Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

disques

Puissance et grâce d’une artiste complète

Publié le par michelmonsay

TWOGTL_033-2.JPG

 

A près de 30 ans, cette suissesse à la carrière internationale confirme avec son 4ème album qu’elle est une très grande artiste, disposant d’une impressionnante palette. Auteur de ses chansons qu’elle écrit en anglais, allemand et suisse alémanique, elle en est également l’excellent compositeur et joue de la guitare, du piano, du synthétiseur, du saxophone, de l’harmonica. Sophie Hunger s’est aussi éminemment entourée avec un producteur américain et des musiciens de grande valeur. A l’écoute de ce disque, on est frappé par la qualité et la richesse musicale. L’artiste confectionne des ponts entre pop, jazz, folk et world music avec une évidence et une facilité que l’on apprécie à chaque note. Les magnifiques mélodies, les rythmiques envoûtantes, les solos jubilatoires nous emmènent très haut comme rarement dans la production musicale actuelle. Autre atout décisif pour cette chanteuse à l’aise dans tous les registres, sa voix, qu’elle module à souhait entre grave et aigu, se fait caressante, veloutée, frissonnante, puissante, énergique selon les morceaux. Personnalité réservée vivant totalement sa musique sur scène, endroit où elle se sent le mieux, elle a trouvé avec ce producteur qui privilégie l’enregistrement live avec tous les musiciens ensemble, le moyen de proposer un album studio qui a l’énergie exaltante et la cohérence musicale de ses inoubliables concerts. Onze chansons toutes plus belles les unes que les autres, composent ce disque qui paraît presque trop court tant il nous procure un immense bonheur.

 

 Sophie Hunger – The danger of light – Universal Music Jazz – 1 CD : 14,99 €.

 

Publié dans Disques

Partager cet article
Repost0

Délicate et ambitieuse pop folk imprégnée de poésie

Publié le par michelmonsay

EmilyLoizeau.jpg

 

 

La chanson française au féminin se porte à merveille, elle n’a même jamais été aussi créative et florissante. Parmi toutes ces femmes talentueuses, Emily Loizeau dont c’est le troisième et meilleur album, continue à tracer une voie singulière en dehors des modes pour notre plus grand bonheur. Vendéenne par son père et londonienne par sa mère, elle vit aujourd’hui dans les Cévennes où elle a écrit, composé et enregistré ce disque riche de sa double culture. Au fil de 15 morceaux d’une beauté sans fard, elle chante en anglais et en français aussi naturellement que ces langues constituent les deux moitiés de sa personnalité. Le poète britannique William Blake qui a bercé son enfance est très présent tout au long de l’album, où trois de ses poèmes sont mis en musique et des vers de deux autres se mêlent aux textes de la chanteuse. Les mots d’Emily Loizeau sont eux-mêmes empreints de poésie, de métaphores, la nature les habille pour dire la splendeur et la cruauté du monde. Sa très jolie voix enveloppée d’un délicieux voile se fait selon les morceaux, sensuelle, acidulée, sensible et se pose admirablement sur ces ballades tantôt intimistes tantôt s’envolant vers un lyrisme envoûtant. Musicalement, l’album possède une richesse et une originalité rares, de très belles mélodies sur des rythmes apaisants, aucune agressivité même lorsque les tempos s’intensifient. Cette pianiste de formation entourée de quatre musiciens très complets, nous emporte dans son univers à l’imaginaire très touchant sur des accords inventifs et raffinés.

 

Emily Loizeau – Mothers & tygers – Polydor – 1 CD : 13,99 €.

Publié dans Disques

Partager cet article
Repost0

Emouvante naissance d’une voix déjà inoubliable

Publié le par michelmonsay

0001848345_500.jpg

 

 

