Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

films

D'une beauté et d'une ambition rares

Publié le par Michel Monsay

D'une beauté et d'une ambition rares

On avait laissé l'excellent cinéaste québécois Denis Villeneuve il y a quatre ans avec le très réussi "Blade runner 2049", qui avait suivi un autre film emballant : "Premier contact" en 2016. Ces deux œuvres étaient déjà encrés dans l'univers de la science-fiction, genre que le réalisateur est en train de totalement révolutionner, si l'on y ajoute ce formidable "Dune", en y apportant sa virtuosité et sa sensibilité. Le talent de ce réalisateur de 53 ans nous été apparu au préalable dans plusieurs thrillers, comme "Sicario", dont la précision de la mise en scène et de la direction d'acteurs faisaient merveille, de même qu'une fascinante atmosphère sombre dans laquelle baignaient ses films, voilà pourquoi l'adaptation du fameux roman de Frank Herbert par Denis Villeneuve était tant attendue. On peut tout de suite dire que le résultat est largement à la hauteur de l'attente, on y retrouve tout ce qui fait la force du langage cinématographique du réalisateur, qui se sert de cette histoire futuriste pour nous tendre un miroir sur notre monde actuel, notamment d'un point de vue écologique et politique. Entre le roman de Herbert et le cinéma de Villeneuve, les passerelles thématiques abondent : La place des femmes dans une société patriarcale, la spécificité d’un langage, l’expérience du temps, les conflits de générations ou même, d’un pur point de vue de mise en scène, la confrontation dans un même cadre d’un humain à son environnement. Ne refusant jamais le spectacle et ses images iconiques lorsque le réclame la dramaturgie, Villeneuve réussit toujours à replacer l’humain au cœur de la mécanique. Un crédo passant par une incarnation visuelle naturaliste, parfois jusqu’au dépouillement. Loin de toute fantasmagorie, sans refuser pour autant une certaine étrangeté, de splendides gros plans sur des visages, voire une certaine luxuriance (le travail du chef opérateur est impressionnant, certaines séquences s'apparentant à des tableaux de maître), Dune crée une quotidienneté par laquelle le monde de Herbert se fait palpable, organique, plus proche que jamais de nous. D’autant que sa pertinence thématique, sur les enjeux écologiques de la surexploitation des ressources et les mécanismes de la colonisation, ajoute à ce sentiment de proximité et de contemporanéité. Dune, monumental d’ambition et d’ampleur, parvient alors à une illusion troublante d’intimité, notamment dans ce duo mère-fils, que Thimotée Chalamet et Rebecca Ferguson rehaussent avec brio, d'ailleurs tous les acteurs sont irréprochables. Dans la droite continuité de sa filmographie, Denis Villeneuve extirpe du roman un traitement inédit, bien supérieure à la version de David Lynch, continuant la réalisation sensorielle qu’il avait déjà expérimentée dans Premier contact et plus encore avec Blade Runner 2049 avec qui Dune partage nombre de similitudes à travers son apparente épure, l’absence de pyrotechnie inutile et la vision singulière d’un cinéaste décidément parmi l’un des plus admirables de sa génération. Ce projet de mise en scène se prolonge au sein du découpage technique, précis, minimaliste et anticonformiste. Le cinéaste ne fait jamais retomber la tension et nous entraîne dans un monde âpre, sublimé par une esthétique stupéfiante de maîtrise, que l'on admire dans les cadrages, l’architecture des décors et l’agencement méticuleux des éléments graphiques. Dune est l’accomplissement d’un cinéaste esthète qui n’aura de cesse de surprendre, parasitant chaque genre appréhendé, du drame psychologique à la science-fiction, avec une imagerie frappante et un regard passionné, il parvient à concilier grosse production et vision d'auteur.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Un polar social iranien impressionnant

