Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 07:13
« Un Président doit être un grand pédagogue »

Professeur à Sciences-Po Paris, dont il a dirigé durant 20 ans le centre de recherches politiques, Pascal Perrineau a aussi publié un grand nombre d’articles et de livres. Politologue recherché par les médias, il intervient régulièrement sur Public-Sénat, dans le Figaro et l’émission C dans l’air sur France 5.

 

Peut-on parler de changement durable du paysage politique après cette élection présidentielle ?

Pascal Perrineau - C’est la première fois sous la Vème République qu’aucune des deux grandes familles politiques françaises n’est présente au second tour d’une élection présidentielle. Il s’agit d’un bouleversement de la vie politique et des clivages qui lui donnent sens. Tout cela est à l’œuvre depuis plus d’une décennie avec le rejet de la politique par l’opinion, et la crise des grands appareils à gauche comme à droite. Le Parti socialiste est très mal en point mais ne disparaîtra pas, il mettra du temps à se restructurer et à s’en remettre. Quant à la droite, elle est soumise à une stratégie de séduction d’Emmanuel Macron qui va laisser des traces. En face de cette lame de fond, il y a eu un concours de circonstances impressionnant avec un Président sortant qui ne se représente pas, un candidat de la droite abattu en plein vol, et Mme Le Pen qui fait preuve durant le débat d’une agressivité incomprise par le public. Le clivage gauche-droite est remplacé aujourd’hui par un affrontement entre les partisans d’une société ouverte à ceux d’une société du recentrage national.

 

Comment percevez-vous la situation du FN ?

P.P. - Le score de Mme Le Pen sans être aussi élevé qu’elle l’espérait n’est pas négligeable, avec 11 millions d’électeurs il correspond à deux fois celui de son père. Néanmoins, le FN continue de buter sur le fameux plafond de verre. Les français utilisent ce vote pour protester mais ne font pas suffisamment confiance à ce parti pour gouverner. Il va y avoir un débat en interne sur les conditions pour briser ce plafond de verre, et apparemment les cadres ne sont pas d’accord entre eux sur l’évolution du parti. Pour les législatives, le FN aura certainement un groupe à l’Assemblée Nationale et il peut même aller nettement au-dessus des 15 députés, nécessaires à la formation d’un groupe, puisque certaines estimations envisagent jusqu’à 50 députés. Cependant il reste une force solitaire, qui pourra l’emporter dans certaines triangulaires mais où ce sera plus compliqué en cas de duel.

 

Quelles sont les raisons de la victoire d’Emmanuel Macron et va-t-il obtenir la majorité à l’Assemblée ?

P.P. - Emmanuel Macron incarne cette demande de renouvellement qui est présente dans la société française depuis des années sans trouver de véritable débouché. Les français ont découvert en moins d’un an quelqu’un qui connaît bien ses dossiers tout en étant capable d’inventer. Son jeune âge, l’éclectisme politique de son programme, le fait qu’il sorte du clivage gauche-droite et n’appartienne à aucun parti consacré, ainsi que son côté atypique, transgressif et audacieux ont contribué à sa victoire, de même que la faiblesse de ses adversaires. Il incarne aussi le vieux projet de gouverner au centre, à l’image de Valéry Giscard d’Estaing qui voulait rassembler deux français sur trois. Il n’est pas évident qu’Emmanuel Macron obtienne une majorité absolue avec une force totalement neuve, qui parfois a montré un peu d’amateurisme, en revanche il devrait obtenir une majorité de coalition. On voit mal les français imposer un mois après la Présidentielle une majorité de droite au Président de la République, d’autant que la droite montre des divisions et n’a pas vraiment de stratégie.

 

Croyez-vous au renouvellement que laisse augurer la liste de candidats de la République en marche ?

