Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

films

Poignante rencontre de deux mondes que tout sépare

Publié le par Michel Monsay

Poignante rencontre de deux mondes que tout sépare

La justice restaurative est le socle de ce magnifique film choral, qui parle de réparation et de lien, entre victimes et agresseurs. Le troisième film de Jeanne Herry, dont on avait adoré Pupille, est servi par une troupe de comédiens étourdissants, notamment Leïla Bekhti, Gilles Lellouche, Adèle Exarchopoulos, Dali Benssalah. La cinéaste observe à la loupe la façon dont la justice restaurative, organisée depuis 2014 en France en prolongement de la justice pénale, aide et répare non seulement des victimes, mais aussi des agresseurs. Très documenté, son scénario est habilement tissé. Il crée des îlots de fiction, où se déploie l’empathie et où règne l’émotion. Autant chez les personnages que chez les spectateurs. Ce n’était pas gagné sur le papier, mais on sait depuis Pupille, qui basait déjà sa fiction sur un phénomène sociétal, l’adoption, la capacité de Jeanne Herry à retranscrire avec précision le réel sans jamais oublier d’en faire du cinéma. C’est une affaire de mots et de regards, de parole qui devient action, dans des salles où des hommes et des femmes sont assis en rond. C’est une affaire de cinéma aussi : comment regarder ces êtres meurtris, figés, apeurés, en colère, en souffrance, en réaction, comment restituer les tréfonds de leur âme à travers ce qu’ils disent et aussi ce qu’ils ne disent pas ? En préparant au millimètre un tournage à plusieurs caméras et en s’entourant d’acteurs inventifs et bouleversants, qui viennent à bout de monologues à la puissance d’évocation saisissante. La cinéaste confirme, c'était déjà le cas dans Pupille, sa capacité à obtenir de ses comédiens, une impressionnante justesse de ton et d'incarnation de tout leur être. La justice restaurative a pour but de « libérer les émotions par la parole » et ce beau film est comme un baume, une consolation. Sans donner de leçon, mais en nous apprenant l’existence de cette justice, que peu de gens connaissent, la cinéaste filme les visages comme des paysages, les silences, les regards, les temps de surchauffe et d’apaisement, les trouées de réconciliation entre les parties. Elle célèbre la force du collectif et la beauté des sentiments insoupçonnés qui affleurent quand on veut bien se donner la peine d’écouter l’autre. Plaidoyer pétri d’humanité, écriture ciselée, tension palpable, Jeanne Herry nous offre un film bouleversant, sensible et intelligent.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

L'image comme geste politique contre l’oubli et l'injustice

Publié le par Michel Monsay

L'image comme geste politique contre l’oubli et l'injustice

Lion d'or à la Mostra de Venise, chose assez rare qu'un grand festival décerne sa plus haute récompense à un documentaire, Toute la beauté et le sang versé mêle le combat de l’artiste Nan Goldin contre la famille Sackler, responsable de la crise des opiacés aux États-Unis, au portrait sensible de cette grande photographe des marges. Il était presque inévitable qu'elles se croisent un jour. L’une, Laura Poitras, est une documentariste américaine engagée qui poursuit un travail critique sur l’Amérique post-11-Septembre. De l’occupation américaine en Irak à la surveillance de masse dévoilée par Edward Snowden, en passant par Guantanamo, sa trilogie – My Country, my Country (2006), The Oath (2010) et Citizenfour (2014), Oscar du meilleur documentaire, – dénonce la radicalisation sécuritaire de son pays, et lui a valu d’être placée sur une liste de surveillance antiterroriste par le FBI. L’autre est une artiste photographe mondialement connue, qui a fait de sa vie dans les marges la matière de son œuvre et la source de son activisme en faveur des invisibles de la société américaine. La cinéaste dresse un portrait foisonnant de Nan Goldin, figure essentielle de la scène américaine underground depuis la fin des années 1970. Avec la complicité de son modèle et avec une utilisation constamment inventive des images d'archives, Laura Poitras évoque une existence balisée par de nombreux excès et drames : drogue, prostitution, décès précoces de plusieurs proches balayés par le sida, suicide de sa sœur aînée en 1963 alors que Nan était âgée de 11 ans. Dépourvu de sensiblerie et d'apitoiement, le film ne se contente pas de retracer les grandes étapes d'une vie chaotique. Parallèlement le documentaire revient en détail sur le combat que mène depuis des années Nan Goldin avec le collectif PAIN contre la famille Sackler, propriétaire de la multinationale Purdue Pharma. Cette dernière est responsable de la commercialisation de médicaments antidouleur (dont l'OxyContin) qui ont provoqué des addictions en masse et le décès de 500 000 personnes. Or, le nom de la puissante dynastie Sackler est en tant que généreux mécène présent dans les musées du monde entier. Le film, admirablement construit, mêle plusieurs niveaux de récits allant de l’intime au politique et, à travers la trajectoire de cette artiste, donne à voir tout un autre pan de l’histoire de l’Amérique, notamment l'échec et le déni des politiques publiques en matière de santé, mais aussi les ravages du libéralisme préoccupé par le profit au détriment de la vie humaine.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Un récit familial délicat et empreint de mélancolie

