Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Affinage de Langres

Publié le par Michel Monsay

Affinage de Langres

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

la belle voix grave de Clara Luciani pour reprendre Imagine

Publié le par Michel Monsay

la belle voix grave de Clara Luciani pour reprendre Imagine

Plus que jamais réécoutons cet hymne pacifiste de John Lennon qui évoque un monde sans religion, ni guerre ni frontière, avec pour seule nationalité, l’humanité. D'autant que c'est Clara Luciani, l'une des plus talentueuses chanteuses françaises, qui reprend cette chanson, toujours d'actualité 50 ans après sa création, d'une guerre à l'autre, du Vietnam à l'Ukraine, et qui restera malheureusement à jamais qu'une douce utopie.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Shigeru Ban, l'architecte humaniste

Publié le par Michel Monsay

Shigeru Ban, l'architecte humaniste
Shigeru Ban, l'architecte humaniste

L'architecte japonais de 64 ans, Shigeru Ban, lauréat en 2014 du prestigieux Prix Pritzker, le Nobel de l'architecture, à qui l'on doit notamment le Centre Pompidou de Metz et la Seine Musicale sur l'île Seguin de Boulogne-Billancourt, vient une nouvelle fois en aide à des réfugiés avec son ONG. Conseiller depuis 1995 du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, Shigeru Ban a développé tout un volant de solutions d’hébergements d’urgence et de bâtiments temporaires pour intervenir dans le monde entier. À Paris, à deux pas de la gare de l’Est où arrivent les trains d’Ukraine, dans le gymnase Marie-Paradis mais aussi dans une autre gymnase du XIIe arrondissement, qui servent depuis le 9 mars d’accueil d’urgence pour des femmes et des enfants fuyant la guerre, une petite installation de rien du tout mise en place mercredi 23 mars, fait toute la différence. Avant, il n’y avait que des lits de camps, quatre-vingts, alignés comme à la revue. Pour dormir, d’accord. Mais pour l’intimité, on repassera. Habitué des situations d’urgence absolue, Shigeru Ban a proposé une solution qui lui ressemble : efficace, toute simple, quasi gratuite. Comme la semaine dernière dans un supermarché désaffecté en Pologne (voir la photo ci-dessous), et comme il prévoit de le faire la semaine prochaine en Slovaquie, il est venu à Paris pour suivre le montage d’une sorte de village de quarante alvéoles. Chacune mesure 4 mètres carrés, soit l’espace pour deux lits ; les murs sont en toile (donnée par Kvadrat, un fabricant danois) et la structure en carton (mis à disposition par le cartonnier français Tupack), le tout monté par des étudiants en architecture de l’école de Versailles avec deux coups de cutter et trois bouts de scotch. Ces installations, bien qu’hyper légères, ont apaisé le lieu, rendant à ces femmes et à leurs enfants leur dignité. «Il y a quelques jours quand j’étais en Pologne, j’ai vu des femmes ukrainiennes relâcher la tension et pleurer de fatigue une fois mises à l’abri dans l’installation que nous venions de réaliser pour elles, témoigne Shigeru Ban. Elles y retrouvaient un peu d’intimité. Et l’intimité est un droit humain fondamental. Si je suis architecte, c’est pour les gens. Les rendre heureux de fréquenter de beaux lieux de culture, mais les abriter aussi en cas de malheur.» Merci Monsieur.

Shigeru Ban, l'architecte humaniste

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Fascinant thriller crépusculaire

