Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

chroniques

Osez Joséphine

Publié le par Michel Monsay

Osez Joséphine

Quarante-six ans après sa mort en 1975, Joséphine Baker revient en pleine lumière en entrant au Panthéon pour y rejoindre les grandes figures françaises grâce à sa vie d'artiste de music-hall, de résistante et de militante antiraciste. Quand elle avait 16 ans, cherchant vainement un rôle dans les théâtres de Broadway, elle se poudrait copieusement la peau en blanc pour améliorer ses chances. Moins de cinq ans après, le directeur du théâtre des Champs-Élysées s’écriait «Pas assez nègre !» en la découvrant. C’est en se jouant des clichés racistes de son époque que Joséphine Baker allait devenir une des premières superstars internationales de la modernité, dansant sur une ligne de crête entre Afrique et Amérique, entre comédie et érotisme, entre célébrité et actions secrètes, puis entre engagement politique et identités multiples. Le jour anniversaire de sa naturalisation française, elle entre au Panthéon, le temple républicain élevé aux grands hommes par la patrie reconnaissante. Elle y sera la première noire, l’une des seules personnes nées à l’étranger et l’une des six femmes y côtoyant les 75 autres grands hommes. Résistante n’ayant jamais confondu De Gaulle avec Pétain, bisexuelle, féministe et antiraciste, Joséphine Baker nous rappelle que sous la joie de vivre d’une grande artiste brillent parfois le courage et la détermination d'une femme en avance sur son temps. La cérémonie terminée, il faudra alors s’attaquer aux discriminations qui minent encore et toujours la société française, alors que le débat politique s’enfonce de jour en jour dans une hypocrisie populiste, nauséabonde et mensongère, avec le courage qui fait cruellement défaut à notre époque, mais qui n’a jamais manqué à l’artiste que la République honore en son temple.

Osez Joséphine

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Autoportrait

Publié le par Michel Monsay

Autoportrait

Pour lire l'interview que j'ai donnée au site Trouver mon photographe, c'est ici

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Bravo à L'Équipe pour le choix de sa Une

Publié le par Michel Monsay

Bravo à L'Équipe pour le choix de sa Une

La une de l'Équipe sans foot, c'est tellement rare, qu'on ne peut que les féliciter de ce choix éditorial, d'autant qu'il y avait un France-Nouvelle Zélande en rugby hier soir ! Cela dit, participer à cette mobilisation internationale qui dépasse largement le monde du sport est la moindre des choses pour le quotidien du sport. Mais où est donc passée Peng Shuai ? L’inquiétude demeure à propos de la joueuse de tennis chinoise, qui n’a plus donné de nouvelles depuis le 2 novembre. L’ancienne numéro un mondiale en double, âgée de 35 ans, a accusé de viol sur les réseaux sociaux l’ancien vice-premier ministre, Zhang Gaoli, qui a été de 2013 à 2018 l’un des sept hommes politiques les plus puissants de Chine. Il n'y a malheureusement pas que Peng Shuai, il y a plus d'un million de Ouïghours enfermés dans des camps, sans parler de toutes ces personnes persécutées, emprisonnées ou ayant disparu. Et dire que l'olympisme va être fêté dans quelques semaines dans ce pays ! Pékin espérait que son énorme machine de propagande suffirait à étouffer le scandale qui fait trembler le régime chinois. C’est l’inverse qui se produit. Espérons que la pression internationale ne va pas faiblir, voire même va s'amplifier pour venir en aide à une femme qui a été violée et a eu le courage de le dire dans un pays où le mouvement #MeToo a été étouffé. Même si des photos et vidéos ont fait leur apparition ces dernières heures, sans que leur authenticité n'ait pu être vérifiée de manière indépendante, il est impossible de savoir si la joueuse est libre de ses mouvements et décisions sans coercition ou influence extérieure.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Une plume puissante et lucide sur notre époque

Publié le par Michel Monsay

Une plume puissante et lucide sur notre époque

L'odeur de l'essence, cet excellent morceau, autant dans les paroles plus engagées qu'auparavant et qui possèdent une vraie qualité d'écriture pour dépeindre les dérives d'une société à bout de souffle, que dans la musique, mais aussi dans le clip très réussi, donne le ton du nouvel album d'Orelsan, "Civilisation", qui vient de sortir et dont on n'a pas fini de parler.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Plus vrais que nature

Publié le par Michel Monsay

L'incroyable précision des dessins d'Hervé Le Fur.

Plus vrais que nature
Plus vrais que nature

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Soulcié est déchaîné, et on adore !

Publié le par Michel Monsay

Soulcié est déchaîné, et on adore !
Soulcié est déchaîné, et on adore !
Soulcié est déchaîné, et on adore !

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Derrière les tenues et les maquillages fantasques, une superbe voix

Publié le par Michel Monsay

Derrière les tenues et les maquillages fantasques, une superbe voix

En attendant de la voir dans le nouveau film de Ridley Scott, "House of Gucci", Lady Gaga éclabousse de son talent et de sa technique vocale dans trois reprises, hommage à Stevie Wonder, Elton John et Sting.

A voir ici et ici et ci-dessous.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Du bla-bla et rien ne change !

Publié le par Michel Monsay

Quand les dirigeants du monde entier vont-il comprendre l'urgence climatique, eux qui continuent d'arriver à la COP 26 en jet privé ... et à prendre des engagements qu'ils ne tiendront pas ?

Dans un autre registre, une petite vidéo, histoire de rire un peu, à voir ici

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Un petit hommage au grand Brassens

Publié le par Michel Monsay

Un petit hommage au grand Brassens

Pour le centenaire de cet immense Monsieur de la chanson française, voici un extrait du Grand échiquier de Lino Ventura, où il demande à son ami d’interpréter "Les passantes", fascinante chanson, ce qui n'était pas prévu au programme. Cela donne lieu à une séquence improvisée, émouvante, et un moment de télévision sensible et intelligent, comme il n'en existe malheureusement plus. Quarante ans après sa disparition, chaque mois sur la palteforme musiacle Spotify, plus de 500 000 personnes écoutent Georges Brassens.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

La presse serait tellement fade sans l'humour de ses dessinateurs

Publié le par Michel Monsay

La presse serait tellement fade sans l'humour de ses dessinateurs

Pour oublier cet abruti dont on nous rabat les oreilles, écoutez cette merveille de Sam Cooke. Influencé par l’écriture contestataire de Bob Dylan, Sam Cooke conçoit "A Change Is Gonna Come" en 1963 comme une dénonciation de la condition des Noirs aux États-Unis. Glissant sur des cordes célestes, le chanteur évoque avec la plus grande ferveur leur déracinement, le rejet dont ils sont victimes, leur angoisse métaphysique et la solitude infinie qui découle de tous ces maux. Seul espoir, allusion directe au mouvement des droits civiques, le changement, dont chaque fin de refrain affirme qu’il est en cours. Une lueur qui sera vite étouffée : quelques mois après avoir enregistré ce titre, Sam Cooke est abattu, à 33 ans, par une hôtelière à la gâchette facile. Le soulman avait-il péché par optimisme en croyant le changement amorcé ? Cette superbe chanson est devenu l'hymne soul de la lutte des Noirs américains, et a été repris de très nombreuses fois.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>