Publié le par Michel Monsay

Un récit familial délicat et empreint de mélancolie

Pour la France est basé sur un épisode intime douloureux de l'histoire familiale du réalisateur Rachid Hami : la mort de son petit frère, Jallal Hami, suite à l'organisation d'un bizutage imitant le débarquement de Provence dans des conditions extrêmes, à l'École militaire de Saint-Cyr, en octobre 2012. Le cinéaste est parti de ce drame pour signer une très belle fiction romanesque en forme d’odyssée familiale entre la France, l’Algérie et Taïwan, qui raconte l'histoire d'un jeune homme né en Algérie, musulman, banlieusard, français et patriote, qui après des études brillantes à Science-Po et TaiDa (Taiwan National University) s’est engagé à l’école militaire de Saint-Cyr où il a trouvé la mort par la faute de ses camarades. Le film n'est pas du tout ce que l'on aurait pu croire. Avec ce drame terrible que Rachid Hami a vécu, on pouvait s'attendre à un réquisitoire contre l'armée, à pointer les responsabilités, la lenteur de la justice. À l'inverse, le film sonne comme un champ d'honneur à son frère, comme pour lui rendre les honneurs qu'il n'a finalement jamais eus. Il se concentre sur des rapports sensibles, pudiques, un magnifique procédé sur la fraternité et sur ces lignes de tension qui traversent la famille depuis leur venue en France pour fuir la guerre civile en Algérie.  Il raconte aussi en filigrane un travail d'intégration, celle d'un soldat comme les autres, mais étant d'origine arabe, il voulait absolument faire mieux que les autres. C'est là que la vraie colère du film s'incarne, même si elle est sourde et tenue, elle nourrit constamment et subtilement la mise en scène et le scénario, qui visent à offrir une représentation juste de la famille française maghrébine, loin des clichés. Rachid Hami, qui semble avoir fait de la nuance son mot d'ordre, nous touche au cœur et à l'esprit avec l'histoire d'un amour fraternel compliqué, en dépeignant avec pudeur les relations souvent conflictuelles entre deux hommes à la fois infiniment proches et radicalement différents, parfaitement incarnés par Karim Leklou et Shaïn Boumedine, mais aussi par les autres acteurs, tous totalement investis dans leur personnage.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Un drame puissant et vertigineux remarquablement filmé

