à l’explosion de trafics en tout genre, on ne peut que s'opposer à la poursuite de cette démarche. De même, il convient de s'opposer à cette autre forme d'élargissement qui résulterait du traité transatlantique.

Par contre, dans l'hypothèse souhaitable de l'évolution vers une Europe des Nations  mettant en œuvre des projets communs auxquels participent les pays intéressés, la question des limites de l'Europe est moins importante. Le marché unique et la libre circulation des biens, des capitaux et des personnes ne doit concerner qu’un noyau dur de pays avec un niveau économique et social semblable. Cependant, nous avons intérêt à favoriser la stabilité et le développement des pays de l'Europe de l'Est comme ceux de la rive sud de la Méditerranée.

 

Eléments biographiques

 

Mariée et mère de 5 enfants, Cécile Bayle de Jessé qui est diplômée en sciences économiques, s’est impliquée tout au long de sa carrière dans le monde rural et agricole de la Sarthe. Outre la présidence départementale de Familles rurales, elle a été responsable du syndicat des planteurs de betteraves, fondatrice d’un cabinet de conseil dans l’agroalimentaire, conseillère régionale et municipale. A 65 ans, elle brigue deux mandats électoraux.

Repost 0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 07:47

Rungis-076.jpg

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Photos
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 08:49

Saint-Cast-et-Cotentin-2012-199.jpg

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Photos
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 08:24

Rhodes-697.jpg

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Photos
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 08:31

Fuerteventura-334.jpg

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Photos
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 09:13

lemaitre-12013-RVB.jpg

Lauréat 2013 du prix littéraire le plus convoité, Pierre Lemaitre a également recueilli l’adhésion du public avec 550 000 exemplaires vendus d’Au revoir là-haut. Ce jeune romancier de 62 ans, dont la carrière n’a démarré qu’en 2006, s’était déjà fait un nom avec 5 polars très remarqués au style visuel qui le caractérise.

 

Plus de trois mois après le Goncourt, Pierre Lemaitre continue toujours de répondre à des sollicitations de toutes sortes, même si cela s’est calmé un peu. Outre les radios, télés, quotidiens et magazines qui ont tous voulu l’interviewer, il se trouve qu’en plus son roman colle à l’actualité des commémorations pour le centenaire de la Guerre 14-18, mais comme le souligne l’écrivain : « Il y a trop de sollicitations pour un seul homme, il faut faire des choix ». A cela s’ajoute aussi les nombreuses invitations des librairies à travers la France pour une séance de dédicace ou une animation, d’autant qu’ils ont beaucoup soutenu le roman dès sa parution : « Le succès de mon livre est aussi dû au dynamisme des libraires, et en ses temps de difficultés qu’ils traversent, il me semble loyal de rembourser ma dette symbolique en étant à leurs côtés ».

 

Des projets à la pelle

Cette effervescence l’a poussé à différer l’écriture de son prochain roman afin de retrouver la tranquillité nécessaire, mais il continue à prendre des notes et à se documenter. Selon toute vraisemblance, il sera question de l’exode de 1940 avec comme protagoniste un personnage secondaire d’ « Au revoir là-haut », dans une histoire qui pourrait aller jusqu’en 1960. Il poursuivrait ainsi l’idée d’écrire en plusieurs romans une fresque étalée sur un siècle : « Ce ne sera pas une suite au sens généalogique avec un personnage principal, mais plutôt une sorte de puzzle où chaque livre touche les autres par un coin, dans une méthode un peu balzacienne. Je ne suis pas un historien, en revanche cela me tente de donner une vision du XXe siècle à travers mon regard, mes valeurs, mes convictions. »

Entre-temps de nouveaux projets sont venus se greffer. Il travaille actuellement avec une équipe américaine sur l’adaptation cinématographique de l’un de ses romans policiers, « Alex », qui sera tourné à Paris à la fin de l’année. Comme l’on pouvait s’y attendre, « Au revoir là-haut » suscite également des transpositions. La première sera en BD avec le dessinateur Christian De Metter, et il commence aussi à être question d’en faire un film. Pierre Lemaitre apprécie cet exercice salubre pour l’hygiène intellectuelle : « La bande dessinée, comme l’adaptation d’un roman pour le cinéma, vous oblige à épurer l’histoire et le texte pour aller au cœur de l’action, cela rejoint ma devise qui est d’essayer de faire très bien des choses très simples. »

