Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 15:48

Hubert Védrine 006

Cette interview réalisée le 31 mars 2011 montre si besoin est, la lucidité d'analyse d'Hubert Védrine.

 

 

Sans doute, l’un des tous meilleurs ministres des affaires étrangères de la Ve République, Hubert Védrine proche de François Mitterrand, dont il a été entre autre Secrétaire général de l’Elysée, reste à 63 ans au cœur de la géopolitique. Ce remarquable acteur et observateur des relations internationales, décrypte ce début d’année pas comme les autres.

 

Que faites-vous depuis que vous n’êtes plus Ministre des affaires étrangères ?

Hubert Védrine - En 2002, après la fin du gouvernement Jospin, j’ai créé une société de conseil spécialisé dans l’analyse des risques géopolitiques. Je travaille pour des grandes entreprises françaises en leur apportant des éléments d’appréciation sur l’évolution notamment de la Chine, de l’Inde, de la Russie ou des pays arabes aujourd’hui avec ce mouvement de révolte démocratique. Le reste de mon temps est réparti entre la présidence de l’institut François Mitterrand, les cours que je donne à Sciences-Po, l’écriture de livres, beaucoup de colloques dans le monde entier et les différentes sollicitations médiatiques. Il n’y a pas de ma part, le moindre retrait par rapport aux échéances politiques importantes, où tout reste ouvert. J’ai gardé tous mes contacts et je passe mon temps à parler politique étrangère, industrielle ou européenne pour la France, mais je ne m’exprime jamais sur la vie politicienne.

 

Comment analysez-vous la décision d’intervenir en Libye au niveau international et au niveau français ?

H.V. - Face au risque d’un vrai massacre à Benghazi par les forces de Kadhafi, j’ai trouvé important qu’il y ait eu une réaction internationale pas seulement occidentale, aboutissant au vote par le conseil de sécurité, de l’emploi légal de la force. Il est très rare que l’on parvienne à ce type d’accord où il faut au moins 9 voix et aucun veto, la guerre en Irak de Bush ne l’avait pas obtenu. Ce vote très important a été possible grâce au rejet de Kadhafi par l’ensemble des pays arabes mêmes les plus autoritaires. Mais aussi par la position de la ligue arabe demandant une zone d’exclusion aérienne, ce qui a convaincu Obama, dissuadé les russes et les chinois de mettre leur veto comme ils le font habituellement, et a donné un débouché à l’action française menée depuis le début par Sarkozy et très bien conduite ensuite par Juppé. Sans être de leur famille, je n’hésite pas à dire que leur politique a été courageuse et bonne dans cette affaire. Même si on peut penser que par cette crise et la présidence du G20, Nicolas Sarkozy essaie de redorer son blason, à l’image de tous les autres dirigeants politiques, c’est inhérent à la fonction.

Tous ces critères constituent une spécificité de la situation libyenne, ce n’est pas un tournant dans les relations internationales qui en aucun cas ne seront fondés à l’avenir uniquement sur les droits de l’homme. Il s’agit ici de responsabilité de protéger une population, et non un droit d’ingérence qui intervient en dehors du droit international en étant proche de la colonisation. L’intervention met tous les régimes autoritaires sous pression et il est fort probable que d’ici 5 ans, ils soient modifiés d’une façon ou d’une autre.

 

Que pouvez-vous dire de la situation aujourd’hui et comment voyez la suite autant en Libye, qu’en Tunisie et en Egypte ?