Publié le par Michel Monsay

Un drame puissant et vertigineux remarquablement filmé

C’est un sujet inacceptable pour la Russie : l’homosexualité de Tchaïkovski y reste encore taboue. On ne s’étonne donc guère que Kirill Serebrennikov, le réalisateur de l'excellent Leto et metteur en scène de théâtre, dissident russe aujourd’hui exilé à Berlin, s’en soit emparé. Incroyable destin que celui de Kirill Serebrennikov. Un cocktail explosif à lui tout seul, à l'image de son cinéma. Père juif russe. Mère polono-ukrainienne. Né à Rostov-sur-le-Don (Russie), voici cinquante-trois ans. Ajoutez, avec le temps, physicien viré saltimbanque, artiste polymorphe (théâtre, cinéma, opéra), agitateur invétéré, homosexuel et démocrate revendiqué. Avec La Femme de Tchaïkovski, il décline la passion tragique d’Antonina Miliukova, pour le compositeur, homme froid et cupide qui, en l’épousant, cherche d’abord à étouffer les rumeurs. Cette femme passionnée, humiliée, rejetée est admirablement interprétée par Alyona Mikhailova, scandaleusement ignorée par le jury du Festival de Cannes, de même que le film. Choc esthétique, beauté du drame, Kirill Serebrennikov ravive avec raffinement une certaine idée de la décadence de la fin du XIXe siècle. Ce temps où l’on préférait se perdre plutôt que d’affronter la vérité. Le film se vit comme une longue descente aux enfers sentimentale et sociale que le réalisateur russe tisse plan après plan, tous d’une minutie visuelle prodigieuse. Des plans en plongée pour se noyer dans cette tragédie de l’intime, cette fable sur le mensonge. La virtuosité technique et le bouillonnement narratif sont en cohérence parfaite avec la destinée de l'héroïne. C’est à travers le regard de cette femme naïve et éperdue, aux prises avec ses sentiments brûlants pour le compositeur, que le cinéaste choisit de raconter cette histoire, rappelant en exergue du film l’archaïsme réservé à la condition féminine de l’époque. Kirill Serebrennikov rassemble ici les codes de sa filmographie et ses acquis du côté du théâtre et de l'opéra, pour proposer un dynamitage en règle de la biographie filmée. En se tenant du côté de son héroïne et en usant de plans-séquences splendides, Serebrennikov dépeint avec force les ravages de l’hypocrisie sociale et une Russie mortifère. La façon dont le cinéaste travaille le plan-séquence, un point commun aux gens qui viennent du théâtre comme Orson Welles, Max Ophuls… est passionnante et impressionnante. Le plan-séquence restitue l'ensemble de l'espace. Il englobe tout, et donne une fluidité à la scène. Tout se passe dans les mouvements de caméra qui ne sont jamais fragmentés, et c'est magistral. La femme de Tchaïkovsky est un film fiévreux, qui résume bien cette espèce de folie russe, son débordement dont on parle tout le temps et qui là, existe vraiment et nous fascine sous l'oeil de ce grand cinéaste.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Comédie pétillante où triomphe une réjouissante solidarité féminine

Publié le par Michel Monsay

Comédie pétillante où triomphe une réjouissante solidarité féminine

Après quelques superbes drames comme Été 85, Grâce à Dieu ou Frantz, François Ozon revient à la légèreté très théâtrale de 8 femmes et Potiche, qui sont ses plus gros succès publics. En adaptant à l’air du temps post MeToo une pièce de boulevard de 1935, il signe une comédie policière malicieuse où la parole des femmes fait vaciller le patriarcat à coups de manigances amorales. C’est rythmé et riche de bons mots portés par un séduisant casting à la tête duquel Nadia Terezkiewicz et Rebecca Marder sont irrésistibles. Le cinéaste le plus prolifique de l'hexagone met en scène une comédie spirituelle qui confirme, s'il en était besoin, son étonnante faculté à aborder tous les genres du cinéma, et qui témoigne une nouvelle fois de son exceptionnel talent de directeur d'acteurs. Ces derniers sont de toute évidence ravis de servir les intérêts de cette farce qui, loin des académismes coutumiers du cinéma populaire français, se distingue par son originalité, son audace et son incorrection. Une sorte de rareté. François Ozon observe chacun de ses personnages le sourire en coin, dans le sillage des maîtres Ernst Lubitsch, Sacha Guitry ou Billy Wilder, qui savaient regarder les paradoxes et travers humains dans un mélange d’acuité et de joyeuse désinvolture. Dans ce petit monde, où l’on règle aisément les conflits les plus sombres, l’artifice est de mise, et il faut saluer le talent de l’équipe technique qui, des décors aux costumes, en soigne chaque détail avec inventivité. Il y a derrière cette histoire a priori légère un plaidoyer profond en faveur des femmes, dont on continue aujourd'hui de constater les crimes commis par des conjoints violents. Finalement, le témoignage de l'héroïne du film, qui se déroule il y a près d'un siècle, résonne comme un avertissement contre la bêtise masculine et la nécessité de veiller à préserver le droit et l'intégrité des femmes. Mais ne nous trompons pas. Mon crime n’est pas un film militant mais bien une comédie baroque et joyeuse, où le fait d’être dans les années 30 a permis à François Ozon d’avoir une distance pour faire rire d’une situation qui peut s'avérer dramatique : la condition féminine. Il le fait remarquablement.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Fabuleux récit initiatique humaniste, drôle et bouleversant

