Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

dvd

Des traces d’humanité dans un pays gangréné par la peur

Publié le par michelmonsay

3D_DVD-BARBARA.png

 


 

Peu connu en France mis à part des cinéphiles, Christian Petzold, réalisateur de 52 ans, est pourtant le chef de file d’un renouveau du cinéma allemand depuis une dizaine d’années. Il a été récompensé de manière unanime au dernier Festival de Berlin par l’Ours d’argent de la meilleure mise en scène pour « Barbara », son 6ème long métrage. Avec une grande subtilité, un réalisme épuré, et sans le manichéisme habituel pour dépeindre la vie en Allemagne de l’Est, le cinéaste parvient à la fois à recréer cette atmosphère étouffante de suspicion généralisée avec une tension palpable de tous les instants, et en même temps à donner à ses deux protagonistes, une profondeur, l’espace possible à des sentiments, à une confiance. Pour les incarner, outre un comédien allemand qui joue intelligemment l’ambigüité et le désir refoulé de son personnage, il a confié le très beau rôle de Barbara à Nina Hoss, son actrice de prédilection. Elle y est belle, intense, toute en retenue et très émouvante derrière sa froideur de façade. En 1980, Barbara une pédiatre qui travaillait dans un grand hôpital de Berlin-Est, arrive en autocar dans une bourgade perdue de RDA. Soupçonnée de vouloir passer à l’Ouest, elle a été incarcérée puis mutée en province. Le médecin-chef de l’établissement l’accueille avec bienveillance, mais Barbara se montre méfiante tant à son égard qu’avec toutes les personnes qu’elle est amenée à côtoyer, excepté les malades. Construit comme un thriller, ce film marquant qui est une très fine analyse des rapports humains en pareilles circonstances, montre aussi une Allemagne de l’Est qui n’est pas totalement grise et menaçante.

 

Barbara – Un film de Christian Petzold avec Nina Hoss, Ronald Zehrfeld, … – Pyramide vidéo – 1 DVD : 19,99 €.

Publié dans DVD

Partager cet article
Repost0

Comédie d’aventure rétro à la fois tendre et décalée

Publié le par michelmonsay

3388330042950.jpg


Ne boudons pas notre plaisir, les bonnes comédies sont suffisamment rares pour ne pas apprécier à sa juste valeur la dernière folie d’Alain Chabat. Lorsqu’il est en forme, ce réalisateur peut nous régaler de films hilarants comme « Didier » ou « Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre », la meilleure adaptation cinématographique des célèbres gaulois, et de loin. Aujourd’hui encore, l’humour gaguesque de l’ancien Nul s’accorde parfaitement avec l’univers de la bande-dessinée, dans cette transposition à la fois fidèle et inventive du Marsupilami, personnage créé par le dessinateur Franquin. On sourit quasiment durant tout le film, et on éclate de rire à de nombreuses reprises aux aventures de cette charmante petite bête jaune, facétieuse, entourée de personnages hauts en couleur qui lui courent après. Les comédiens s’en donnent à cœur joie pour apporter leur loufoquerie à cette histoire mêlant poésie, tendresse, absurde, avec en vedette le duo Alain Chabat / Jamel Debbouze au meilleur de leur forme depuis longtemps. Après une belle séquence d’ouverture dans la forêt tropicale de Palombie, pays imaginaire d’Amérique Latine, nous voici à Chiquito sa capitale, pour faire connaissance avec un prétendu vétérinaire, farfelu et combinard. Puis direction Paris, où un journaliste télé sur le déclin est menacé de devoir faire ses cartons s’il ne ramène pas un scoop de Palombie. Avec le premier, censé être le contact local du second, inutile de dire que rien ne va se passer comme prévu, d’autant que plusieurs éléments vont venir perturber leur collaboration. Le film truffé de gags, trouvailles en tout genre, scènes désopilantes, est baigné d’une délicieuse malice sans aucun cynisme, qui procure l’effet d’une cure de jouvence.                                                    

                                                                                                                     

 Sur la piste du marsupilami – Un film de et avec Alain Chabat, Jamel Debbouze, Fred Testot, Lambert Wilson, Patrick Timsit, … - Pathé – 2DVD : 19,99 €.