P.P. - Depuis des années, on dit que la classe politique est trop refermée sur elle-même et trop professionnalisée. Le fait que des hommes et des femmes venant de différents secteurs de l’économie et de la société française puissent entrer au Palais-Bourbon est une très bonne chose. Les demandes des forces vives du pays pourraient ainsi irriguer plus facilement les institutions politiques. Dans cette liste de candidats de la République en marche, il y a une forme d’ouverture générationnelle, démographique et sociale qui peut participer d’un renouvellement de la classe politique. Cela étant, il ne faut pas non plus se faire trop d’illusions, être parlementaire est une mission mais aussi un métier. On a vu dans le passé certains qui promettaient de renouveler profondément les choses, et aujourd’hui font plus de politique politicienne que les vieux partis eux-mêmes, je pense notamment aux écologistes ou aux tenants de mai 68.

 

Quelles sont les premières mesures que le nouveau Président pourrait prendre et y en aura-t-il pour le monde agricole ?

P.P. - Il devrait y avoir assez vite sur le code du travail des propositions adoptées par ordonnances, ce sera un premier test pour voir comment se comportent syndicats et salariés. Il va s’attaquer également à une deuxième vache sacrée, l’Education nationale, avec plus d’autonomie pour les établissements. Il y aura aussi des initiatives sur le terrain européen, afin de montrer que la France revient au premier plan dans l’Europe. Le Président Macron a d’ailleurs réservé sa première visite à Angela Merkel, réactivant ainsi l’axe franco-allemand, qui a toujours été le moteur pour que l’Europe progresse.

Le monde agricole traverse une crise profonde, on n’imagine pas que le nouveau Président n’ait pas entendu ses revendications et ne tente pas d’y répondre en partie dès les premiers mois, symboliquement c’est très important. Comme il l’a dit au soir de sa victoire, Emmanuel Macron ne s’appartient plus il appartient à la France, un pays qui est aussi une puissance agricole et dans la mémoire duquel l’agriculture et la population paysanne jouent un rôle symbolique essentiel.

 

Que pensez-vous du bilan de François Hollande ?

P.P. - C’est un bilan très en demi-teinte, les fondamentaux restent médiocres, que ce soit le chômage, la croissance et la dette publique, quant au niveau politique, c’est catastrophique, jamais un Président n’a laissé sa famille dans un tel état d’implosion. Pour François Hollande, qui a été plus de dix ans à la tête du parti socialiste, cela doit être très dur à assumer. Même sur les meilleures décisions du quinquennat, il y a toujours eu une mise en musique défaillante et faible, les réformes n’étaient pas mises en sens par le Président, ce qui a eu pour effet de diviser et de braquer l’opinion publique. Autre raison de ce bilan, une gauche socialiste qui a donné l’impression de s’éloigner de ses bases sociales et de s’embourgeoiser, phénomène que l’on retrouve dans beaucoup de pays d’Europe. L’une des mesures fortes que les gens retiendront du quinquennat est sans doute le mariage pour tous, qui ne s’adresse pas en priorité à la base populaire de la gauche. C’est un des éléments qui explique la déconnexion impressionnante entre le peuple et le Président sortant. La gauche a voulu cacher pendant des années ses différences de fond, elle est aujourd’hui fracturée en trois : Celle de la révolte, portée par Jean-Luc Mélenchon, celle de la gestion un peu radicale qui se retrouve derrière Benoit Hamon, et puis une gauche moderne, incarnée par Manuel Valls, qui se rapproche d’Emmanuel Macron.

 

Le nouveau Président va-t-il être d’entrée critiqué de toutes parts comme son prédécesseur et quelles sont les erreurs à ne pas commettre ?