Publié le par Michel Monsay

Fabuleux récit initiatique humaniste, drôle et bouleversant

Peu de cinéastes peuvent prétendre à une popularité comme celle dont jouit Steven Spielberg. Du Nouvel Hollywood aux premiers pas du blockbuster, des trucages bricolés à la révolution des effets numériques, du grand spectacle à l’introspection, il infuse notre imaginaire depuis cinquante ans. Que l’on préfère une période de sa filmographie à une autre, il demeure un raconteur d'histoire de génie et une figure majeure du septième art. Au fil d'une filmographie exceptionnelle, il est parvenu à concilier la plupart des cinéphiles exigeants et le grand public, et chacun de ses nouveaux projets continue de provoquer l’excitation. Coécrit par le cinéaste lui-même et son fidèle scénariste Tony Kushner (Munich, Lincoln, West Side Story), The Fabelmans narre la découverte par le jeune Sammy Fabelman, double fictionnel de Spielberg, de sa passion pour le cinéma et à quel point celle-ci va influer sur sa famille dysfonctionnelle. A 76 ans, Steven Spielberg affronte son passé en bousculant sa réserve légendaire, et filme ses premiers émois cinématographiques dans un récit initiatique avec une générosité, une délicatesse et une virtuosité qui n'appartiennent qu'à lui. À des kilomètres de l’exercice nombriliste d’un artiste regardant dans le rétro les raisons de sa légende, The Fabelmans ressemble davantage à un exercice réflexif, et parfois douloureux, sur les manières dont l’artiste peut fédérer, diviser, bouleverser la perception de soi et des autres au travers d’un mouvement de caméra a priori insignifiant ou du parti pris d'un montage . Alors que Spielberg dédiait West Side Story à son père, The Fabelmans semble a contrario vouloir offrir le fin mot de l'histoire à sa mère, avec les multiples dilemmes qui ont jalonné son existence et son insatiable recherche de liberté. Avec ce nouveau chef-d'œuvre,  en plus d'honorer les êtres aimés et disparus, il parvient à se délester de tous les simplismes et manichéismes pour délivrer un jeu de miroirs aussi jubilatoire qu'émouvant, grâce à une narration d’une fluidité absolue, une interprétation toute en subtilité, une mise en scène qui tutoie l’excellence, composant des plans sublimes pour déclarer son amour à sa famille, et nous montrer de manière lumineuse le pouvoir du cinéma. Ce film très personnel, qui nous touche profondément, permet de mieux comprendre comment le petit Steven est devenu l'immense Spielberg.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Un bouleversant chant d’amour, de poésie et d’humanité

Publié le par Michel Monsay

Un bouleversant chant d’amour, de poésie et d’humanité

Pourquoi diable avoir soustrait aux yeux de la population chinoise ce film contemplatif et admirablement réalisé, l'histoire d'amour déchirante de deux laissés-pour-compte malmenés par la vie ? Pourtant la censure chinoise était déjà passée par là en faisant modifier la fin du film pour livrer un happy end plus politiquement correcte, qui heureusement n'est pas la version diffusée en France. Le cinéaste Liu Ruijun y met en scène sa terre d'origine, la province rurale du Gansu, proche du Xinjiang et de la Mongolie intérieure. Il filme au rythme des saisons, en suivant le cycle des cultures et des migrations d'oiseau. Ce réalisme est justement le premier grief du pouvoir contre Le Retour des hirondelles. En 2021, le Parti communiste chinois annonçait, triomphant, « la fin de la pauvreté absolue ». Or ce que l'on voit, dans le film, c'est justement cette même pauvreté absolue… Les deux principaux protagonistes, que leurs familles décident de marier au début du film, vivent l'existence miséreuse des paysans d'aujourd'hui dans une campagne que les habitants ont désertée. Le village compte une seule famille riche : celle d'un membre du parti. Le fils parade dans sa BMW tandis que le couple se déplacent à dos d'âne. Ce regard sans complaisance sur le système chinois se fait plus acéré à mesure que l'histoire progresse. Liu Ruijun accompagne avec amour ses deux personnages dans la lutte sans merci que devient leur vie. Il montre aussi, sans le moindre sentimentalisme, la tendresse qui les unit, mais le sort que réserve une société très dure à ces deux êtres fragiles paraît scellé d'avance. Le Retour des hirondelles apparaît comme une œuvre majeure, dont la maîtrise de la mise en scène, de l’écriture et de la photographie est stupéfiante. Autant le récit refuse l’esbroufe et se contente de regarder un couple d’une magnifique simplicité, autant le film touche quasiment la perfection. Il y a dans ce récit simple et beau, une âme romanesque. Et pourtant, le réalisateur refuse de céder au misérabilisme bien-pensant ou au drame romantique. Il montre, dans une langue débarrassée de toute fioriture inutile, la vérité de l’amour à travers un couple qui se contente d’être ce qu’ils sont au lieu de rêver ce qu’ils ne possèdent pas. D’abord censuré puis interdit par le pouvoir à la suite de son triomphe en salles, ce beau film est une élégie aux oubliés de la Chine moderne. Tourné dans les conditions d’un documentaire, il s’incarne magnifiquement dans les visages, les gestes et les regards de ses deux acteurs remarquables, l’un amateur, Wu Renlin, vrai fermier dans la vie et oncle du réalisateur, l’autre, Hai-Qing, une actrice très populaire, filmés par un cinéaste en symbiose avec la nature et ces existences rurales qu'il dépeint avec une vérité rare. Nous ne sommes pas prêts d’oublier ce couple d’amoureux bancals d’une rectitude déchirante.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Une symphonie en Cate majeure