Lou Doillon est incontestablement l’événement et la révélation de la rentrée musicale, et cela en osant dévoiler à 30 ans son jardin secret : la chanson. Après avoir longtemps hésité à franchir le pas, elle s’est laissée convaincre par Etienne Daho, qui s’est transformé pour l’occasion en arrangeur et a réalisé avec talent et finesse l’album de cette débutante pas comme les autres. Fille du grand réalisateur Jacques Doillon et de Jane Birkin, avec l’ombre omniprésente de Serge Gainsbourg dans la famille, Lou Doillon avait eu du mal à trouver et à faire sa place jusqu’à présent. Elle renvoyait une image assez floue, un peu actrice un peu mannequin, pas réellement épanouie, alors qu’avec ce disque, une grande chanteuse est réellement née. Dès les premières notes de l’album, la voix grave avec une légère fêlure surprend très agréablement nos oreilles, et s’accorde merveilleusement sur les mélodies envoûtantes d’une pop-folk variant subtilement les tempos. Cette très belle voix qu’elle module avec une maîtrise étonnante, séduit autant dans les murmures d’une ballade aérienne, que sur des chansons aux atmosphères jazz et blues, ou encore lorsqu’elle est davantage portée dans un registre soul ou rock. En plus de posséder ce précieux organe, Lou Doillon a composé les 11 morceaux de l’album et écrit les textes en anglais, sa langue maternelle et intime. Le large éventail musical déployé participe à la surprise que nous réserve celle qu’ l’on croyait un peu connaître, mais qui se révèle totalement par ses chansons. Bercé d’une douce mélancolie, l’univers de Lou Doillon n’a rien à voir avec celui de sa mère ou de sa sœur Charlotte Gainsbourg, le vilain petit canard de la famille comme elle se définissait, s’affirme avec ce disque comme une grande artiste.

 

 Lou Doillon – Places – Barclay – 1 CD : 12,99 €.

 

Publié dans Disques

Partager cet article
Repost0

La beauté d’une pop-folk foisonnante

Publié le par michelmonsay

alt-J-An-Awesome-Wave-packshot-hi-res-600x534.jpg

 

Vivier créatif inépuisable, l’Angleterre continue à fournir à la musique pop, de jeunes groupes étonnants. Alt-J, raccourci clavier sur Mac qui fait apparaître un triangle, est le nom d’une jeune formation de musiciens originaires de Leeds qui ont entre 22 et 26 ans, initialement étudiants en Beaux-arts et littérature anglaise. Leur 1er album est une petite merveille d’une richesse musicale et d’une originalité à en faire pâlir plus d’un. Si on pense parfois à Radiohead, Vampire Weekend voire Simon and Garfunkel, ces 4 jeunes anglais ont dès à présent leur propre identité en naviguant entre une pop euphorisante et un folk serein et émouvant. Syncopée, exigeante, mélodique, leur musique surprend à chacun des 13 morceaux du disque par sa puissance créative qui explore sans cesse de nouveaux horizons. L’aspect répétitif et routinier de certains albums n’existe pas ici, changements de rythmes, harmonies vocales d’une grande beauté, on ne s’ennuie pas une seconde à l’écoute de ces paysages musicaux aux formes et aux couleurs enivrantes. Vocalement, cet album est d’une rare qualité tant par la voix très singulière du chanteur qui possède un registre incomparable, que par les chœurs, les jeux, les variations avec ses acolytes. On plonge et replonge sans fin dans ce bain de jouvence sans jamais s’en lasser, en ayant à chaque écoute la surprise d’en découvrir un peu plus, et en ressentant morceau après morceau les bienfaits de cette musique miraculeuse. On tient là incontestablement, l’un des tous meilleurs disques de cette année.

 

 Alt-J – An Awesome Wave – Pias – 1 CD : 12,99 €.

 

Publié dans Disques

Partager cet article
Repost0

Retour impressionnant de l’une des plus belles voix du rock

Publié le par michelmonsay

0886972221724.jpg

On pensait que Patti Smith appartenait définitivement au passé comme étant l’icône du rock underground américain des années 70, et puis arrive ce nouvel album, dont la qualité rivalise avec ses premiers enregistrements comme le légendaire « Horses ». Il était totalement inespéré de retrouver cette artiste aux multiples talents aussi inspirée musicalement, et capable de nous livrer 12 nouvelles chansons bouleversantes dès la première écoute. Poétesse, peintre, photographe, Patti Smith a aussi rencontré un beau succès de librairie en 2010 avec son récit autobiographique « Just kids ». A 65 ans, elle n’a rien perdu de son incarnation rock, même si aujourd’hui sa musique semble un peu plus apaisée mis à part quelques envolées, l’esprit demeure et la voix n’a jamais été aussi belle, grave, profonde, impressionnante. Alternant ballades émouvantes et morceaux plus rythmés, cet album est un modèle d’équilibre musical avec de magnifiques lignes mélodiques, exceptés les 2 derniers titres un ton en-dessous. La compositrice a su admirablement bien adapté sa musique à notre époque en gardant par moments un son rock très seventies toujours particulièrement efficace, mais en l’enrichissant d’une touche country par ci, jazz par là voire même world. Cet album est aussi l’occasion pour l’artiste de rendre hommage aux victimes de Fukushima, à Amy Winehouse, à l’actrice Maria Schneider mais aussi à la culture russe et à Johnny Depp. Au final, on ressort électrisé par le choc provoqué à l’écoute de ce disque somptueux, traversé de part en part par la voix unique de cette artiste qui a eu la bonne idée de ne pas arrêter de chanter.                                                                                                                  

 

Patti Smith – Banga – Columbia records – 1 CD : 14,99 €.