P.P. - Son caractère de nouveauté et son invention politique peuvent lui donner un délai, peut-être jusqu’à la rentrée de septembre, pour s’exprimer avant d’être soumis au jugement du peuple et des médias. Dans les erreurs à ne pas commettre, mais je ne crois pas que ce soit sa volonté, il ne faut pas retomber dans les fausses innovations qu’étaient la présidence normale ou l’hyper présidence, qui ont été des échecs. Emmanuel Macron entre bien dans la verticalité de la fonction présidentielle. Les français attendent qu’elle soit exercée avec son époque mais dans l’esprit de la Vème République, sans vouloir mettre cul par-dessus tête cette institution qui reste un élément de repère. La réforme n’étant pas un art facile en France, il devra montrer s’il a plus de talent que d’autres à organiser en amont un dialogue social, à oser affronter les oppositions à ses réformes. Mais il lui faudra aussi convaincre en expliquant à l’horizon de 5 ou 10 ans leur nécessité, d’ailleurs sur le système de retraites par points il a déjà commencé à mettre en perspective ce sur quoi cela devrait déboucher. Un Président doit être un grand pédagogue. Enfin, avec la majorité législative, il faudra assez vite voir quels sont les alliés du parti du Président et quel est le contrat de gouvernement. Les français ont besoin de clarté, de simplicité, c’est cela qui les rassurera.

 

 

Quelques repères

A la fois lorrain de naissance et tourangeau durant toute son enfance, ses racines provinciales sont restées très importantes pour ce parisien d’adoption qui délaisse régulièrement la capitale. Après des études de droit public et de sciences politiques, il commence comme chercheur avant de devenir professeur agrégé de sciences politiques d’abord à Grenoble, puis à Tours avant d’intégrer Sciences-Po Paris à la fin des années 1980. A 66 ans, il sort un nouvel essai intitulé « Cette France de gauche qui vote FN » (chez Seuil), et continue d’alterner recherches, cours et interventions dans les médias pour éclairer de son analyse la vie politique.

Repost 0
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 07:36
Le cinéma passionnément

Avec une filmographie impressionnante depuis plus de 50 ans, Catherine Deneuve fait partie des plus grandes actrices de l’histoire du cinéma. Des parapluies de Cherbourg à Sage femme, elle n’a jamais cessé d’inspirer plusieurs générations de cinéastes, qui ont su mettre en valeur sa beauté et son talent à travers des rôles marquants ou surprenants, brouillant ainsi l’image de la star intouchable.

 

Même si le personnage que Catherine Deneuve incarne dans « Sage-femme » ne lui ressemble pas totalement, il y a néanmoins quelques similitudes comme le côté un peu fantasque, anticonformiste, ou la volonté quoiqu’il arrive d’aller de l’avant, de continuer à aimer la vie au jour le jour, d’être en mouvement. Foncièrement secrète, elle a réussi tout au long de sa carrière à préserver sa vie privée sans pour autant rechigner à donner des interviews afin d’accompagner au mieux la sortie de ses films : « J’essaie de ne pas trop me livrer, la moindre parole aujourd’hui est reprise sur les réseaux sociaux, sortie de son contexte, c’est effrayant. » Après avoir accepté d’évoquer sa sœur, Françoise Dorléac, morte dans un accident de voiture à 25 ans en 1967, d’abord dans un documentaire il y a 10 ans et récemment lors d’une interview au magazine Psychologies, elle ne souhaite plus désormais s’exprimer sur un sujet aussi personnel et sensible.

 

Une Dorléac peut en cacher une autre

Sans son ainée de 18 mois qui l’avait précédée dans le métier et avait proposé à un réalisateur de la prendre pour jouer sa sœur dans une comédie en 1960, quel aurait été la destinée de cette jeune fille de 16 ans qui rêvait de dessin, d’architecture, de nature ? Même si ce n’est pas une vocation, Catherine Deneuve se lance donc très tôt dans le cinéma en prenant le nom de sa mère, il ne pouvait y avoir deux jeunes actrices portant le même nom, et enchaîne rapidement les rôles. Son débit rapide vient de son enfance, où comme le disait François Truffaut, c’était la seule manière d’en placer une dans la famille Dorléac parmi ses trois autres sœurs, qui d’ailleurs en faisaient de même. C’est un peu comme un accent maternel qu’elle a gardé tout au long de sa carrière, devenu sa façon d’être sans que cela nuise à son parcours exceptionnel de longévité, densité et qualité. Pour expliquer ce flot ininterrompu, là où tellement de comédiennes arrivées à un certain âge disparaissent des radars, elle invoque la chance et ses choix, notamment vers des jeunes réalisateurs : « J’aime leur enthousiasme, un jeune cinéaste c’est une promesse. Je suis souvent porté par mon désir, ma curiosité, je privilégie la découverte et évite la répétition dans la mesure du possible. »