 

Publié dans DVD

Partager cet article
Repost0

Un peu d’espoir malgré tout

Publié le par michelmonsay

U-B-A-L-M-DVD-3D.png

 

De manière inattendue, Thierry Binisti réalisateur de télévision de 48 ans dont c’est le 2ème long-métrage, nous offre un très beau film en adaptant un roman de Valérie Zenatti, qui aborde la situation israélo-palestinienne par un biais inhabituel et touchant. La romancière qui a coécrit le scénario, les dialogues et a été très présente durant tout le développement du film, dès la préparation jusqu’au montage, a apporté toute sa connaissance et son vécu de la conjoncture si particulière de ce pays. A l’image de son héroïne, l’auteure est partie avec ses parents vivre en Israël durant son adolescence avant de revenir en France 8 ans plus tard, après avoir accompli son service militaire là-bas. Ces années qui l’ont profondément marquée, ainsi que la manière très impliquée dont s’est emparé le réalisateur de cette histoire, donnent au film une authenticité et une simplicité remarquables. Les comédiens sensibles et très justes contribuent à ce que cette bouteille à la mer ne reste pas lettre morte. Ce long-métrage montre aussi qu’Israël n’est pas uniquement synonyme de guerre et d’attentats, même s’ils sont malheureusement bien présents, mais que des gens vivent au quotidien dans ce pays, plutôt mieux côté israélien que palestinien bien évidemment. Une jeune française de 17 ans qui habite Jérusalem avec ses parents, suite à un attentat dans son quartier, écrit une lettre à un palestinien imaginaire pour comprendre cette violence aveugle. Elle met son message dans une bouteille et demande à son frère militaire de la jeter dans la mer près de Gaza. La bouteille échoue sur une petite plage où 5 jeunes palestiniens passent le temps. L’un d’entre eux va répondre par mail à cette inconnue israélienne. Sans angélisme ni manichéisme, cette histoire captivante à la fois pleine de charme et de violence sous-jacente, adopte un double regard pour mieux cerner les espoirs et les contradictions des uns et des autres sans prendre parti.                                                                                                                      

 Une bouteille à la mer – Un film de Thierry Binisti avec Agathe Bonitzer, Mahmoud Shalaby, Hiam Abbass, Jean-Philippe Ecoffey, … - Diaphana – 1 DVD : 19,99 €.

Publié dans DVD

Partager cet article
Repost0

Chronique sociale d’une formidable justesse

Publié le par michelmonsay

3333297948326.jpg

Depuis son 1er long-métrage réalisé il y a une vingtaine d’années, le cinéaste Cédric Kahn fait partie de ceux que l’on suit avec intérêt. A 46 ans, il sort un 9ème film, sans doute son meilleur, où l’aspect social qui a toujours été en filigrane dans sa filmographie éclectique, est ici bien plus présent avec force et émotion. Sans être jamais pesant en évitant les clichés et l’attendrissement, lé cinéaste dans un style réaliste proche du documentaire, construit son film sur un rythme haletant. Il se sert d’une histoire intense pour évoquer très justement quelques uns des problèmes douloureux de la société actuelle, relayé pour cela par un excellent couple de comédiens à contre-emploi. Guillaume Canet trouve là son meilleur rôle, et Leïla Bekhti confirme dans un registre totalement différent, le talent entrevu dans « Tout ce qui brille » récompensé l’an dernier par le César du meilleur espoir. Un cuisinier qui travaille dans une cantine scolaire se présente dans un restaurant, à la recherche d’un emploi mieux rémunéré. À défaut d’être pris, il fait la rencontre d’une serveuse avec laquelle une alchimie réciproque se dessine très vite. Au hasard d’une journée de repos au bord d’un lac en pleine forêt de la grande banlieue parisienne, les nouveaux amoureux et le fils de 9 ans de la jeune femme découvrent dans un endroit idyllique, un grand local à l’abandon qui est à vendre. Commence alors à s’échafauder dans la tête du cuisinier, un judicieux projet de restaurant qu’il va essayer de concrétiser avec sa nouvelle compagne. Ce remarquable film, qui commence dans une veine « Grand public » et qui peu à peu bascule dans un poignant cinéma réaliste entre Ken Loach et Pialat, véhicule malgré un contexte hostile, une énergie positive très émouvante.