 

Publié dans Disques

Partager cet article
Repost0

Une voix capiteuse portée par une pop au délicieux lyrisme

Publié le par michelmonsay

249627

Depuis 7 ans qu’elle est apparue sur le devant de la scène, en étant la 1ère chanteuse française d’un prestigieux label britannique, Barbara Carlotti a rencontré un joli succès d’estime auprès de la critique. A près de 38 ans, elle signe un magnifique 3ème album qui la place aujourd’hui parmi les plus grandes artistes françaises, tant son talent déborde de ses 12 nouvelles chansons qui laissent sans voix. Justement la voix de cette chanteuse est tout à fait exceptionnelle, on pense sur certaines intonations à Barbara. Grave, caressante, mélancolique, parfois plus légère, sa voix nous bouleverse dès les premières notes et nous accompagne délicieusement tout au long de ce voyage dans lequel on replonge indéfiniment. Des voix comme celles-là sont rares, précieuses, et tellement plus vraies, vivantes, intenses que celles de ces pseudos stars ou similis chanteuses qui vendent pourtant des milliers d’albums. Ce superbe voyage que nous offre cette auteure, compositrice, interprète s’est construit tout au long de ses pérégrinations au Brésil, au Japon et en Inde, où elle est partie trouver de nouvelles inspirations et s’enrichir d’autres cultures. Pour sublimer les très beaux textes qu’elle a écrits, l’artiste a composé une envoûtante palette de pop aux accents autant symphoniques, qu’électroniques. Les compositions d’une savoureuse diversité, au même titre que l’écriture raffinée et la voix unique, participent à faire de cet album un événement incontournable de la chanson française.

 

 Barbara Carlotti – L’amour, l’argent, le vent – Atmosphériques – 1 CD : 12,99 €. 

 



Publié dans Disques

Partager cet article
Repost0

Une richesse musicale et poétique époustouflante

Publié le par michelmonsay

3596972549229 600

Après 20 ans d’une carrière où Dominique A s’est affirmé avec sa touche de mystère et d’étrangeté bien reconnaissable, comme le leader d’un mouvement majeur de la chanson française mêlant une grande exigence des textes et des musiques, voici un magnifique 9ème album, sans doute son meilleur. A 43 ans cet artiste si précieux dans le paysage musical parvient à une sorte d’aboutissement, en nous proposant 13 morceaux peut-être plus accessibles qu’auparavant, en tout cas d’une qualité, d’une fluidité, d’une émotion et d’une évidence incomparables. Dès les premières notes, la musique classique s’invite dans les compositions lumineuses de cet album, en venant côtoyer des accords rock, jazz ou de pop électronique. Cette alchimie qui fonctionne à merveille sur tous les tempos, voit se répondre ou se mêler avec un lyrisme et à travers des mélodies somptueuses, un quintet à vent composé d’une flute, d’une clarinette, d’un hautbois, d’un basson, d’un cor anglais, et une formation rock traditionnelle. L’autre atout impressionnant de cet auteur compositeur interprète, réside dans la richesse poétique de ses textes, parfois intimistes et quelquefois où il nous livre un regard éclairé sur les dérives de notre société, en nous invitant à sortir des villes stressées pour nous laisser porter par les bonheurs de la nature. En dehors des modes, avec sa voix toute en sensualité et en émotion, Dominique A nous offre un voyage inoubliable aux couleurs harmoniques tellement rares, que cet album restera l’un des moments phares de l’année.

 

 Dominique A – Vers les lueurs – Cinq 7 – 1 CD : 14,99 €.

Publié dans Disques

Partager cet article
Repost0

Le retour d’une superbe voix

Publié le par michelmonsay

 