 

Derrière l’icône

Même si elle n’est pas accrochée à son image de très belle femme de façon désespérée ou excessive, elle reconnaît accorder de l’importance à une certaine élégance, qui souvent la caractérise, un peu comme une seconde nature et non une habitude. L’humour et la fantaisie qu’elle juge indispensables, l’ont toujours aidé à dépasser les moments difficiles. Quant à cette froideur qu’on lui a prêtée durant la première partie de sa carrière, elle l’analyse ainsi : « J’étais très réservée, voire timide et je n’ai jamais été quelqu’un de familier, sans que cela n’empêche les sentiments. Mon rôle dans Belle de jour de Luis Buñuel a aussi contribué à cette image. » Après environ 115 films, sans compter les documentaires et les téléfilms, elle ne ressent aucune lassitude, l’envie et l’inquiétude avant un tournage sont toujours là, de même que le bonheur de partager avec une équipe la genèse d’un film. Sa passion du cinéma est intacte, y compris pour aller dans une salle découvrir de nouvelles histoires, et ressentir cette exaltation face à une mise en scène ou des personnages bien sentis. Devant sa filmographie, elle ressent autant une certaine fierté que de l’étonnement : « Il y a une part de hasard mais aussi d’instinct qui m’ont aidée. Lorsque par exemple j’ai accepté de faire « Elle s’en va » d’Emmanuelle Bercot, un film et une réalisatrice que j’aime énormément, beaucoup étaient sceptiques. » Résultat, le film a reçu un très bel accueil et la performance de Catherine Deneuve a été saluée à sa juste valeur.

 

Quel parcours !

Parmi tous les grands cinéastes avec lesquels l’actrice a travaillé, elle a une tendresse particulière pour Demy, Truffaut, Polanski, Rappeneau et naturellement Téchiné, son « frère de cinéma » comme elle l’appelle, avec 7 films sous sa direction et un huitième l’année prochaine. La connaissant bien, il sait mieux que personne ce qu’il peut aller chercher au fond d’elle en la poussant plus loin que d’autres. Si l’un des films les plus marquants de sa carrière reste Les Parapluies de Cherbourg, c’est à la fois pour la rencontre déterminante avec Jacques Demy, sa première expérience de cinéma chanté, et son premier grand rôle. Même si sa voix a été doublée, elle a chanté en playback durant les deux mois de tournage et aujourd’hui encore elle se souvient des dialogues. Le film a remporté la Palme d’or à Cannes en 1964.

Des récompenses, Catherine Deneuve en a reçues dans les plus grands festivals, Cannes, Venise, Berlin, elle a aussi obtenu deux Césars et douze nominations, mais c’est peut-être le Prix Lumière décerné en octobre dernier qui lui tient le plus à cœur : « Je ne pensais pas que ce prix me toucherait autant mais c’était un moment très chaleureux, joyeux, pas solennel, et la reconnaissance de gens que j’admire. Etant très sensible à la situation des agriculteurs depuis longtemps, je leur ai dédié ce prix. Comme je suis proche de la nature et vais régulièrement à la campagne, je vois bien leur souffrance et suis reconnaissante du travail qu’ils accomplissent. »

 

