Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 09:02
Admirable roman noir sentimental des années 1950

Peu connu en France, cet écrivain américain décédé en 1985 a écrit 7 romans, des poèmes et des scénarios pour notamment Roberto Rossellini en Italie ou Fritz Lang à Hollywood. Gallimard a la riche idée de publier en France un autre de ses romans après « In love » il y a 4 ans, et d’en confier la traduction et la préface à Agnès Desarthe. Ecrit en 1958, « Une jolie fille comme ça » baigne dans une atmosphère désenchantée à la Raymond Chandler sans l’aspect polar mais avec la noirceur, une forme de désinvolture, une vision corrosive de la société hollywoodienne, le tout dans une écriture directe, d’une rare économie et au final implacable. Si l’on sent que le romancier connait bien cet univers hollywoodien avec toutes les illusions perdues qui l’entourent, c’est autour de deux personnages, très différents mais tous deux endommagés par la vie chacun à leur manière, qu’il bâtit son intrigue. Un scénariste new-yorkais proche de la quarantaine, travaillant quelques mois par an pour un studio hollywoodien, s’ennuie dans une fête qui s’étire en longueur. En sortant sur la terrasse pour contempler l’océan, il aperçoit en contrebas une jeune femme apparemment enivrée qui entre dans l’eau un verre à la main. Tout en avançant elle est déstabilisée par une vague, perd l’équilibre et semble se noyer. L’homme saute par-dessus la rambarde et court la secourir. Ambitions délaissées, rêves brisés par une réalité cruelle, arrangements avec la vie pour continuer d’avancer, ce superbe petit roman explore les sentiments, les contradictions des êtres à travers une relation venimeuse et envoûtante.

                                                                                                                     

Une jolie fille comme ça – Un roman d’Alfred Hayes – Gallimard – 167 pages – 17 €. 

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Livres
commenter cet article
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 08:14
Charmante comédie douce-amère

Dramaturge américain de 76 ans, auteur de 70 pièces de théâtre, Israël Horovitz a eu besoin de nouveauté dans sa vie et s’est lancé le défi de réaliser un film. Pour cela il a adapté une de ses pièces, en parvenant à créer une vraie œuvre de cinéma sans que l’on ait l’impression de théâtre filmé. Ce passage derrière une caméra est aussi pour lui l’occasion de filmer Paris, qu’il aime tant, avec le charme suranné mais délicieux de la vieille ville et ses rues pavées, ses bords de Seine, ses hôtels particuliers, et avec en fond sonore une musique aux accents nostalgiques. Sous ses aspects de comédie légère, le film change progressivement de registre au fur et à mesure que les trois personnages principaux se dévoilent en laissant entrevoir des secrets douloureux. Pour les interpréter, le réalisateur s’est entouré de comédiens chevronnés aussi à l’aise dans les deux registres, qui apportent brillamment au film autant leur fantaisie que leur sensibilité. Un new-yorkais de 57 ans, qui vient de perdre son père, débarque à Paris pour prendre possession de son héritage, un superbe appartement dans un hôtel particulier du Marais avec un jardin tout aussi magnifique. La vieille dame d’origine anglaise de 92 ans qui y habite lui apprend qu’il s’agit d’un viager. Confrontation de deux cultures, secrets de famille, blessures enfantines, temps qui passe, ce film, tantôt avec humour tantôt avec férocité, réussit le difficile pari d’être en équilibre entre rire et émotion par la finesse d’écriture du dramaturge, l’élégance de la réalisation et la remarquable inspiration des interprètes.