Publié le par Michel Monsay

Fascinant thriller crépusculaire

Sombre, dense, délesté des attendus du film de super-héros, The Batman fait aujourd’hui figure de singularité par sa puissance et sa vision plus réaliste qu'à l'accoutumée d’un monde désenchanté qui ne demande plus à être sauvé, asphyxié par toutes ses angoisses, témoin privilégié de sa propre destruction. Vision on ne peut plus actuelle où retentissent les plus grands troubles de notre époque. À la différence des blockbusters inoffensifs de la franchise Marvel, le réalisateur Matt Reeves propose une version noire, vertigineuse, viscérale et poisseuse de Batman. Il nous plonge dans un puits sans fond de ténèbres dans lequel on peut sentir la peur à chaque coin de rue, et son chef opérateur, l'excellent Greig Fraser, sculpte une cathédrale de noirceur dont émergent de brutales saillies de couleurs saturées. Une ambiance qui se situe quelque-part entre le Seven de David Fincher, le Batman de Tim Burton avec Michael Keaton, et le cinéma de Scorsese, avec une très légère pincée de Sin City. Un autre point fort du film réside dans sa distribution : notamment avec l’impeccable interprétation livrée par Robert Pattinson, qui joue plus sur les non-dits et les silences que sur les répliques dans un mélange de violence et de vulnérabilité tout en sobriété, faisant de Batman un personnage torturé, presque asocial, totalement fascinant. Citons aussi Zoé Kravitz sulfureuse et charismatique, John Turturro parfait en mafieux ambigu, et Paul Dano qui est carrément terrifiant, jouant la folie avec une justesse glaçante, nous donnant l'impression d’être réellement en présence d’un type qui pourrait commettre le pire à tout moment, une performance saisissante d’ambiguïté qui installe un malaise durable. Ce film est aussi une étude de personnage en forme de cri primal qui a le mérite de ne pas figer Batman dans le marbre mais de lui offrir un arc intelligent et humain, aux profondes résonances sociopolitiques. Réinventer une icône déjà magnifiée par Tim Burton ou Christopher Nolan, ne voilà pas la moindre des qualités de Matt Reeves, qui a réussi l’exploit de réaliser le meilleur Batman depuis The Dark Knight, donnant un vrai coup de neuf à un univers et des personnages vus et revus, et explorant les zones sombres de la ville de Gotham d’une façon encore jamais vue. Tant sur le plan scénaristique que plastique, ce film est une totale réussite.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Le merveilleux folk-rock romantique et littéraire d'Elliott Murphy

Publié le par Michel Monsay

Le merveilleux folk-rock romantique et littéraire d'Elliott Murphy
Le merveilleux folk-rock romantique et littéraire d'Elliott Murphy

Comme chaque mois de mars depuis son arrivée à Paris en 1989, l'artiste américain Elliott Murphy a investi le New Morning vendredi et samedi dernier pour fêter son anniversaire. Cet auteur-compositeur-interprète et guitariste, qui habite tout près de la mythique salle parisienne, est ce qu'on appelle un artiste culte. En d'autres termes, il n'a jamais vendu des millions de disques ni rempli des stades mais il a des fans fidèles dans le monde entier qu'il parcourt inlassablement depuis 50 ans, date de parution de son premier album, « Aquashow ». Fils d'un producteur de comédies musicales et d'une actrice, Elliott Murphy a grandi à Long Island, près de New York. Il est de la génération de Bruce Springsteen, avec lequel il est ami depuis 1973 et a chanté et joué maintes fois, y compris lors des derniers passages du « Boss » au Stade de France et à l'AccorHotels Arena. Il a aussi côtoyé Lou Reed, Patti Smith et David Bowie entre autres. Promu nouveau Dylan à ses débuts parce qu'il essayait d'écrire des paroles un peu moins stupides que les chansons rock habituelles, il propose toujours à 73 ans de sa voix chaude, caverneuse et profonde un rock and folk poétique et élancé du meilleur goût. Fort bien entouré d'une violoniste, d'un batteur et d'un excellent guitariste, Olivier Durand, Elliott Murphy a délivré deux heures durant une musique enthousiasmante, généreuse, qui a mis en valeur le don mélodique de ses premiers disques, que l'on a retrouvé en 2017 sur le très bel album "Prodigal son".