 

 

Une vie meilleure – Un film de Cédric Kahn avec Guillaume Canet, Leïla Bekhti, Slimane Khettabi, … - France Télévisions Distribution – 1 DVD : 19,99 €.

 

Publié dans DVD

Partager cet article
Repost0

Une plongée admirablement filmée au cœur de la psychanalyse

Publié le par michelmonsay

A-dangerous-method-en-DVD portrait w858
 

 
Depuis plusieurs films, le célèbre réalisateur canadien de 69 ans, David Cronenberg, a quelque peu délaissé le cinéma fantastique qui a fait sa renommée, même s’il sonde toujours les névroses et met en scène des personnages complexes. Peut-être un peu moins sombre et moins torturée, sa dernière œuvre n’en est pas moins exigeante et sous une facture plus classique mais tellement bien maîtrisée, explore les fondements de la psychanalyse et des pulsions sexuelles. Dans une réalisation de très grande qualité avec des plans magnifiques, un trio de comédiens excellents, le film à la fois dérange, fascine et passionne. Le traitement par Cronenberg de l’évolution des personnages, de leur relation autant dans leur confrontation que leur rapprochement, participe à la réussite de cette minutieuse reconstitution historique aux dialogues très bien écrits. Nous sommes en 1904 à Zurich où une jeune femme à l’apparence hystérique arrive dans une clinique psychiatrique, pour être soignée par le Dr Jung. Le jeune psychiatre va essayer un traitement expérimental de guérison par la parole, inspiré de la psychanalyse développée par Freud. Cette patiente pas comme les autres, une fois surmonté le traumatisme lié à son enfance, se révèle très intelligente. La réussite du traitement amène le docteur à rencontrer une 1ère fois le professeur Freud. En étant très soucieux de la véracité des faits que le film déroule, Cronenberg apporte par son talent une puissance romanesque à cette histoire, où l’on sent poindre en filigrane les fléaux à venir de ce siècle naissant.
 
A dangerous method – Un film de David Cronenberg avec Michael Fassbender, Keira Knightley, Viggo Mortensen, Vincent Cassel, … - Warner home vidéo – 1 DVD : 19,99 €.

Publié dans DVD

Partager cet article
Repost0

Une histoire intense toute en retenue

Publié le par michelmonsay

 

5051889243717.jpg

 


 

Après nous avoir fait rire dans ses premiers films, Philippe Lioret nous bouleverse depuis avec « Je vais bien, ne t’en fais pas » et « Welcome ». Son nouveau petit bijou s’inscrit dans la même veine où l’incroyable justesse de ton, l’intensité de l’histoire, des personnages nous emportent littéralement et nous poursuit longtemps après le générique de fin. Ce réalisateur perfectionniste de 56 ans, dont c’est seulement le 7ème long métrage, a besoin de prendre son temps pour mener à bien un projet, de l’écriture du scénario jusqu’au montage du film. Il consacre toute son énergie pour donner à l’histoire qu’il nous raconte un réalisme sans faute, et nous amener au plus près des personnages en nous faisant partager leurs sensations et oublier qu’il s’agit d’un film. Vincent Lindon est de nouveau remarquable, et Marie Gillain à la fois lumineuse, fragile, déterminée, incarne merveilleusement son personnage. Une jeune femme juge, mariée et qui a deux enfants, donne 12 € à sa fille pour permettre à une petite camarade de pouvoir faire une sortie avec l’école. La maman refuse poliment cet argent, et par un curieux hasard se retrouve peu après au tribunal face à cette femme juge, pour une affaire de surendettement due à des crédits à la consommation. Parallèlement cette jeune juge apprend qu’elle a une tumeur au cerveau inguérissable. Philippe Lioret réussit à la fois à dénoncer intelligemment les abus des sociétés de crédit face à la vulnérabilité  de personnes en grande difficulté, et à magnifier la force de caractère d’une femme face à la maladie, tout en nous faisant ressentir profondément la fragilité de nos vies.