 

Le plus beau moment de sa vie

Bien évidemment, le Goncourt a changé la vie de Pierre Lemaitre, déjà en lui apportant une légitimité d’écrivain à part entière et une sérénité dans son métier. Lui l’auteur de polars, qui appartenait à un genre considéré comme n’étant pas très noble et qui a dû en souffrir, n’a jamais supporté les classifications. Il n’a d’ailleurs pas l’impression d’avoir changé de métier avec « Au revoir là-haut ». Ce prix lui a donné aussi une notoriété qui le transforme en personnage public dont la parole est plus surveillée, notamment par ceux qui ont contribué à son succès. Il a acquis également le bénéfice du temps pour écrire, ce dont rêve la plupart des écrivains. Pour un homme qui n’aime pas voyager, il va devoir y prendre goût puisque 25 traductions sont prévues de son roman, avec chaque fois un déplacement dans le pays à l’occasion de la sortie du livre.

Cette consécration, on l’a senti venir dès les premières sélections aux différents prix littéraires en septembre dernier, quand le roman de Pierre Lemaitre est apparu quasiment sur toutes les listes. L’écrivain n’avait pourtant pas le parcours typique qui pouvait laisser prévoir un tel engouement, mais il tente d’en expliquer les raisons : « D’abord, la tonalité de roman populaire avec un désir de renouer avec du romanesque, des rebondissements, de l’aventure. Ensuite, le thème de la Grande guerre qui est dans l’air du temps, mais que j’ai pris sous un angle inattendu pour les commémorations, à travers l’après-guerre avec un ton assez corrosif. Enfin, le succès auprès du public ayant commencé avant l’attribution du prix, il était salutaire que l’Académie Goncourt consacre un livre dont les ventes allaient aider la librairie. »

 

Traiter différemment la guerre 14-18

Ce n’est nullement pour coller à l’actualité du centenaire que Pierre Lemaitre a choisi d’écrire un roman sur la Première guerre mondiale, mais bien par passion depuis très longtemps pour cet événement qu’il juge majeur dans l’Histoire contemporaine. D’autant que le livre devait paraître en 2008, mais l’auteur qui avait plusieurs commandes simultanément n’a pu le terminer à ce moment-là. Comme beaucoup de livres avaient déjà été écrits sur cette guerre, il a préféré l’aborder en traitant l’après-guerre et en appuyant sur certains aspects méconnus, sans pour autant s’ériger en redresseur de torts : « L’industrie s’est nourrie de la guerre aussi bien avant, pendant qu’après, notamment avec le marché public des exhumations militaires où certains se sont largement engraissés. J’ai voulu aussi rappeler la manière dont les soldats qui sont revenus des tranchées ont été accueillis avec ingratitude, ce qui serre le cœur encore un siècle plus tard. »

 

Mieux vaut tard que jamais

En tant que lecteur, Pierre Lemaitre vient de la littérature de feuilleton sous toutes ces formes, qu’il dévore durant son enfance et qui se convertie naturellement en roman policier lorsque lui-même commence à écrire. Ses cinq polars publiés avant « Au revoir là-haut » ont été récompensés à la fois par des prix et un joli succès public, qui s’est étendu à l’international avec une traduction dans près d’une trentaine de langues. Il écrit également des scénarios pour la télévision, et assez rapidement après ses débuts, il arrive à vivre de son métier. Pourtant, cette carrière qui se déroule de la meilleure des façons pour le romancier, il ne l’a démarrée qu’à 55 ans grâce à la confiance que lui a donné une femme rencontrée au début des années 2000, devenue entre-temps son épouse. Aucun regret de ne pas s’être lancé plus tôt pour cet écrivain tardif, persuadé qu’il n’avait pas la maturité pour s’exprimer avec la même réussite qu’aujourd’hui.