Le bonheur de jouer

Le film de François Truffaut, « Le dernier métro », est sans doute le point culminant de ce parcours hors-normes. En plus de son triomphe aux Césars où il en a remporté 10, de son succès public, ce film a comblé Catherine Deneuve, qui au-delà du César de la meilleure actrice, a vécu des moments formidables durant tout le tournage avec la sensation d’accomplir avec l’équipe quelque chose de très fort. Elle aime par-dessus tout arriver le matin sur un plateau et sentir l’équipe s’affairer à la préparation de la première scène. Par contre, lorsqu’elle découvre un film dans lequel elle joue, c’est toujours difficile, elle ne peut s’empêcher d’être critique, ça va mieux ensuite. Sur sa manière d’aborder un rôle, elle précise : « Je ne suis pas le genre à apprendre mon texte longtemps avant ni à le travailler avec un coach. J’essaie simplement de m’approcher du personnage de façon assez secrète, intime, quelques temps avant de tourner. Ensuite, les essayages de costumes aident à voir un peu plus le personnage. Cela s’apparente à de l’impressionnisme, il se construit par touches. » Si dans son jeu, elle apporte souvent de la vivacité, de la légèreté, ce n’est pas ce qui caractérise « Tristana » de Luis Buñuel, qu’elle a beaucoup aimé jouer et dont les cinéphiles ont retenu la qualité de l’interprétation.

 

Indémodable

La notoriété ne l’a jamais empêché de faire quoi que ce soit, au point que certaines personnes soient parfois étonnées de la croiser dans des endroits où l’on ne l’attend pas forcément, comme le salon de l’agriculture par exemple. Si elle se sent bien dans son époque, elle a plus de mal avec les téléphones mobiles et cette manie de photographier à tout bout de champ, y compris ces grotesques selfies. La mode l’a toujours intéressée et aujourd’hui encore elle admire le talent de Nicolas Ghesquière ou Jean-Paul Gaultier, mais le nom de Catherine Deneuve a longtemps été associé à celui d’Yves Saint-Laurent : « j’ai eu la chance de le rencontrer et d’être habillée par lui alors que j’étais assez jeune, puis nous nous sommes ainsi accompagnés jusqu’au bout. Il avait un talent fou, c’était le plus grand couturier de son époque. Je suis restée toujours assez proche de la qualité, de la beauté des choses. Le rapport à la mode a changé, avant si vous n’aviez pas beaucoup de moyens il était difficile d’y avoir accès. Aujourd’hui avec des marques comme Zara ou H&M, qui sont à l’affût de ce que font les créateurs, on retrouve très vite les tendances dans la rue, c’est plutôt agréable à regarder. »

 

Une femme en mouvement

En dehors de son métier, qui lui prend beaucoup de temps entre les tournages et l’accompagnement des films en France et à l’étranger, même si elle souhaite dorénavant répondre un peu moins à la presse, Catherine Deneuve aime aller voir des expositions, recherche la nature même à Paris, et a besoin de se tenir informée de l’actualité pour être dans la réalité de la vie. A 73 ans, l’énergie physique qui l’a toujours définie et dont elle s’est servie pour interpréter tous les personnages qui composent sa filmographie et être active dans son quotidien, elle espère la conserver le plus longtemps possible afin de continuer à s’enthousiasmer pour des projets. Ces jours-ci, elle commence justement le tournage du nouveau film de Julie Bertuccelli, réalisatrice qui alterne documentaires et fictions. Le scénario très original plaît beaucoup à cette grande comédienne qui n’a pas fini de nous surprendre, d’autant que le bonheur de la retrouver à l’écran n’a pas pris une ride.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Portraits
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 07:16
Une autre Amérique

Cette jeune femme originaire du Bronx, qui en est déjà à son sixième album, franchit à 29 ans un palier et donne toute sa mesure à une voix, un univers d’une très belle richesse musicale et un message fort. Derrière le nom Hurray for the riff raff, que l’on peut traduire par Hourra pour la racaille, il y a Alynda Segarra, qui dans ce nouveau disque assume pleinement ses racines portoricaines, ce qui n’était pas forcément le cas jusqu’à présent, dont on retrouve les sonorités et les rythmes dans certains morceaux. Le reste de ce superbe album est composé de blues, folk, rock, soul, voire de gospel qui s’enchaînent naturellement à travers des mélodies et des tempos enthousiasmants. Il y a du Patti Smith chez cette artiste a, à la fois dans la magnifique voix puissante et rageuse qui sait aussi se faire plus douce, mais aussi dans l’attitude rebelle de par son vécu lorsqu’elle sillonnait l’Amérique en train de marchandises dès 17 ans, et par ce qu’elle représente aujourd’hui en encourageant dans ses chansons ses compatriotes bafoués à se réveiller pour vivre et s’opposer à M. Trump. Auteur, compositeur, interprète, elle joue de la guitare, du piano et des percussions, relayée pour celles-ci par d’excellents percussionnistes et entourée par des musiciens, qui passent d’un style à l’autre avec la même aisance, dont deux violonistes qui interviennent ponctuellement. Tout dans ce disque sonne juste, les paroles, la musique, la démarche, on ne peut qu’être touché par la beauté et la force de ces 12 morceaux. Tant qu’il y aura des artistes comme Alynda Segarra, les amateurs de musique vraie et non pas formatée continueront à dénicher des pépites comme cet album indispensable, dont malheureusement les médias de tous bords ne parlent pas suffisamment.