Voici trois exemples de ses prestations, la première en acoustique et les deux suivantes sur scène, et un extrait de l'album "Prodigal son" :

Publié dans Spectacles

Partager cet article
Repost0

L'engrenage infernal de la machine judiciaire

Publié le par Michel Monsay

L'engrenage infernal de la machine judiciaire

Cette minisérie a de nombreux atouts sur le papier qui se concrétisent à l'écran au fil des quatre épisodes. D'abord la capacité du scénariste Antoine Lacomblez, qui fait souvent équipe avec l'excellent Jean-Xavier de Lestrade (Manon, Jeux d’influence, Laëtitia), à décrypter la dimension psychique de l’existence, ainsi que la précision sociologique avec laquelle il expose, dans toute sa violence contemporaine, la lutte des classes. L'acuité et la complexité du regard qu'il porte sur l'intimité des êtres, et l'écriture très fine des personnages, loin de tout manichéisme, est assez rare à la télévision pour s'en réjouir. Deuxième atout, la belle réalisation de Rodolphe Tissot, à qui l'on doit la série Ainsi soient-ils. Enfin, cette fiction cérébrale et pourtant viscérale bénéficie d’une distribution de haut vol sur laquelle brille Ophélia Kolb. Sans esbroufe, l’actrice découverte dans la série Dix pour cent déploie une fascinante envergure dans ce rôle d’une épouse brisée par des années de mépris, capable d’incarner l’effondrement intérieur comme la vie qui revient. Avec rigueur, les quatre épisodes infiltrent l’engrenage de la machine judiciaire, mécanique alimentée par les passions humaines et dévoyée par les manipulations. Cette minisérie dresse aussi cinq beaux portraits de femme qui cherchent comment trouver leur place dans la société, comment résister face à l’autorité, à la hiérarchie, aux pressions dans la vie professionnelle ou familiale.

Ce que Pauline ne vous dit pas est à voir ici ou sur le replay de France Tv

Publié dans replay

Partager cet article
Repost0

Superbe clip de Bernard Lavilliers à l'image de son dernier album

Publié le par Michel Monsay

Superbe clip de Bernard Lavilliers à l'image de son dernier album

Cette chanson aux accents folk et country écrite par Bob Dylan il y a près de 60 ans a été magnifiquement reprise par Bernard Lavilliers dans son dernier album, dont je disais le plus grand bien en novembre dernier. L'excellent clip qui vient de paraître est conçu en mode Cluedo voire en concentré de roman d'Agatha Christie, dans lequel Bernard Lavilliers invite Gaëtan Roussel, Izïa, Eric Cantona et Hervé à ses côtés pour reprendre le schéma narratif de la chanson, construite comme une enquête où chaque personnage tente de clamer son innocence durant un interrogatoire. Cette chanson engagée, sur la mort réelle d’un boxeur en 1963 après un K.-O. sur le ring, est une allégorie indiquant que lorsqu'aucune responsabilité individuelle n’est assumée, ne reste que la collective.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Belle citation de Jean d'O

Publié le par Michel Monsay

Belle citation de Jean d'O

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents, dans la mémoire des vivants. » Jean d'Ormesson

Publié dans Chroniques, Photos

Partager cet article
Repost0

Une impressionnante batteuse japonaise de 12 ans

Publié le par Michel Monsay

Une impressionnante batteuse japonaise de 12 ans

Après la jeune anglaise Nandi Bushell dont j'ai dit tout le bien que j'en pensais il y a près d'un an, voici une concurrente japonaise quasiment du même âge qui est proprement époustouflante. La facilité avec laquelle elle joue à 12 ans deux morceaux, qui sont deux merveilles du rock des années 70 n'ayant pas pris une ride, laisse rêveur. Accompagnée par d'excellents musiciens japonais, un guitariste, un bassiste, un claviériste, un chanteur et une choriste, ils livrent à eux six deux magnifiques versions d'un morceau de Deep Purple et d'un autre de Grand Funk Railroad.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

La triste réalité en dessins

Publié le par Michel Monsay

La triste réalité en dessins

Par leurs dessins, Soulcié et Chappatte appuient une fois de plus là où ça fait mal. Dans celui de Soulcié, on rigole de cette valse des opportunistes. Dans celui de Chappatte, on rit beaucoup moins!

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>