H.V. - Kadhafi peut tomber assez vite comme il peut s’enkyster quelques semaines en fonction de sa résistance militaire, mais il n’a plus d’avenir, les sanctions et les défections se multiplient. Les seuls soutiens qu’il lui reste sont des pays africains qu’il subventionne ou qui ont peur de lui. Après, la situation sera forcément chaotique. Pour bâtir une Libye moderne et démocratique, ils partent de zéro. On ne passe pas du despotisme à la démocratie. La démocratie n’est pas l’état naturel des sociétés, c’est une construction. D’ailleurs dans nos pays européens, alors même que nous adorons donner des leçons à la terre entière, cela a été parfois très compliqué. L’intervention de la coalition ne veut pas dire que l’on devient maître du destin de la Libye. Toutes ces révoltes sont des révoltes arabes démarrées par des arabes qui ont pris des vrais risques, à commencer par les jeunes tunisiens. Ils ont enclenché un processus considérable qui va durer des années et face à quoi il faut se positionner le moins mal possible.

Aussi bien en Tunisie, qu’en Egypte et même au Maroc où le roi a annoncé des réformes importantes, un débat est lancé pour savoir quelle doit être la nouvelle constitution, et mettre en place des élections. Sans connaître le rapport de forces qui n’a jamais été mesuré jusque-là, notamment avec les partis islamistes. Aucun expert du monde arabe ne s’attend à une vague islamiste à l’iranienne, qui avait pris par surprise à la chute du Shah d’Iran. Cependant, il peut y avoir un leader islamique malin qui arrive en tête si les démocrates se tirent dans les pattes. Pour éviter cela, la date des élections a été repoussée en Egypte afin que les partis aient le temps de s’organiser.

 

Que pensez-vous du problème des immigrants qui affluent vers l’Europe, et plus globalement des débats et déclarations de M. Sarkozy sur des sujets sensibles ?

H.V. - Il ne faut pas instrumentaliser le sujet ni exploiter la peur des gens, mais on ne peut pas dire que l’immigration est une chance pour l’Europe si elle n’est pas contrôlée, régulée et si on n’est pas capable d’intégrer les gens. Il ne s’agit pas de savoir si on aime les autres ou si on les déteste. Si l’immigration est brutale et massive, c’est entièrement déstabilisant. Il faudrait trouver un consensus en Europe et avec les pays du Maghreb et d’Afrique pour une cogestion des mouvements migratoires. Par ailleurs, il faut préserver le droit d’asile, qui est fondamental, et ne pas le mélanger par bon sentiment avec les migrations économiques.

Le niveau élevé des mouvements populistes en Europe y compris le FN, est en partie dû au fait que trop de débats ont été interdits. La mondialisation étant très perturbante, il est normal que les pays se posent des questions d’identité. On doit pouvoir aborder tous les sujets mais pas n’importe comment. Avec humanisme, sagesse, pédagogie et non de manière pyromane en excitant tout le monde, et surtout pas en période préélectorale en lançant les débats artificiellement à des fins politiciennes. Le calcul électoral de Nicolas Sarkozy, consistant à jongler avec certains thèmes, a marché en 2007 mais ne prend plus aujourd’hui malgré ses déclarations provocatrices. Les électeurs du FN sont une armée de gens perdus, désespérés que la machinerie démocratique ne serve plus à rien. Si on leur dit, vous êtes des salauds nauséabonds, les problèmes dont vous parlez n’existent pas, ils sont encore plus furieux et montent dans les sondages. Il faut essayer de les convaincre sur le fond et non par des manœuvres politiciennes.

 

Quelles réflexions vous inspirent l’Europe ?

H.V. - En Europe, les gouvernants de gauche comme de droite n’arrivent pas à convaincre les gens qu’ils ont des réponses à leurs problèmes. Au contraire, ils donnent le sentiment de n’avoir prise sur rien depuis l’abandon des souverainetés, qui ont d’ailleurs été récupérées par les marchés et non par la Commission de Bruxelles, ce qui favorise un vote extrémiste. On attend de l’Europe des choses imaginaires, illusoires, et la façon dont on raconte sa construction est trop angélique alors que cela a été laborieux. D’un autre côté, on regarde le monde extérieur avec des larmes de crocodile mais on est content d’être chez soi. Les sociétés européennes sont les moins dures de l’histoire de l’humanité, même s’il y a mille choses à perfectionner.

