Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 06:32
Suivez la flèche
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 07:48
Laurent Binet - La septième fonction du langage

Savoureuse intrigue policière dans les milieux intellectuels et politiques

 

Lauréat du prix du roman Fnac en attendant peut-être d’autres récompenses, l’ouvrage de Laurent Binet est sans discussion l’une des plus belles surprises de cette rentrée littéraire. Après HHhH en 2010, prix Goncourt du premier roman et traduit dans 40 pays, cet auteur de 43 ans, qui a été prof agrégé de lettres, confirme un très grand talent en signant un livre remarquable d’intelligence où l’humour n’est pas en reste. Si l’alchimie fonctionne aussi bien entre la réalité et la fiction dans ce roman, nous le devons au minutieux travail de l’enquêteur Laurent Binet, qui a besoin de maîtriser totalement le contexte dans lequel il situe son histoire, et n’hésite pas pour cela à se documenter de manière obsessionnelle. Il revisite ainsi le tout début des années 80 à Paris et en Italie, à la fois sur le plan politique mais surtout dans le microcosme intellectuel, au travers d’une plume savante, pédagogique, ludique et très souvent  moqueuse à l’endroit de certains philosophes, écrivains et politiciens. En ce 25 février 1980, Roland Barthes sort d’un déjeuner avec François Mitterrand et marche d’un bon pas mais sans être très attentif pour rejoindre son bureau, quand soudain il est percuté par une camionnette. L’auteur nous explique alors ce qu’est la sémiologie, avant de nous emmener au chevet du célèbre sémiologue, qui a été transporté aux urgences de la Salpêtrière où un commissaire des Renseignements généraux mandaté par le Président Giscard démarre une enquête. Tout en analysant le pouvoir du romanesque, du langage, les limites entre la fiction et la réalité, Laurent Binet nous offre un thriller d’une incroyable richesse tout à la fois drôle, palpitant, insolent, jubilatoire, regorgeant de scènes d’anthologie et qui nous cultive autant qu’il nous amuse.

                                                                                                                     

La septième fonction du langage – Un roman de Laurent Binet – Grasset – 495 pages – 22 €.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Livres
commenter cet article
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 08:28
Martine à l'Assemblée
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 06:59
Un mélange fascinant et unique

De son vrai nom Yannick Ilunga, Petite Noir maîtrise parfaitement le français pour qui en douterait, son pseudonyme lui est venu d’instinct. Né à Bruxelles d’un père congolais et d’une mère angolaise, il a grandi au Cap en Afrique du Sud en fréquentant un collège britannique. Avec ce premier album enregistré à Londres au double titre franco-anglais, ce jeune artiste de 25 ans est assurément la révélation de cette rentrée. Sa musique est à son image, elle ne connait pas le concept de frontières et offre un étonnant brassage de genres et de cultures. A la première écoute, on peut penser à Depeche Mode, Radiohead ou Tears for fears par moments pour la voix, mais au final c’est le délicieux croisement d’une pop électronique et de rythmes africains qui définit le mieux l’univers de Petite Noir. Le plus fort est d’avoir cette sensation de sons familiers alors qu’il s’agit bien d’une musique nouvelle, enivrante, follement originale, qui nous fait vivre un voyage unique. Qu’elle soit syncopée ou plus planante, la formidable partition, de cet album qui fourmille de trouvailles mélodiques et rythmiques, enchante nos oreilles ou nous fait nous trémousser tout au long des 11 morceaux d’une incroyable maîtrise pour un premier enregistrement. L’ambiance du disque oscille savamment de plages mystérieuses en transes d’afro-beat encadrées de synthétiseurs insufflant constamment le chaud et le froid. La très belle voix de Yannick Ilunga se pose merveilleusement sur ses compositions envoûtantes. Grave, profonde, elle devient plus exaltée sur quelques envolées et offre une palette chatoyante quel que soit le tempo. Cet album fascinant à la fois sombre et dansant est un ovni à ne manquer sous aucun prétexte. Une musique hybride de la plus belle inspiration qui révèle un artiste déjà indispensable.

                                                                                                                      

Petite Noir – La vie est belle / Life is beautiful – Domino records – 1 CD : 14,99 €.

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Disques
commenter cet article
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:04
Avant qu’il ne soit trop tard

Le Festival de Cannes 2015 restera un souvenir exceptionnel pour Emmanuelle Bercot, actrice et réalisatrice de 47 ans, avec son superbe film « La tête haute » en ouverture du festival en lieu et place des grosses productions habituelles, et un prix d’interprétation pour son rôle dans le film de Maïwenn. Nous avions déjà été séduits par « Backstage » en 2005, puis il y a deux ans par « Elle s’en va » où Catherine Deneuve montrait encore une nouvelle facette de son talent, mais la cinéaste nous impressionne cette fois-ci avec un film percutant et émouvant, qui nous prend aux tripes dès les premières images. La grande Catherine est de nouveau au générique où elle campe magistralement une juge pour enfants. Les autres interprètes ne sont pas en reste, notamment un jeune inconnu qui tient le rôle principal en jouant à la perfection une rage profonde souvent incontrôlable ancrée en lui, mêlée à un besoin d’amour viscéral qu’il ne peut laisser paraître. Dans la veine d’un cinéma social qui nous offre quelquefois des œuvres majeures reflétant au plus près une réalité contemporaine, Emmanuelle Bercot filme sans concession mais avec sensibilité une adolescence marginale, délinquante, au banc de la société, tout en rendant hommage aux éducateurs et magistrats qui font tout leur possible pour sauver ces jeunes avant qu’il ne soit trop tard. Le film démarre dans le bureau d’un juge pour enfants à Dunkerque, où une jeune mère avec ses deux fils est convoquée pour son ainé de 6 ans qui ne va plus à l’école. La femme excédée claque la porte et abandonne son fils après l’avoir traité de moins que rien et de boulet. Le petit, qui a suivi toute la scène avec un regard bouleversant, va être placé en centre d’accueil. Dix ans plus tard, même lieu même personnages, l’adolescent de 16 ans  vole des voitures et roule à tombeau ouvert dans son quartier avec sa mère et son petit frère qui exultent à l’arrière. Outre ses qualités artistiques, ce film donne à voir sous un angle différent loin des clichés et des stigmatisations habituels, ces gamins qui grandissent dans un contexte familial déplorable ou inexistant pour se transformer en boule de nerfs et de haine. Edifiant.

                                                                                                                   

La tête haute – Un film d’Emmanuelle Bercot avec Rod Paradot, Catherine Deneuve, Benoit Magimel, Sara Forestier, …

Repost 0
Published by Michel Monsay - dans DVD
commenter cet article
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 07:27
Plateau d'urgences
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 07:24
Lumière sur l'accessibilité
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 08:15
A l'endroit, à l'envers
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 06:17
Touristes inspirés par Napoléon ... ou pas
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 07:08
A chacun son style
Repost 0
Published by Michel Monsay - dans Photos
commenter cet article

Présentation

  • : Culture, politique et photos
  • Culture, politique et photos
  • : Chroniques culturelles (Films, DVD, disques, livres), interviews politiques et sociétales, portraits de personnalités, photos
  • Contact

Profil

  • Michel Monsay
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien

Recherche

Catégories

Liens