 

 

Toutes nos envies – Un film de Philippe Lioret avec Vincent Lindon, Marie Gillain, Amandine Dewasmes, Yannick Rénier, … - Warner home vidéo - 1 DVD : 19,99 €.

 

Publié dans DVD

Partager cet article
Repost0

Un réalisme bouleversant qui n’oublie pas l’humour

Publié le par michelmonsay

3384442252287

Pour son 3ème film, l’actrice réalisatrice Maïwenn a créé la sensation du dernier festival de Cannes, en proposant une œuvre très forte qui a remporté le prix du jury. A 35 ans, après deux films remarqués, « Pardonnez-moi » et « Le bal des actrices », elle prend une dimension supplémentaire avec cette plongée au sein de la brigade de protection des mineurs. Son cinéma coup de poing au plus près des êtres, des situations délicates, trouve le parfait dosage entre l’invraisemblable vérité du terrain totalement inspirée de faits réels, et une histoire habilement scénarisée d’où ressort des personnages souvent très touchants. La performance de tous les comédiens, notamment celle de Joeystarr, contribue à cette justesse qui émane du film. Maïwenn donne à voir sans forcer le trait dans un sens ou dans l’autre, toute la complexité d’un tel sujet. Dès les premières images, des policiers interrogent un enfant qui semble répéter ce qu’on lui a dit de déclarer, un autre qui ne trouve pas les mots pour exprimer le trouble profond qui l’habite, puis des adultes qui nient les faits, ou avouent avec une inconscience voire une désinvolture répugnante. Dans un montage très inspiré, le film mêle de nombreux témoignages très troublants, des actions sur le terrain, les rapports tendus ou solidaires entre les policiers, et leur vie privée qu’ils ont bien du mal à préserver tant leur métier est déstabilisant. En mettant en avant le travail difficile de cette brigade peu médiatisée de la police judiciaire, la cinéaste réussit une œuvre poignante sans compromis, qui souligne quelques unes des déviances impardonnables de notre société.

 

Polisse – Un film de Maïwenn avec Karin Viard, Joeystarr, Marina Foïs, Nicolas Duvauchelle, Maïwenn, … - TF1 vidéo - 2 DVD : 19,99 €.

 

Publié dans DVD

Partager cet article
Repost0

Corps et âme voués à la politique

Publié le par michelmonsay

L-EXERCICE-DE-L-ETAT_DVD_3D.png

Récompensé par 3 Césars, ce remarquable film de Pierre Schoeller est seulement le second de ce réalisateur de 50 ans. Cet homme qui écrivait pour les autres jusqu’à présent, a décidé de prendre la caméra en 2008 mais son talent pour raconter une histoire est toujours intact, puisqu’il vient de lui valoir le César du meilleur scénario. Il ausculte ici la pratique du pouvoir avec un réalisme et une lucidité que l’on n’a sans doute jamais poussés jusque-là au cinéma. Passionnante de bout en bout, cette plongée au cœur de la vie d’un ministre que l’on suit au plus près, montre les compromis, les arrangements, les idéaux refoulés, la carapace nécessaire pour résister à toutes sortes de pressions et d’épreuves. Une mise en scène toujours très juste, un scénario de très grande qualité, des comédiens impeccables avec à leur tête un Olivier Gourmet au sommet de son art, tout dans ce film contribue à nous ancrer de manière viscérale à l’intérieur d’un monde sous tension permanente. Le ministre des transports est réveillé en pleine nuit, suite à un accident de car dans les Ardennes qui a fait 12 victimes dont des enfants. C’est sur ce drame tristement d’actualité que l’on fait connaissance avec cet homme d’état, qui se rend tout de suite sur place et dont nous allons suivre le marathon quotidien, entouré de ses collaborateurs notamment le précieux directeur de cabinet. Parmi les très nombreuses qualités de ce film, l’aspect humain des personnages et des situations n’est jamais oublié dans cet univers politique qui ne laisse guère de place aux états d’âme.                                                                                                                      

 

L’exercice de l’Etat – Un film de Pierre Schoeller avec Olivier Gourmet, Michel Blanc, Zabou Breitman, …- Diaphana – 1 DVD : 19,99 €.