Le gouvernement de la zone euro doit rester démocratique et pas être abandonné à la banque centrale ou à la Commission. Par ailleurs, il ne faut pas appliquer simplement une politique de rigueur à l’allemande, on doit assainir les finances publiques, mais moins vite et avec une dimension de croissance. L’Europe doit mieux défendre ses intérêts, notamment face à la Chine et la Russie.

 

Que vous inspire le drame japonais et que préconisez-vous en matière nucléaire ?

H.V. - A la fois l’incroyable dignité de ce peuple mais aussi l’incroyable mauvais management de l’électricien japonais Tepco, qui a laissé des centrales anciennes, mal conçues et posant déjà des problèmes, sur des zones de failles au bord de la mer, dans un pays où il y a régulièrement des tsunamis.

Pour le nucléaire, on est incapable de s’en passer durant plusieurs dizaines d’années. Il ne faut pas mentir aux gens, si l’on veut en sortir avant, cela conduira à une relance importante des énergies non renouvelables et donc plus aucune chance d’atteindre les objectifs écologiques européens. Il faut réunir les conditions pour sortir du nucléaire le moment venu, en favorisant les économies d’énergie, notamment en réaménageant 95% des bâtiments du monde entier, et en développant les éoliennes, le solaire, … Entre-temps, les centrales d’un modèle dépassé doivent être fermées et remplacées par autre chose, et pour plus de sécurité, les pays vont arriver à la conclusion qu’il vaut mieux des systèmes super sécurisés même s’ils sont atrocement chers. Parallèlement, on doit créer une instance mondiale qui ait des pouvoirs d’inspection absolus auxquels personne ne puisse s’opposer, avec la possibilité d’arrêter une centrale dangereuse le cas échéant.

 

Repost 0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 09:09

Jean-Robert Pitte 010 

Homme aux nombreuses casquettes, Jean-Robert Pitte a été nommé par le Premier Ministre en juin 2010 pour améliorer le système d’orientation sur les formations et l’emploi. Cet académicien de 62 ans, ancien président de la Sorbonne, ardent défenseur de la gastronomie, est également président de la société de géographie et de la mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA).

 

A quoi sert la délégation à l’information et à l’orientation ?

Jean-Robert Pitte - Dans un paysage de l’orientation qui est très labyrinthique, notre mission est de permettre à tous nos compatriotes de trouver plus facilement l’information utile pour eux et l’aide à l’orientation. Si on est collégien ou lycéen décrocheur, étudiant en échec, demandeur d’emploi depuis un certain temps, on a besoin d’être aidé et aujourd’hui c’est très compliqué de trouver la bonne personne au bon endroit. On a accumulé comme un mille-feuille les organismes, et il y a actuellement 8500 lieux d’accueil pour l’information et l’orientation. À l’échelle de chaque bassin de vie, on essaie  d’avoir une coopération entre les différents organismes sous le label « Orientation pour tous », de manière à ce que lorsque les gens poussent la porte de n’importe lequel d’entre eux, on s’occupe réellement d’eux. Parallèlement, on est en train de mettre en place un numéro de téléphone gratuit et un site Internet. La philosophie derrière tout cela est d’essayer de supprimer cette hiérarchie absurde entre les métiers nobles et les autres. Le proverbe « Il n’y a pas de sot métier » n’est pas appliqué dans notre pays. D’ailleurs le mot « orientation » a une connotation plutôt négative, il intervient souvent pour les élèves en échec. Il faut faire connaître les métiers le plus tôt possible aux jeunes, y compris ceux de l’agriculture qui ne sont pas bien connus et ont encore une image un peu plouc, exceptées quelques niches comme la viticulture.

 

Quels constats faites-vous sur le monde du travail et celui de la formation ?