Publié le par Michel Monsay

Une symphonie en Cate majeure

Réalisateur rare à qui l'on doit deux très bons films, In the bedroom et Little children, Todd Field signe avec TÁR un grand film symphonique, inclassable et inquiétant, porté par une composition magistrale de Cate Blanchett. Nulle autre n’aurait pu incarner avec cette prestance, ce niveau de précision et de férocité un tel personnage. Elle interprète une cheffe d’orchestre, tout autant magnétique, fascinante, admirable qu’orgueilleuse, manipulatrice et méprisable. Elle habite son rôle avec une grâce et une force immenses, jouant autant sur la voix, les costumes, le pas, les mimiques du visage et du corps, que les dialogues où se mêlent subtilement les non-dits et la cruauté. Elle incarne une sorte de monstre de génie et de détestation qui n’a jamais peur d’humilier ses élèves et de réduire à rien ceux qu’elle cherche à écarter de son destin hors norme. En même temps, Lydia TÁR est aussi une femme perturbée, touchante, qui ne parvient pas à se départir de sa sensibilité et de la lutte qu’elle mène depuis toujours pour parvenir à un art pur, immense, profondément inscrit dans sa chair et sa vie. La puissance naturelle et sidérante de son interprétation lui a déjà valu le Prix d'interprétation à la Mostra de Venise et un Golden Globe, en attendant peut-être le troisième Oscar de sa carrière. TÁR est un film impitoyable, incommode mais heureusement exigeant. De cette exigence que l’on a vu disparaître dans le cinéma d’auteur américain, égaré en postures morales et manichéisme facile. Le film commence à la façon d'un documentaire sur le monde de la musique classique, l'exigence, la quête de perfection. Puis, doucement, il se laisse contaminer par un venin plus inquiétant, et à l'impressionnante lumière crépusculaire du directeur de la photo Florian Hoffmeister, s'ajoute un fascinant travail sonore. D’emblée, ce qui frappe, c’est la singularité de la mise en scène, sa rigueur, son austérité, sa composition en longs plans d’une netteté chirurgicale, dans une palette glaçante, mortuaire, entre le noir et le gris. On comprend que Todd Field va nous emmener loin, très loin. C'est aussi un film qui montre comment la création et le talent, le pouvoir et ses abus n’ont ni sexe ni genre. Remarquable sur bien des plans, TÁR est un film froid et contrôlé à l’image de son héroïne, avec une cohérence entre le fond et la forme, propre aux très grandes œuvres.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Magistral, cruel, flamboyant