Bernard Pivot, au moment de l’attribution du Goncourt à Pierre Lemaitre, a évoqué un roman populaire avec un rythme très cinématographique. Commentaire très juste que l’on peut appliquer à l’ensemble de l’œuvre du lauréat, qui se définit ainsi : « Je ne suis pas un écrivain angoissé de la page blanche mais plutôt un écrivain jubilatoire. Je travaille avec l’émotion que crée une scène, en m’amusant à l’écrire lorsqu’elle est drôle, et en étant ému dans le cas contraire. »

 

Une vie de littérature

La littérature a toujours été présente dans la vie de Pierre Lemaitre. Ses parents d’origine modeste la valorisaient en permanence, et après des études de psychologie, le futur romancier l’a enseignée en formation professionnelle notamment à des bibliothécaires durant de nombreuses années. Généreux et loyal, cet homme tranquille au parcours atypique qui reconnait être rancunier et s’emporter facilement, vit depuis huit ans pleinement son nouveau métier : « Il m’habite sereinement. Lorsque je n’écris pas, je pense à ce que je vais écrire. En regardant un film, je prends des notes. Je me lève la nuit pour consigner les idées qui me viennent dans mes rêves et ainsi ne pas les oublier. Quand je lis un roman, je me demande comment je m’y serais pris si j’en avais été l’auteur. » Maintenant qu’il a décroché le Graal, il va s’évertuer à le mériter en écrivant des romans et des scénarios de films dont on pourra se dire : « Finalement, lui avoir attribué le Goncourt n’était pas une erreur de casting. »

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Portraits
commenter cet article
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 08:15

002804620.jpg

 

D’un roman à l’autre, Ian McEwan continue à la fois de bâtir une œuvre de tout premier plan et d’explorer l’Histoire anglaise de ces 50 dernières années. Le décor de son dernier petit bijou se situe dans les années 1970 dans un climat de guerre froide culturelle. Les services secrets britanniques enrôlant à leur insu des écrivains hostiles aux idées communistes, pour contrer la tendance très à gauche des intellectuels du moment. A 65 ans, le romancier anglais se sert une nouvelle fois de faits réels pour bâtir autour, de manière vertigineuse, une fiction qui avance crescendo jusqu’à un épilogue renversant. Si l’on peut voir ce roman comme une autobiographie détournée, puisque l’un des personnages principaux est un jeune écrivain dont les nouvelles rappellent celles de McEwan à la même époque, ce n’est là qu’une des nombreuses strates qui le composent. Mensonges, manipulations, ambigüité, ambivalence des personnages, l’auteur excelle en eaux troubles mais aussi dans la description de profonds sentiments amoureux, ou dans une subtile réflexion sur le pouvoir de l’écriture. L’humour est un ingrédient sous-jacent mais assez présent tout au long de ce roman parfois féroce avec ses personnages, qui met en évidence les contradictions d’une société anglaise mal en point dans ces années-là. La narratrice, une anglaise d’une soixantaine d’années, commence son récit en affirmant que 40 ans plus tôt, les services secrets britanniques lui ont confié une mission, dont elle n’est pas sortie indemne et qui a également détruit son amant. Sans s’attarder sur son enfance et son adolescence, elle nous présente sa famille et évoque les premières rencontres décisives de sa vie d’étudiante, notamment celle d’un professeur qui va être son mentor et son premier grand amour. Moins noir que dans ces précédents romans, Ian McEwan nous passionne en mêlant fiction et réalité avec maestria et une légèreté inhabituelle qui lui va très bien.

 

 Opération Sweet Tooth – Un roman de Ian McEwan – Gallimard – 437 pages – 22,50 €.