J.-R.P. - La moitié des français trouvent que leur travail n’est pas intéressant ou trop dur ou qu’il y a trop de pression ou qu’ils sont mal payés. Cela tient à un métier choisi par défaut, une formation choisie par défaut, et le fait qu’en France on se forme très peu en alternance. Il faut réconcilier le monde de l’école et celui de l’entreprise. Il commence à y avoir des mesures comme le parcours de découverte des métiers et des formations dans les collèges et lycées, mais il faut aller plus loin et plus vite. Tous les étudiants de l’enseignement supérieur devraient avoir une partie de leur formation en stage, en vue d’acquérir d’autres compétences que la discipline choisie. De même dans les PME, il faut mieux faire connaître tous les systèmes de formation continue et de validation des acquis de l’expérience.

Dans le monde de la formation que je connais bien, étant universitaire, il est très difficile de faire bouger les lignes. La réforme des universités est une grande réussite du gouvernement mais elle n’est pas allée assez loin. L’université reste encore trop sous la tutelle de l’Etat avec 95% de son financement. Il faudrait que les universités soient présidées par quelqu’un d’extérieur qui ne soit pas enseignant de la maison, pour avoir un vrai projet d’établissement. L’éducation nationale et plus encore le secteur orientation sont étouffés par le corporatisme. Du côté des entreprises, il faudrait mieux cibler les besoins, et faire de la prospective pour savoir quels sont les secteurs d’avenir.

 

Quels premiers remèdes proposeriez-vous contre l’échec scolaire et le chômage élevé ?

J.-R.P. – Déjà, il est à constater que les parents ne sont pas assez impliqués dans l’éducation de leurs enfants pour le secteur public. Il faut plus d’autonomie des établissements et une relation enseignants, enfant et parents qui doit être beaucoup plus forte. Concernant les demandeurs d’emploi, je suis contre une exagération de l’assistanat. C’est allé si loin qu’un certain nombre de gens profite du système et que parallèlement, il y a des secteurs entiers de l’emploi pour lesquels les entreprises ne trouvent pas d’employés. Des secteurs comme le bâtiment ou les métiers de bouche,  sont certes un peu durs mais on peut y gagner de l’argent, s’épanouir, voire créer son entreprise. Trop d’assistanat tue l’économie. Il faudrait pousser un peu les chômeurs vers l’emploi au lieu de les laisser dans l’attente de l’emploi idéal, qui souvent ne vient jamais.

 

Quel est votre regard sur la restauration universitaire et plus globalement collective ?

J.-R.P. – J’ai rendu un rapport à la Ministre de l’enseignement supérieur il y a près de 2 ans élaboré avec Jean-Pierre Coffe, sur la restauration universitaire. On y  montrait qu’à partir d’expériences de bonnes pratiques un peu partout en France, on peut arriver à faire de la bonne cuisine dans les restos universitaires malgré un coût très faible de 5 € par repas. Un certain nombre de chefs font un travail admirable d’approvisionnement local, et réactif lorsqu’il y a abondance d’un produit sur le marché avec un prix à la baisse. J’aimerai ouvrir une école de formation à destination des chefs de la restauration collective, pour leur montrer que l’on n’est pas obligé de faire de la cuisine d’assemblage avec des produis surgelés qui n’ont aucun intérêt gustatif, mais plutôt privilégier l’approvisionnement local. Cette dégradation existe aussi dans certains cafés restaurants notamment dans les lieux touristiques, mais il y a heureusement quelques initiatives intéressantes comme la mode bistrotière avec des chefs qui cuisinent des produits frais et de saison.

 

Comment voyez-vous l’avenir de la profession agricole ?