Publié le par Michel Monsay

Magistral, cruel, flamboyant

Babylon est un film jouissif, excessif, énorme, féroce, constitué d’une multitude de références et d’une mise en abyme perpétuelle. Sexe et amour, drogue et sobriété, égo et altruisme, créativité et trahison sont au cœur de Babylon, mais c'est est avant tout un film sur l’image, sur le son, sur la musique, et sur son rapport à ces éléments. En situant son film au passage du cinéma muet au parlant, le génial Damien Chazelle continue à explorer son obsession pour la relation entre l’image et le son, et la nature du jazz. En huit ans, ce cinéaste franco-américain nous a époustouflé en quatre films : Whiplash, La La Land, First man - Le premier homme sur la lune, et maintenant Babylon. On ne peut qu’être fasciné et transporté par ce qui explose à l’écran, cette frénésie contrôlée au millimètre près, et par la maîtrise du montage. Le sens du rythme de Damien Chazelle, et son sens du silence, sont tout simplement stupéfiants et démontrent, minute après minute, séquence après séquence, le pouvoir de l’image et du son, à travers leur présence, leur absence, leur décalage. Babylon en met plein la vue, plein les oreilles, plein le cerveau, plein le cœur et l’âme. Damien Chazelle y explore la place du cinéma dans une société à la dérive, qui en découvre les balbutiements et la magie. Il fait merveille en jouant avec les méthodes utilisées à l’époque : peu d’effets spéciaux, beaucoup de figurants, un tournage en 35 mm et en Cinémascope, et de la déraison à revendre. Le cinéaste entraîne le spectateur dans une folle sarabande où, avec une créativité sidérante, il reconstitue les tournages homériques de l'époque, les fêtes démentes où des éléphants sont conviés sur la piste de danse, et les coulisses mal famées d'une industrie où les coups bas et les drames sanglants sont légion. Babylon est aussi un film flamboyant sur les oubliés de l’histoire, ceux qui ont essuyé les plâtres pour que d’autres récoltent les lauriers. On y retrouve toute l’ambiguïté déchirante du cinéma de Damien Chazelle, qui reproduit dans un mouvement nostalgique une sorte d’émoi de la première fois, mais pour mieux capturer un désenchantement. Dans des superbes plan-séquences, il chorégraphie ses acteurs, tous épatants, et sa caméra avec virtuosité, et confirme qu'il est bien actuellement l'un des cinéastes les plus passionnants et les plus doués. Ce film dément et courageux, qui regarde Hollywood droit dans les yeux pour en scruter les abîmes et la lumière, est une superbe déclaration d'amour au cinéma.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Une très belle histoire de famille doublée d'une lettre d'amour pour l'animation en volume par un génial artisan

Publié le par Michel Monsay

Une très belle histoire de famille doublée d'une lettre d'amour pour l'animation en volume par un génial artisan

Alain Ughetto redonne vie et éclat à des existences supposées minuscules parmi la masse des 25 millions d’Italiens émigrés en Europe au XXe siècle, ayant fui la misère et le fascisme, dont beaucoup ont construit nos infrastructures. Prix du Jury au Festival d'Annecy, l'équivalent de Cannes pour l'animation, Interdit aux chiens et aux Italiens est de ces films au charme inné, faits de bric et de broc, d’inspiration constante et d’intentions claires, loin des films d'animation américains aux images de synthèse lisses et souvent sans intérêt. A 72 ans, Alain Ughetto après s'être cherché en ayant été manœuvre, prothésiste dentaire et documentariste, s'est trouvé avec l'animation et a réalisé plusieurs courts-métrages, dont La Boule (récompensé en 1985 d’un César), et un long-métrage, Jasmine en 2013, qui racontait son histoire d’amour avec une Iranienne, à Téhéran, à la fin des années 1970. Après neuf ans de travail, Interdit aux chiens et aux Italiens, tourné image par image, retrace l’histoire de ses grands-parents italiens, partis du Piémont au début du XXe siècle pour s’installer en France. Il s’agit en fait de transmettre une double histoire : celle, individuelle, d’une famille pauvre, avec ses rares bonheurs et ses nombreuses épreuves intimes, et celle de l’Europe, avec ses deux guerres mondiales et les pérégrinations forcées de ses habitants. Le sens du devoir est omniprésent dans le récit, tandis que le jeu et la créativité sont des enjeux centraux de la mise en scène. L’amusement vient de la constitution du décor, recyclage d’aliments et objets ayant ponctué le quotidien des Ughetto. Dans Interdit aux chiens et aux Italiens, on grimpe dans des arbres en brocolis, on vit dans des maisons en cartons, en morceaux de sucre ou en courges. On se déplace dans des reproductions de trains et bateaux. Poétiser l’environnement et les actions de trois générations d’une même famille est certainement une manière pour Alain Ughetto de redonner à sa lignée l’innocence et la joie dont elle a été privée. Une main, celle d’Alain Ughetto, s’immisce régulièrement dans le champ, comme un personnage à part entière, pour tendre un outil à l’un de ses aïeuls, l’aider ou le questionner. Le film devient ainsi un témoignage rare sur l’art du cinéma d’animation, le geste bricoleur (hérité du grand-père) et le rapport intime entre la créature et son créateur. Pétri d’une poésie constante, traversé d’un humour italien qui donne à la tragédie une forme plus douce, le film offre une véritable matière aux souvenirs.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>