Publié le par Michel Monsay

Un polar social iranien impressionnant

Souvent les grands polars disent beaucoup de la société, du contexte dans lequel ils s'inscrivent. Là, c'est plus que le cas, à travers le démantèlement de ce trafic de drogue, tout nous est donné à ressentir et à voir de la société iranienne actuelle, surtout urbaine : la pauvreté, la corruption, la débrouille, le système D, comment s'organise le trafic de drogue... Le réalisateur Saeed Roustayi, dont c'est le deuxième film, dévoile un monde inconnu, insoupçonné, inédit au cinéma, celui d’une société iranienne rongée par la corruption et ravagée par les drogues dures. Il filme magistralement ce fléau, qui a vu passer en quelques années le nombre de toxicomanes de 1 million à 6,5 millions, et ce malgré le risque de peine de mort. Très documenté pour être au plus près de la réalité, le film a dû faire face à la censure mais a tenu bon pour n'apporter que de petites modifications à la marge, résultat : "La loi de Téhéran" est le film non comique le plus rentable de l'histoire du cinéma iranien. Le cinéaste dresse une vision de la société iranienne moderne sans concession ni manichéisme : La question de la peine de mort, de la protection de l’enfance, de la nécessaire humanisation des prisons est posée, obligeant le spectateur occidental à relativiser les critiques récurrentes contre ses propres institutions. L’Iran est un pays au bord du gouffre, où la meilleure façon de survivre est de se fondre dans le silence des foules anonymes. Rarement on aura vu une confrontation intime, humaine, psychologique et policière portée à un tel niveau d'incandescence, grâce à une mise en scène aussi étouffante que stupéfiante, une maîtrise scénaristique et deux comédiens magnétiques. On connaissait du cinéma iranien, Abbas Kiarostami, Jafar Panahi, ou Asghar Farhadi, il faudra compter désormais sur Saeed Roustayi qui, à 32 ans, dans un autre registre nous offre ici un grand moment de cinéma, et devrait nous en proposer bien d'autres à l’avenir vu le talent dont il fait preuve de la première à la dernière image de son film. Sorti depuis le 28 juillet, "La loi de Téhéran", chose assez rare vu le nombre de films qui sortent chaque semaine, est encore à l'affiche, profitez-en avant qu'il ne disparaisse, vous ne serez pas déçu du voyage.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Troublante résonnance entre la vie et le théâtre

Publié le par Michel Monsay

Troublante résonnance entre la vie et le théâtre

Le cinéaste japonais de 42 ans, Ryusuke Hamaguchi, dont on avait déjà adoré Senses et Asako, a émerveillé le Festival de Cannes cette année avec son nouveau film, dont beaucoup le voyait remporter la Palme d'or et qui a dû se contenter du Prix du scénario. Autour du deuil, de la création artistique, de la parole et de l’écoute, mais aussi de la langue de Tchekhov, "Drive my car" fait naître des moments de cinéma d’une grâce absolue. Imprégné d’une douce mélancolie, ce film d'une richesse et d'une délicatesse infinies a aussi quelque chose à la fois d'aérien et de profond, et impressionne par son art de la suggestion et de la subtilité. En adaptant une nouvelle de Murakami, Hamaguchi, cinéaste du mouvement et de l'intime, de la perte et de la disparition, filme les mots comme les silences de ses personnages pour en faire merveilleusement ressortir leurs contradictions, leur pudeur et leur mystère. Admirablement mis en scène, construit et monté, le cinéma de Hamaguchi est poétique, sensoriel et on ne peut plus essentiel, on s'en imprègne sans modération et même après les trois heures que dure ce film remarquable on en redemande.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Une œuvre poignante et puissante