J.-R.P. - L’avenir de l’agriculture française est dans la qualité reconnaissable, pas dans des produits semblables à ceux venant de Californie, Israël et autres. Le temps des subventions permettant de produire à perte est fini, aujourd’hui un agriculteur doit trouver un modèle économique qui lui permette de vivre. Beaucoup de viticulteurs se sont pris en charge, ils mettent eux-mêmes leur vin en bouteille, participent à des salons, se créent un portefeuille de clients particuliers et s’en sortent plutôt bien. Quand je rencontre des agriculteurs en difficulté, je leur conseille de sortir de leur secteur si celui-ci n’a pas d’avenir et de profiter des aides pour la reconversion. Ou bien de diversifier leurs productions ou leurs activités notamment en se tournant vers le tourisme, la pluriactivité dans le monde rural est fondamentale. Il y a des zones magnifiques dans certaines régions où il n’y a pas de structures d’accueil. Par ailleurs, la grande distribution a pris la main sur tout le commerce. Il faut aujourd’hui éduquer le consommateur à faire des achats locaux et de saison, développer les AMAP, du coup la grande distribution s’adaptera. Les agriculteurs doivent faire des efforts de commercialisation de leur production, localement et pour l’exportation.

 

Où en est la gastronomie française aujourd’hui ?

J.-R.P. - Il y a un an, l’Unesco inscrivait le repas gastronomique des français au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. La MFPCA que je préside a porté ce dossier avec l’appui de l’Etat, et travaille maintenant à la création de la cité de la gastronomie. Celle-ci sera la vitrine du patrimoine gastronomique français, on pourra y apprendre, s’amuser, goûter, et avoir une représentation des métiers de toute la filière, de la production jusqu’à la mise en œuvre culinaire. Aujourd’hui la gastronomie a deux visages, un qui est flamboyant avec les grands chefs même s’il y a un bémol avec la mode de la gastronomie déstructurée, et l’autre bien plus inquiétant avec beaucoup de français qui ne font plus la cuisine et mangent très mal si ce n’est le week-end. Pour y remédier, il faut commencer dès l’école avec des repas de bonne qualité et un discours autour de ses repas, il y a déjà de nombreuses expériences formidables qui vont dans ce sens. On peut voir aussi de l’espoir dans le petit déjeuner servi chez McDonalds avec de la baguette fraîche, du beurre et de la confiture.

 

Comment le géographe que vous êtes voit-il la mondialisation et la crise que traverse l’Europe ?

J.-R.P. - Le savoir géographique est indispensable à toute activité, il permet de comprendre et connaître les réalités environnementales, physiques et humaines de la planète. Ceux qui redoutent la mondialisation aujourd’hui n’ont pas de culture géographique. L’ignorance de l’ailleurs, de l’autre et de sa société engendre la peur. L’avenir de l’économie est dans le renforcement des productions matérielles et intellectuelles à coloration géographique, et non pas en produisant tous la même chose. Concernant la crise, 95% des français ne savent pas ce qu’il y a derrière. On a laissé des techniciens de l’argent en liberté sans aucun contrôle politique. Il faut combattre aujourd’hui l’importance qu’a prise la finance virtuelle et non pas la finance en général. Je pense que la crise va renforcer l’Europe, et d’ailleurs un sondage montre que 73% des français veulent aller plus vite vers une Europe fédérale. Cela s’explique tant sur le plan économique que politique. La France s’enferme dans son modèle qu’elle juge excellent, alors qu’il y a plein d’idées à prendre à côté.

 

Repost 0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 07:19

Kenzo 003 

Le grand créateur japonais Kenzo a fait rêver durant 30 ans, hommes et femmes du monde entier avec son style coloré, fleuri et gai, mélange de cultures, qui a bouleversé la mode des années 70 et inspiré de nombreux couturiers. Reconverti aujourd’hui dans la peinture, il répond encore assez souvent à des sollicitations de créations dans la mode et la décoration.