1329964604_500.jpg

Pour fêter ses 25 ans de carrière, la chanteuse irlandaise dont on a davantage évoqué les frasques que sa musique ces dernières années, revient  avec un magnifique 9ème album totalement inattendu. Cette artiste de 45 ans qui avait eu un début de carrière très remarqué avec une voix hors du commun et une forte personnalité, a retrouvé l’inspiration et s’offre un second souffle très convaincant. Peut-être est-ce une certaine maturité, une assurance, toujours est-il qu’il se dégage de cet album une qualité musicale et vocale indéniables portant des textes profonds, souvent engagés et parfois plus légers. La voix de Sinéad O’Connor est plus que jamais bouleversante, elle lui donne tout un panel de couleurs, tantôt douce avec un léger voile qui donne des frissons, tantôt puissante pour exprimer une douleur, elle la module du grave à l’aigu avec une étonnante facilité. Variant les tempos, la pop qu’elle nous propose oscille naturellement du folk au rock. Sa musique collant parfaitement à sa voix est chargée d’émotion, ce qui ne l’empêche pas de se permettre quelques mélodies entraînantes. Il y a comme cela parfois des retours en grâce, souvent dus à un talent qui sommeillait et dont l’on peut se réjouir ici qu’il ne soit pas tombé dans les oubliettes. A l’écoute de ces 10 morceaux, on se dit que cette irlandaise a bien fait de revenir à ce qu’elle fait de mieux, écrire, composer et chanter, d’autant qu’elle trouve ici l’assemblage parfait de ses qualités.                                                                                                                  

 

Sinéad O’Connor – How about I be me (And you be you)? – PIAS – 1 CD : 13,99 €.

 

Publié dans Disques

Partager cet article
Repost0

A la fois léger et bouleversant

Publié le par michelmonsay

catherine-ringer-ring-n-roll.jpg


Justement récompensé samedi dernier aux Victoires de la Musique, découvrez ou redécouvrez le superbe album de Catherine Ringer, sorti en mai dernier.

 

Un peu moins de quatre ans après la disparition brutale de Fred Chichin, la moitié des Rita Mitsouko, Catherine Ringer sort un premier album solo forcément très attendu avec de nombreuses interrogations. A 53 ans, l’artiste a trouvé les ressources et la motivation pour continuer son odyssée musicale, et s’est lancée dans l’écriture et la composition sans son alter ego après 28 ans de collaboration. Elle, que l’on considérait davantage comme une interprète qu’un auteur, démontre aujourd’hui que l’âme des Rita Mitsouko est bien présente dans ses nouvelles chansons, tout en apportant une touche supplémentaire plus personnelle. Un incroyable mélange d’ambiances et sonorités traverse la formidable collection de 12 morceaux qui composent cet album, où se côtoient une vitalité, une légèreté et une profondeur troublantes. On retrouve l’inventivité que se permettaient les Rita Mitsouko en poussant encore un peu plus loin le brassage des influences musicales. Sa voix n’a peut-être jamais été aussi belle dans une palette plus large tant dans la tonalité, l’intensité que dans l’émotion. Chantées en français et en anglais, les chansons sont imprégnées plus ou moins directement de l’ombre de Fred Chichin, avec en point d’orgue un texte poignant qu’elle chante merveilleusement sur un extrait de la 5ème symphonie de Mahler. Aussi à l’aise dans des tempos et des univers rock, électroniques, de chansons réalistes à la Piaf, ou sur les violons déchirants de Mahler, Catherine Ringer est plus que jamais une grande dame de la musique dans toute sa richesse, et l’on ne peut que se réjouir de son retour au premier plan.

 

 Catherine Ringer – Ring n’ roll – Because – 1 CD : 14,99 €.

Publié dans Disques

Partager cet article
Repost0

Quand la pop, le folk et l’électro trouvent le mariage parfait

Publié le par michelmonsay

wilco-the-whole-love 

Déjà 16 ans de carrière pour Wilco, que d’aucuns considèrent comme le plus grand groupe américain actuel. Avec leur 8ème album, ils sont indiscutablement au sommet de leur art et nous proposent une collection de 12 morceaux d’un éclectisme et d’une richesse remarquables. Des ambiances souvent envoutantes, parfois entraînantes et une musique naviguant entre pop, folk et musique électronique, toujours habitée, qui a de la profondeur et dans laquelle on plonge avec délectation. Autour de son leader Jeff Tweedy, auteur compositeur chanteur et guitariste, le groupe se compose de 5 autres musiciens de grande qualité. Aussi à l’aise sur des ballades acoustiques que sur des envolées électroniques ou électriques, les six de Chicago ont bâti un album tout à la fois magnifiquement mélodieux, créatif et exigeant. Selon les atmosphères, la voix du chanteur change étonnamment de teintes comme si elle s’accordait selon que ce soit un piano, des guitares ou des synthétiseurs. Ce nouvel album de Wilco, qui est définitivement un des leaders de la pop indépendante, enchante nos oreilles avec une musique qui provoque un panel de sensations rarement aussi large sur un seul et même disque.                                                                                                                     

 Wilco – The whole love – Epitaph Pias – 1 CD : 20 €.

Publié dans Disques

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>