 

                                                                                                                     

My old lady – Un film de Israël Horovitz avec Kevin Kline, Maggie Smith, Kristin Scott Thomas, … - Koba films – 1 DVD : 17,99 €.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans DVD
commenter cet article
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 08:22
Pour en finir avec ce patriarcat et ce conservatisme abjects

Ce film restera comme l’une des plus belles surprises de l’année tant par son sujet, que par la manière de le traiter, la réalisation faite de sensualité et de fougue, et les jeunes comédiennes émouvantes de fraîcheur et de sincérité. Pour son premier long-métrage, la réalisatrice franco-turque de 37 ans nous emmène dans un village reculé et très conservateur de son pays d’origine, où les femmes sont encore totalement soumises à la toute-puissance masculine. Au-delà du pamphlet jamais caricatural contre le sort réservé aux femmes, dans ce village turc comme dans de nombreuses régions du monde, ce film d’une grande finesse, qui ne manque pas d’humour ni de souffle, laisse entrevoir des raisons d’espérer même si le constat présent est parfois dramatique. La cinéaste filme au plus près ses cinq héroïnes, sa caméra mettant en exergue leur beauté, leur espièglerie, leur détresse, mais aussi l’incroyable détermination de la cadette. C’est la fin de l’année scolaire dans une petite ville de Turquie, une jeune fille de 12 ans semble très attristée par le départ pour Istanbul d’une professeure. Elle rejoint ses quatre sœurs ainées qui décident de ne pas prendre le car et de rentrer à pied. En passant par la plage elles s’adonnent à des jeux puérils en toute innocence avec des garçons de l’école. Arrivées chez elles, leur grand-mère qui élève seule les cinq orphelines est déjà au courant par le biais d’une voisine de ce comportement immoral pour les mœurs locales. La joie de vivre des jeunes filles va vite être refroidie par la réaction de la grand-mère, mais surtout par la reprise en main répressive de leur oncle, qui reproche à sa mère d’avoir été trop laxiste avec elles. Cet admirable premier film provoque de nombreuses émotions qui nous font passer par tous les états, et voit la naissance d’une cinéaste possédant déjà un sacré talent et l’insoumission d’un mustang.

                                                                                                                      

Mustang – Un film de Deniz Gamze Ergüven avec Günes Nezihe Sensoy, Doga Zeynep Doguslu, … - Ad Vitam – 1 DVD : 19,99 €.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans DVD
commenter cet article
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 09:06
Un piano touché par la grâce

Dès les premières notes sur son piano, Louis Schwizgebel nous éblouit par sa virtuosité, qu’il accompagne d’une incroyable légèreté tout au long de ses deux merveilles de concertos composés par Camille Saint-Saëns en 1868 et 1896. On retrouve dans ces deux œuvres, toute l’élégance et le romantisme du musicien français, lui-même excellent pianiste, qui a su marier difficulté technique et musicalité. Pour les interpréter, Louis Schwizgebel, un des tous meilleurs jeunes surdoués du piano, il a tout juste 28 ans, lauréat de nombreux concours internationaux et qui se produit déjà dans le monde entier. Ce suisse de Genève, dont la mère est chinoise, vit aujourd’hui à Londres et a enregistré en deux ans des concertos de Beethoven, des sonates de Brahms et des poèmes musicaux de Ravel, Liszt et Schubert. Dans cet album consacré à Saint-Saëns, il livre une interprétation moderne et d’une rare fraîcheur, où il allie fougue et délicatesse avec une maestria remarquable. La partie orchestrale, spécialement dans le concerto n°5 dit « L’égyptien », est tout aussi somptueuse avec une légère influence orientaliste très inventive, que l’orchestre symphonique de la BBC met admirablement en valeur. L’enchantement que nous procure ce jeune pianiste, avec ces deux concertos assez différents mais tous deux grandioses, est l’un des plus grands bonheurs musicaux de cette année.