 

Cela fait déjà 12 ans que Kenzo Takada n’est plus à la tête de la marque qu’il a créée en 1970. Il continue à un rythme plus serein d’exprimer son talent sous différentes formes à travers des collaborations ponctuelles. Comme la décoration intérieure et les uniformes qu’il vient de réaliser pour le nouvel hôtel Sofitel à l’île Maurice, ou la collection de vêtements et accessoires pour la marque de sports de glisse Longboard. Il a également créé une collection de foulards au Japon, dessiné une boite pour Sushi Shop et suite au drame japonais, pour la même enseigne, un badge dont les bénéfices sont versés à la Croix-Rouge afin d’aider les sinistrés. Maintenant qu’il n’est plus dans le tourbillon des collections qui s’enchaînent et des créations de toutes sortes pour la marque Kenzo, il peut s’adonner plus facilement à sa passion des voyages.

Cela étant, le principal de son activité aujourd’hui est la peinture, qui a pris en quelque sorte le relais de la couture pour laisser libre cours à son génie créatif. En 2010, il a exposé à Paris, 8 autoportraits en magnifiques costumes de théâtre nô. Auparavant il y a eu Munich, Marrakech et Casablanca où il a peint des scènes orientalistes, Buenos Aires, peut-être prochainement Stockholm, avec chaque fois l’envie d’aborder un thème différent.

 

Un tournant délicat

Après avoir vendu la société Kenzo au groupe LVMH en 1993, Kenzo Takada continue d’être le créateur de la marque jusqu’à la fin 1999. Il profite ensuite d’avoir enfin du temps à lui pour parcourir le monde, mais au bout de trois ans le travail lui manque. Il lance alors une nouvelle ligne de vêtements et d’éléments de décoration sous le nom de Gokan Kobo avant de l’intituler Takada. Cette aventure s’arrête malheureusement en 2007 par une liquidation judiciaire, alors qu’il s’est beaucoup investi, à cause du problème de l’utilisation de son nom et de la défaillance d’un partenaire financier.

Reste aujourd’hui cette sensation bizarre de voir son nom sur des vêtements et autres accessoires qui ne sont pas de lui, d’autant que beaucoup de gens partout dans le monde pensent encore qu’il est toujours le créateur des nouvelles collections Kenzo. S’il reconnaît le beau développement de la marque côté parfums, il n’apprécie pas toujours le prêt-à-porter.

 

Naissance japonaise d’une passion

Outre le pin’s pour Sushi Shop, la grande danseuse Sylvie Guillem lui a demandé de dessiner l’affiche du gala de charité qu’elle a initié pour les sinistrés de la catastrophe japonaise, qui s’est tenu le 6 avril 2011 à Paris avec de prestigieux artistes. Kenzo Takada qui a dit un texte en ouverture de la soirée, a été très touché par cette mobilisation. Il est ensuite retourné 15 jours au Japon, comme il le fait deux à trois fois par an depuis 46 ans qu’il vit à Paris. Avant de rejoindre la capitale de la mode en 1965, la passion du jeune Kenzo nait à travers son goût prononcé pour le dessin, les magazines de mode qu’il empreinte à ses deux sœurs, et l’élégance de sa mère qui tient une maison de thé. Il fréquente les bancs de l’université de Kobe durant six mois, et apprend que l’école de mode de Tokyo ouvre pour la première fois ses portes à des garçons. Contre l’avis de ses parents, il part seul pour la capitale japonaise avec finalement l’aide financière de sa mère.

Après 3 ans d’étude, il commence à travailler dans la mode à Tokyo. Cela se passe bien, mais 4 ans plus tard il doit quitter son appartement à cause des Jeux olympiques en échange d’une belle somme d’argent. Il en profite pour réaliser son rêve et quitter pour la première fois le Japon pour aller à Paris : « Sur le conseil de mon professeur, j’y suis venu par bateau. Le voyage a duré un mois et a été formidable, avec des escales de deux jours à Hong-Kong, Saigon, Bombay, Djibouti, Alexandrie où les gens étaient encore à l’époque en costume traditionnel. »

 

A la conquête de la capitale de la mode

Tous ces enchantements qui le marquent durablement, sont refroidis par la grisaille de l’hiver parisien qui accueille Kenzo Takada en ce 1er janvier 1965 à la gare de Lyon, pour démarrer l’une des plus belles pages de la mode. L’adaptation est difficile pour ce japonais qui ne parle pas français, ne connaît personne et dont les habitudes alimentaires sont bien différentes. Au bout de 5 mois, il montre des croquis à Louis Féraud qui les achète, collabore avec le magazine Elle et se fait engager par des bureaux de style.