Publié le par Michel Monsay

Une œuvre poignante et puissante

Réalisateur d'excellents documentaires et fictions, comme "Le Dernier Roi d’Écosse" ou "Jeux de pouvoir", Kevin Macdonald, cinéaste écossais de 53 ans, même quand il choisit de tourner dans la seconde catégorie, garde toujours un pied dans le réel. Ici encore, il adapte une histoire vraie, celle de Mohamedou Ould Slahi, Mauritanien arrêté chez lui en 2001, deux mois après les attentats du 11 septembre. Le film livre une exploration précise de Guantanamo, bout de terre improbable avec ses iguanes, ses salles de torture et ses spots de surf pour GI en week-end. Ce solide film-dossier restera comme un témoignage important du début du XXIe siècle. D'une époque où l'on avait aménagé un bout d'île destiné à échapper aux droits humains et desservi par un aéroport où l'on vendait des casquettes et des mugs en souvenir de l'enfer sur terre. Ce thriller juridique et politique est un plaidoyer implacable contre les outrances américaines à Guantanamo. En parallèle, comme dans son "Dernier Roi d’Ecosse", Kevin MacDonald s’attarde sur le rapport entre le détenu, remarquablement interprété par Tahar Rahim, et son avocate déterminée, impeccable Jodie Foster, dernier lien d’humanité dans un dossier honteux pour une grande démocratie, prête à tout pour se venger en ne laissant aucune place à la nuance, et peu importe si elle se trompe.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Opéra pop sombre et virtuose

Publié le par Michel Monsay

Opéra pop sombre et virtuose

En trente-sept ans de carrière, Leos Carax n'a réalisé que six longs-métrages. A la mémoire de nos rétines, ils laissent beaucoup d'instants musicaux, comme celui où Denis Lavant court à perdre haleine dans « Mauvais Sang » sur l'air de « Modern Love » de David Bowie. Il n'est donc pas surprenant que le cinéaste nous propose aujourd'hui un drame musical. A la fois stupéfiant et inventif dans sa réalisation avec ses cadrages et ses plans-séquences admirables, mais aussi dans sa mise en scène audacieuse, d’autant qu’elle fut compliquée par les enregistrements vocaux et musicaux, les acteurs chantant en direct sur le plateau de tournage, le cinéaste vient de remporter justement le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes. Il filme les corps tournoyants s’enlacer, se rencontrer avec une délicatesse portée par la douceur de la lumière parfaitement soignée de Caroline Champetier. Elle illumine des comédiens dont l’engagement est total et qui parviennent à jouer, à chanter avec naturel et intensité, notamment Adam Driver dont le jeu et la présence impressionnent. Leos Carax a quelque chose de Lewis Carroll. Rentrer dans son cinéma revient à suivre le lapin blanc d’Alice et plonger dans le terrier, son film est un feu d’artifice qui fait feu de tout bois, et qui se consume devant nous. L’étincelle, c’est d’abord celle des Sparks, groupe iconoclaste rock qui offre à Carax une anti-comédie musicale. Le lyrisme est fou, il domine tout, survient n’importe quand, n’importe où et surtout mélange l’intime et le récit, le personnage et son commentaire, le réel et l’imaginaire. Dans les mains d’un cinéaste comme Carax, ce lyrisme devient une façon de déconstruire le cinéma, de toucher à l’émotion brute et de bousculer l’œil et le cœur du spectateur. Le film nous aspire, nous entraîne dans sa noirceur et nous perd volontairement comme dans un songe qui se révèlerait être un cauchemar. Avec "Annette", Carax filme la mise à mort de la poésie, la laideur du cynisme, la cruauté d’un monde où tout n’est qu’image. D'une richesse plastique infinie, ce film explore l'âme brisée d'un artiste et amant raté, avec une intelligence et une énergie folles.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