 

Publié dans DVD

Partager cet article
Repost0

L’humour face à l’intolérance

Publié le par michelmonsay

g3ezm6uhpvwqlndj    

Après le joli succès de Caramel, portraits croisés de femmes libanaises clientes d’un institut de beauté, la ravissante et talentueuse réalisatrice comédienne Nadine Labaki revient avec un 2ème film au sujet plus grave, mais qu’elle traite toujours avec malice et une certaine légèreté. Mêlant avec brio les genres cinématographiques, elle se permet de passer de la comédie parfois burlesque, à la comédie musicale puis à un registre plus dramatique voire à la tragédie. Impossible de ne pas ressentir un réel attachement pour les protagonistes de cette histoire, particulièrement pour les femmes qui jouent une fois de plus un rôle déterminant pour éviter le pire. Cette fable universelle a pour décor un pays au lendemain d’une guerre civile où il existe encore des tensions voire des affrontements, qui pourrait être le Liban, et plus précisément un village isolé de montagne où musulmans et chrétiens vivent ensemble dans un équilibre fragile. Ils partagent la même douleur d’avoir perdu des êtres chers, ils fréquentent le même café, ont le même ravitailleur, et si la vie semble couler paisiblement dans ce village, on sent aussi que tout pourrait s’enflammer au moindre petit incident. Toute une galerie de personnages truculents peuple cette lumineuse histoire où le rire et l’émotion cohabitent pour mieux souligner l’absurdité des rancœurs, des conflits qui peuvent exister entre deux communautés. Beaucoup de références viennent à l’esprit en regardant le film de cette réalisatrice libanaise, on pense notamment à la belle époque du cinéma italien, et au final on ressort enchanté par ce conte où l’espoir se conjugue au féminin.

 

Et maintenant on va où ? – Un film de et avec Nadine Labaki, avec Claude Baz Moussawbaa, Layla Hakim, … - Pathé vidéo – 1 DVD : 19,99 €.

 

Publié dans DVD

Partager cet article
Repost0

Au cœur du mensonge

Publié le par michelmonsay

3d digipack aproposd-elly-avecsticker-bd-ok 


Sorti initialement au cinéma en 2009 auréolé de l’Ours d’argent du meilleur réalisateur au festival de Berlin, ce film est ressorti cette année suite au remarquable succès de la dernière œuvre d’Asghar Farhadi, « Une séparation », chroniqué dans ces colonnes. Le cinéaste iranien nous donne à voir une certaine réalité de son pays, avec des personnages au comportement assez occidental en apparence mais qui se lézarde aux premières difficultés. Dans cette histoire troublante et captivante,  magnifiquement mise en scène et interprétée par des comédiens totalement investis, on retrouve comme dans « Une séparation » l’incomparable sens de la dramaturgie et la capacité du réalisateur à créer une tension psychologique. Un groupe d’amis trentenaires vivant à Téhéran comprenant 3 couples avec des enfants et un homme fraîchement célibataire, arrivent au bord de la mer Caspienne pour passer le week-end accompagnés de la charmante institutrice d’un des enfants. Le groupe s’évertue à rapprocher les deux célibataires mais un événement dramatique va tout bouleverser. Avec ce film, nous avons la confirmation du grand talent d’Asghar Farhadi, dont on espère de tout cœur qu’il pourra continuer à tourner, dans un pays où des cinéastes sont en prison ou ont l’interdiction de travailler.

 

 A propos d’Elly – Un film d’Asghar Farhadi avec Golshifteh Farahani, Taraneh Alidousti, Shahab Hosseini, … - Memento films – 1 DVD : 14,99 €.

 

Publié dans DVD

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>