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Livres
commenter cet article
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 08:03

Barcelone-521.jpg

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Photos
commenter cet article
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 08:22

riviere-noire-1373534443.jpg

Ce premier album est une sorte de petit miracle qui est né de la rencontre de trois artistes confirmés ayant déjà bourlingué chacun de leur côté, et qui ont manifesté simultanément un désir d’Afrique. D’abord un chanteur brésilien réputé, puis un guitariste français d’origine guadeloupéenne ayant joué avec des pointures internationales, et un bassiste programmateur français magicien du son ayant travaillé avec Bashung, Noir Désir, Salif Keita et bien d’autres. Dès leur première rencontre à Paris, les trois compères trouvent instantanément l’inspiration, chacun amenant son univers tout en créant une harmonie musicale et une superbe cohérence. Pour que l’alchimie soit parfaite, ils partent à Bamako enrichir leurs créations avec de grands chanteurs et musiciens maliens qui viennent poser leur voix et instruments si émouvants sur les compositions du trio. Ce croisement de cultures et musiques qui se complètent et s’enchevêtrent à merveille donnent des compositions lumineuses allant d’une douceur exquise à des rythmes plus ou moins enlevés et souvent hypnotiques. A la suavité du chant brésilien répond l’intensité de celui de griots maliens sur une musique qui oscille entre folk, blues, sonorités africaines avec une pincée de rock ou d’électronique par moments. Cet album enchante par sa fraîcheur, sa spontanéité mais aussi l’émotion et la sérénité qui s’en dégagent sur les 14 morceaux, où guitare électrique et acoustique, basse, claviers, batterie convoquent une kora ou une calebasse dans un délicieux métissage. Au-delà de cette brillante idée de confronter des univers différents réunis autour d’un même amour pur de la musique, il y a surtout un somptueux résultat qui apparemment devrait avoir une suite sur d’autres lointains rivages.                                                                                                                                                              

 Rivière Noire – Atmosphériques – 1 CD : 15,99 €.

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Disques
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 08:22

original_673078.png

 

Etonnant de prime abord de retrouver le réalisateur français Arnaud Desplechin dans cette aventure américaine, mais il suffit de voir le film pour comprendre qu’il poursuit le même chemin, mais sous des formes différentes. A 53 ans, le cinéaste trop rare d’ « Un conte de Noël » et de « Rois & reine », se sert cette fois d’une histoire vraie pour continuer à sonder les blessures de l’âme, et il le fait ici avec une humanité bouleversante. En arrière-plan de ce très beau film, on entrevoit les traumatismes laissés par la seconde guerre mondiale chez les soldats américains, ainsi que le massacre du peuple indien et les conséquences sur les survivants et les générations qui ont suivi. Les deux principaux protagonistes de cette histoire sont à priori très différents, un indien massif et un petit psychanalyste anthropologue français d’origine juive roumaine. Tous deux sont marginaux d’une société qui ne les comprend pas, et leur rencontre va s’avérer très positive pour les deux. Ces personnages sont admirablement interprétés par deux comédiens aussi dissemblables que complémentaires. La présence et le jeu magnétiques de Benicio Del Toro, mélange de puissance et de fragilité, ont un réel pouvoir de fascination. Mathieu Amalric quant à lui est à la fois drôle, touchant, exubérant. L’histoire démarre dans le Montana en 1948, un homme travaille dans le ranch de sa sœur et son beau-frère après avoir perdu son travail au retour de la guerre. Blessé au crane durant les combats, il est régulièrement sujet à de violents maux de tête, des troubles de la vue et de l’ouïe qui lui gâchent la vie. Sa sœur l’accompagne dans un hôpital militaire psychiatrique au Kansas pour trouver une solution à ses problèmes. Ce film subtil, romanesque, sensible, qui n’est pas dénué d’humour et où l’on pense parfois à François Truffaut, se révèle passionnant tant dans le fond que dans sa forme.

 

Jimmy P. – Un film d’Arnaud Desplechin avec Benicio Del Toro, Mathieu Amalric, … - France TV distribution – 1 DVD : 19,99 €.

Repost 0
Published by michelmonsay - dans DVD
commenter cet article

Présentation

  • : Culture, politique et photos
  • Culture, politique et photos
  • : Chroniques culturelles (Films, DVD, disques, livres), interviews politiques et sociétales, portraits de personnalités, photos
  • Contact

Profil

  • Michel Monsay
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien

Recherche

Catégories

Liens