                                                                                                                      

Louis Schwizgebel – Concertos pour piano n°2 et 5 de Camille Saint-Saëns – Aparté – 1 CD : 16,99 €.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Disques
commenter cet article
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:20
Une pop-rock poétique époustouflante

Cela fait plus d’un an qu’ils font parler d’eux par le biais de leurs concerts et d’un mini-album laissant entrevoir un univers, une originalité et un talent très prometteurs. Avec ce premier album complet, qui était attendu forcément avec impatience, Feu! Chatterton confirme son impressionnante capacité à faire cohabiter chanson française littéraire et pop-rock ambitieuse dans un ensemble cohérent et enthousiasmant. A l’image de la voix du chanteur à la teinte rétro, d’un élégant classicisme autant que d’une rare modernité, le groupe souffle cet étrange mélange de genres empreints d’un romantisme fiévreux. Cet album traversé d’ambiances et de tempos assez différents, qui nous transportent tant par sa rage que par sa douceur, est une merveille d’équilibre entre textes et musiques, les deux étant d’égale qualité. En plus d’une voix unique en son genre qui apporte beaucoup à l’identité du groupe, le chanteur leader écrit également les paroles avec une verve poétique et une puissance d’évocation remarquables. Les douze morceaux, d’une belle richesse musicale aux nombreuses influences, qui multiplient les ruptures de rythme, s’inscrivent dans une palette qui se réinvente constamment sous les doigts des quatre musiciens qui entourent le leader. Il s’agit bien là du groupe français le plus fascinant de la nouvelle génération, par l’exigence de ses créations qui magnifient la langue française tout en enchantant musicalement nos oreilles tout au long de cet album indispensable.

                                                                                                                      

Feu! Chatterton – Ici le jour (a tout enseveli) – Barclay – 1 CD : 13,99 €.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Disques
commenter cet article
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 07:27
L’Orient source d’inspiration inépuisable

Couronné par le prix littéraire le plus convoité, le Goncourt, Mathias Enard rend un vibrant hommage à l’Orient dans son sixième roman avec ça et là des échos très mélancoliques qui renvoient aux exactions d’aujourd’hui en Syrie et ailleurs. Son Orient est celui qui a tant inspiré les plus grands musiciens, écrivains, peintres, savants et aventuriers occidentaux. Cet ancien orientaliste de 43 ans qui a énormément voyagé et vécu dans plusieurs pays du Moyen-Orient, tout en étudiant l’arabe et le persan, se sert de son impressionnante érudition en la matière pour nous emmener sur les traces de tous ces prédécesseurs partis découvrir l’ailleurs avec toutes ses différences et ses richesses. Roman foisonnant admirablement écrit, cette Boussole mêle avec virtuosité les souvenirs personnels du narrateur avec des diversions pertinentes plus ou moins approfondies mettant en scène tous ces prestigieux orientalistes. Un musicologue autrichien spécialiste de l’influence de l’Orient sur la création occidentale, reclus dans son appartement viennois, s’interroge à propos d’un texte que lui a envoyé de Malaisie par la poste sa chère et tendre amie, alors qu’il était sans nouvelles depuis plusieurs semaines. A cette occasion, il relit tous les documents qu’il a en sa possession écrits par cette belle et brillante universitaire orientaliste, amour inaccessible, voyageuse insaisissable, et se remémore les nombreux souvenirs qu’ils ont partagé en Orient, à Vienne ou à Paris. Touchante histoire d’amour, ce roman passionnant, qui bouscule les codes de narration, est truffé d’anecdotes historiques sur les plus grands créateurs et savants des trois siècles derniers. En plus de nous avoir rendus plus érudits une fois le livre refermé, Boussole donne un merveilleux coup de projecteur sur l’Orient, loin de l’image simpliste renvoyée par les médias.

                                                                                                                   

Boussole – Un roman de Mathias Enard – Actes Sud – 378 pages – 21,80 €.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Livres
commenter cet article
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 07:53
Sauter à la corde sur un monocycle
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 08:22
L'art, d'une époque à l'autre
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 08:22
Installation minière à l'abandon
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 08:55
Ambiance grise
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article

Présentation

  • : Culture, politique et photos
  • Culture, politique et photos
  • : Chroniques culturelles (Films, DVD, disques, livres), interviews politiques et sociétales, portraits de personnalités, photos
  • Contact

Profil

  • Michel Monsay
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien

Recherche

Catégories

Liens