 

Hurray for the riff raff - The navigator - PIAS - 1 CD : 14,99 €.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Disques
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 06:32
Un seul être vous manque

A 77 ans, Marco Bellocchio est l’un des derniers grands maîtres du cinéma italien, qui tout au long de son œuvre a su mêler avec talent et force, l’intime, le politique et le social. Son dernier film empli de nostalgie et de mélancolie s’articule dans la sphère de l’intime, mais le social et le politique ne sont jamais très loin de ce bouleversant drame familial. De nombreux allers-retours dans le temps à plusieurs époques entre 1969 et 1999 n’empêchent pas la mise en scène d’être toute en fluidité, et de mettre très finement différents moments de la vie du personnage central en résonnance avec la mort, la solitude, la souffrance, le mensonge qui l’ont accompagné durant ces 30 années. Le cinéaste capte les non-dits, les blessures enfouies, l’imaginaire enfantin avec des plans d’une étonnante puissance émotionnelle, relayé par des comédiens dont le jeu sobre et intense est au diapason, notamment un jeune garçon au regard déchirant. Les intérieurs souvent dans un très beau clair-obscur apportent un aspect mystérieux à cette histoire douloureuse qui ne sombre jamais dans le mélodrame. Nous sommes à Turin en 1969, un garçon de 9 ans faisant ses devoirs est attiré par sa mère pour venir danser le twist avec elle sur une musique qui passe à la radio. On sent une grande complicité entre eux et beaucoup de joie. Puis, ils regardent terrifiés et serrés l’un contre l’autre Belphégor à la télé. On les retrouve ensuite dans un bus où la mère apparaît beaucoup plus sombre et perdue dans ses pensées. C’est maintenant la nuit, elle vient étreindre son fils qui dort, en lui disant « Fais de beaux rêves ». Un cri perçant du père réveille le garçon un peu plus tard, il se lève et voit une effervescence dans l’appartement. On commence par lui mentir et lorsqu’on lui dira que sa mère est morte, il refusera d’y croire. Ce film poignant explore très intelligemment les dégâts provoqués par un traumatisme durant l’enfance, et l’impossible guérison que l’enfant grandissant et ensuite l’adulte recherchent en vain.

 

Fais de beaux rêves - Un film de Marco Bellocchio avec Valerio Mastandrea, Bérénice Bejo, Nicolo Cabras, … - Ad Vitam - 1 DVD : 19,99 €.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans DVD
commenter cet article
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 06:47
Troublant récit initiatique dans l’Espagne post-franquiste