A la fois troublant, bouleversant, juste, cruel et tendre

Publié le par Michel Monsay

A la fois troublant, bouleversant, juste, cruel et tendre

Avant d’être un film, « The Father » a d’abord connu une première vie au théâtre en 2012 avec Robert Hirsch et Isabelle Gelinas dans les rôles principaux. Succès critique et public immédiat, la pièce de Florian Zeller a obtenu trois Molières, et a été traduite en anglais et jouée au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, au Brésil, aux Pays-Bas, au Japon… Elle est même qualifiée de « meilleure pièce de l’année » par The Guardian. Florian Zeller se sort brillamment de l’exercice pour le moins périlleux de l'adaptation d'une pièce de théâtre au cinéma, en ne cherchant jamais à faire cinéma pour en prouver la valeur ajoutée. L’auteur utilise à merveille le huis clos qu’il s’est lui-même imposé, mêlant subtilement les effets théâtraux et cinématographiques pour nous faire ressentir la profonde désorientation dont est victime son personnage principal.  Cet appartement se transformant en un labyrinthe mental, qui devient un piège pour le protagoniste de cette histoire comme pour le spectateur, par la grâce d’un montage très subtil. L'une des forces du film est de nous placer dans la peau de cet homme, et c’est à travers ses yeux que l’on vit le récit. Un parti pris rehaussé par la prestation époustouflante d’Anthony Hopkins, oscarisé à juste titre, qui, d’une seconde à l’autre, passe de la colère aux larmes, se montre venimeux, puis soudain, démuni comme un enfant. La partition qu’il joue impressionne sans jamais écraser le film ou les autres comédiens, tous très justes dans leur interprétation, notamment l'excellente Olivia Colman. La performance d'Anthony Hopkins sert à merveille le travail du réalisateur, qui prend un plaisir manifeste à capter, dans de longs plans, les moindres nuances exprimées par le comédien. Un succès de plus pour le romancier, dramaturge et maintenant cinéaste français, Florian Zeller, qui réussit tout ce qu'il entreprend et dont le talent est évident à chaque plan de ce film poignant.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

La touchante difficulté de communiquer entre un père et son fils

Publié le par Michel Monsay

La touchante difficulté de communiquer entre un père et son fils

Pour raconter cette histoire simple qui échappe à chaque instant au misérabilisme, une histoire que Samir Guesmi définit joliment comme « une déclaration d'amour sans effusion », le comédien devenu cinéaste joue à merveille de la suggestion et de l'épure. En 1 h 20 et sans un plan de trop, sur fond de décors parisiens ordinaires remarquablement filmés, il met en scène une petite merveille de sensibilité, où les silences et les regards se substituent aux dialogues redondants et aux laborieuses explications de texte. On appréciait beaucoup l'acteur Samir Guesmi, après ce premier film bouleversant, on est désormais en droit d'attendre beaucoup du cinéaste. "Ibrahim" est aussi un film profondément social, qui donne à voir les petites gens et le Paris populaire comme rarement dans le cinéma français. Il adopte une mise en scène toute en retenue, en pudeur et en délicatesse pour raconter ces deux hommes qui ont tant de mal à dire leurs sentiments. L’un s’est trop endurci, l’autre est encore trop fragile, et cette vulnérabilité d’Ibrahim, derrière sa carapace d’ado, le nouveau venu Abdel Bendaher la fait vibrer à merveille. Touche aussi dans ce film, la volonté de montrer, sans grandiloquence, ce qui compte dans l’existence. De regarder en face le dénuement d’un quotidien matériellement difficile pour parler du soutien qui permet de tenir le coup, de l’affection qui change tout. Des choses que le cinéma ne raconte pas souvent, et rarement aussi bien.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Une merveille d'authenticité et d'humanisme

Publié le par Michel Monsay

Une merveille d'authenticité et d'humanisme

Après deux très beaux films, "Les chansons que mes frères m'ont apprises" et "The rider", la cinéaste d'origine chinoise qui vit aux États-Unis depuis de nombreuses années, Chloé Zhao, a littéralement tout raflé avec son troisième film, "Nomadland" : le Lion d'or à Venise, trois Oscars, meilleur film, meilleure réalisation (c'est seulement la deuxième fois qu'une femme remporte cet Oscar) et meilleure actrice pour l'excellente Frances McDormand, deux Golden globes, quatre Bafta anglais. Cette razzia est totalement méritée, tant ce film est remarquable à tout point de vue. Fidèle à sa méthode immersive, Chloé Zhao met une nouvelle fois en lumière les laissés pour compte de l'Amérique profonde avec une tendresse infinie, en filmant de vrais nomades et en obtenant d'eux une émotion réaliste souvent bouleversante. Proche du documentaire par moments, la cinéaste prend le temps de donner la parole à ces déclassés qui se sont inventés un mode de vie alternatif pour faire face à un deuil, la pauvreté ou la maladie. Qu'elle filme les petits détails de la vie de son héroïne ou les grands espaces américains, la réalisatrice est toujours juste dans le choix de ses cadres, de sa mise en scène entre lyrisme et cinéma vérité, elle nous touche profondément.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Portrait sans concession et d'une grand beauté d'un génie