Considéré comme l’un des plus grands romanciers de notre temps, Javier Marias éblouit dans sa dernière œuvre par l’intelligence de son écriture. Sa langue d’une envoûtante richesse mais toujours accessible, nous emmène au-delà de l’intrigue vers des digressions d’une justesse impressionnante. A 65 ans, le madrilène ausculte dans ce magnifique roman les comportements de l’Espagne franquiste et surtout postfranquiste, vu qu’une grande partie de l’histoire se passe en 1980 lorsque le pays est en pleine transition démocratique. Cela étant, le cœur du roman tourne autour d’un couple d’une quarantaine d’années, et les nombreux personnages gravitant autour qui chacun à son niveau est touché par ce vent de liberté après les années de plomb. A travers l’histoire personnelle de ce couple et le comportement des uns et des autres sous Franco, l’écrivain questionne le pardon, le mensonge, la trahison, le secret, les non-dits, l’amour, l’amitié et bien d’autres thèmes avec toujours une extrême lucidité et une acuité à analyser les consciences pour comprendre le sens de nos actes. Un homme, pas loin de la soixantaine, entreprend de nous raconter son histoire et celle des personnes qu’il a côtoyées lorsqu’il avait 23 ans et était secrétaire particulier d’un réalisateur à Madrid. Il nous évoque d’emblée le mariage désastreux de son patron uni depuis une vingtaine d’années à une femme dévouée et amoureuse, mais qu’il rudoie verbalement pour une raison mystérieuse. Le réalisateur fait part au jeune homme d’une rumeur qui le tracasse concernant un ami de longue date, et va le charger d’enquêter à son sujet. En suivant l’apprentissage de ce brillant jeune homme, le romancier nous passionne, nous intrigue et nous éclabousse de son immense talent à mêler l’intime, le contexte historique et une réflexion magistrale sur les choses de la vie.

 

Si rude soit le début - Un roman de Javier Marias - Gallimard - 576 pages - 25 €.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Livres
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 07:04
Beau, émouvant et foisonnant

Enfin récompensé du César du meilleur réalisateur l’an dernier, avec « Trois souvenirs de ma jeunesse », chroniqué dans ces colonnes, Arnaud Desplechin va de nouveau illuminer les écrans de son talent. Il revient une nouvelle fois au festival de Cannes, quasiment tous ses films y sont venus, cette fois pour en faire l’ouverture. A 56 ans, il est assurément l’un des tous meilleurs cinéastes français, sa dernière œuvre en est la parfaite démonstration dans l’intelligence de la mise en scène, les mouvements de caméra, les très gros plans si puissants, la direction d’acteurs, la construction tout autant complexe que fluide. Il nous emmène dans plusieurs histoires, utilise des retours en arrière, où on le suit aveuglément sans ne jamais perdre le fil et en prenant un immense plaisir à suivre ses personnages, dont certains se ressemblent, se dédoublent. Mathieu Amalric, pour la septième fois sous la direction du réalisateur, son alter ego en quelque sorte, joue merveilleusement un cinéaste tantôt chamboulé, tantôt frénétique, et les deux comédiennes qui l’entourent, Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg, sont aussi belles qu’émouvantes. Un homme arrive au ministère des affaires étrangères à Paris où il travaille. Avec des collègues ils évoquent le mystère qui entoure un diplomate dont ils ont perdu la trace. Ils se remémorent son entretien d’embauche au ministère, où l’on découvre un homme quelque peu lunaire. Puis, on se rend compte que tout cela sort de l’imagination d’un cinéaste en train d’écrire le scénario de son prochain film. Volontairement insomniaque pour échapper aux cauchemars qu’il fait immanquablement chaque nuit s’il essaie de dormir, il reçoit à 3h du matin un appel de son beau-père, secoué après avoir rêvé de sa fille disparue du jour au lendemain 21 ans plus tôt sans laisser aucune trace. On retrouve, comme souvent chez Arnaud Desplechin, une savoureuse dualité narrative qui donne à ce très beau film un relief composé de différentes strates toutes aussi passionnantes, mêlant habilement les genres en nous laissant admiratif devant ce formidable raconteur d’histoires.

 

 

Les fantômes d’Ismaël - Un film d’Arnaud Desplechin avec Mathieu Amalric, Charlotte Gainsbourg, Marion Cotillard, …

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Films
commenter cet article
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 07:35
Préhistorique
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 08:01
Echange intergénérationnel
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 07:16
Visite commentée des huiles
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 05:54
Au bout, la mer
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article

Présentation

  • : Culture, politique et photos
  • Culture, politique et photos
  • : Chroniques culturelles (Films, DVD, disques, livres), interviews politiques et sociétales, portraits de personnalités, photos
  • Contact

Profil

  • Michel Monsay
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien

Recherche

Catégories

Liens