Publié le par Michel Monsay

Portrait sans concession et d'une grand beauté d'un génie

L’ambition d’Andreï Konchalovsky pour concevoir Michel-Ange est immense : comment élucider les tourments d’un artiste hors du commun, dont l’art sublime a perduré jusqu’à nous ? Avec ce vingt-quatrième long-métrage, le cinéaste russe inclassable de 83 ans, qui travailla longtemps avec Andreï Tarkowski et fut proche de Pier Paolo Pasolini, offre une réponse personnelle, une vision spectaculaire, dont la beauté est omniprésente. S’entourant d’historiens spécialistes de la Renaissance, huit années auront été nécessaires à la réalisation de ce film, dont le spectateur découvre, dès les premières images, le très haut niveau d’exigence. La reconstitution historique est en premier lieu renversante. Chaque plan ressuscite la magie de la Toscane d’alors, telle une succession de tableaux vivants invitant à la contemplation. Le film puise dans le néoréalisme italien pour retranscrire au plus juste l’essence et l’authenticité du peuple italien de la Renaissance à travers le parcours fiévreux de Michel-Ange, le cinéaste faisant de cet artiste virtuose, un être pauvre et crasseux. Sa violence est à la mesure de sa sensibilité, de sa fougue créatrice et de son opportunisme. Alberto Testone, choisi par le cinéaste pour sa ressemblance stupéfiante avec le maître, lui confère une présence impressionnante, un visage émacié et un regard profond, souvent halluciné. Loin du biopic traditionnel, ce très beau film excelle dans une mise en scène dépouillée et minimaliste, mis à part quelques séquences d'anthologie, et la photographie semble elle-même issue des œuvres picturales de l’époque.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Une fantaisie tendre et caustique quelque peu désenchantée

Publié le par Michel Monsay

Une fantaisie tendre et caustique quelque peu désenchantée

On avait beaucoup aimé "Au revoir là-haut" et "Neuf mois ferme", voilà pourquoi on attendait avec impatience le nouveau film d'Albert Dupontel, mais la crise sanitaire a interrompu sa carrière une semaine après sa sortie le 21 octobre dernier. Entre-temps, "Adieu les cons" a été plébiscité aux Césars où il en a récolté sept, dont celui du meilleur film et meilleur réalisateur, mais aussi celui du meilleur acteur dans un second rôle pour Nicolas Marié, le fidèle complice de Dupontel, qui est une fois de plus irrésistible. Avec la réouverture des cinémas, heureusement que les distributeurs et exploitants ont trouvé un accord pour donner une deuxième chance à tous les films stoppés à cause de la pandémie, et ce malgré tous ceux qui attendent pour sortir. Le cinéma de Dupontel s'est adouci en comparaison de ses premiers films, il est moins trash et beaucoup plus maîtrisé, et c'est tant mieux, tout en gardant des moments de folie dignes d'un dessin animé, et des savoureuses trouvailles visuelles. Dans un mélange de désenchantement et de romantisme, ce joli film nous offre autant de scènes hilarantes que d'autres toutes en émotion. Le cinéaste se sert de l'absurdité et de la déshumanisation de notre société pour élaborer le cadre de son film, dans lequel il plonge trois personnages victimes d'injustice sous différentes formes. Les comédiens sont tous excellents quel que soit le registre dans lequel ils interviennent, et nous entraînent dans cette cavale haletante sous forme de tragédie burlesque que l'on suit avec enthousiasme entre rire et larmes.

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>