Puis en 1970, il créé sa première collection féminine avec pour nom Jungle Jap et ouvre une boutique dans le passage Vivienne. Il affirme dès le départ une identité forte constituée d’un mélange de tradition japonaise, de costumes ethniques venant de plusieurs pays et une touche occidentale. Le tout étant décontracté, gai, très coloré, et avec des imprimés fleuris. Le style Kenzo révolutionne les années 70, va inspirer de nombreux créateurs et ouvrir la voie à des couturiers japonais. L’insouciance de cette époque sans trop d’argent ni la pression qu’il aura ensuite, permet à Kenzo Takada de se réinventer à chaque collection sans avoir peur et sans être trop sérieux pour son plus grand bonheur.

 

Au cœur de la création

Avec les années 80, la marque prend toute sa dimension et atteint les sommets de la mode, d’autant qu’en 1983 Kenzo lance sa première collection pour hommes, élégante mais un peu décontractée, qui rencontre un vrai succès. Il nous explique son processus de création : « Quand il s’agit de créer des vêtements féminins, je ne pense pas à une personne en particulier, c’est plutôt un fantasme. Si je veux faire une collection un peu japonisante, je commence par dessiner une tête japonaise et après ça vient tout seul. De même pour des vêtements d’inspiration africaine, je dessine une tète africaine et ça suit. Pour les hommes, c’est plus facile et direct, je pense à moi ou à un ami. » Quant à l’inspiration, elle est diverse : « Les voyages, comme au Rajasthan en Inde où les couleurs et les formes sont tellement belles, les vieux films, les expositions de peinture, ou tout simplement dans la rue quand je croise quelqu’un de très élégant ou au contraire pas du tout, cela peut m’inspirer. » Il ne prend jamais de notes, ni de photos, tout est dans sa tête et ressort au moment de la création du dessin et de la construction du vêtement, soit sur un patron à plat soit sur un mannequin.

 

Succès sur toute la ligne

A toutes les étapes de l’élaboration d’un modèle, il retrouve chaque fois la même émotion et le même plaisir, y compris lors de l’apothéose du défilé quand tout se passe bien. Cet exercice, où le couturier est souvent tendu, après l’avoir envisagé très spontané au début, devient après quelques années beaucoup plus élaboré avec une mise en scène très innovante. Comme le défilé sous un chapiteau de cirque où Kenzo est venu saluer sur un éléphant, ou celui de ses adieux en 1999 au Zénith de Paris, immense spectacle retraçant ses 30 ans de carrière. Il s’est toujours senti plus à l’aise dans le prêt-à-porter que dans la haute couture où tout est minutieux, en étant conscient de ce qu’est la fabrication des vêtements en usine, et en utilisant des tissus de qualité mais pas trop chers, pour rester accessible au plus grand nombre possible.

Parmi les nombreuses cordes que Kenzo ajoute à son arc au fil des années, avec la décoration maison, les bijoux, et de nombreux accessoires, il y a les parfums qui voient le jour à partir de 1988 et deviennent rapidement une immense réussite qui ne s’est jamais démentie depuis. Il s’investit beaucoup au début dans le choix des senteurs, l’élaboration du flacon et du packaging.

 

La constance du bon goût

Ce grand collectionneur d’art qui avait il y a 4 ans encore une fabuleuse maison japonaise de 1100 m² dans Paris près de Bastille, et qui habite aujourd’hui un superbe appartement de la rive gauche, a toujours eu le sens inné du bon goût. Cela paraît autant évident quand on découvre son environnement personnel, qu’à travers les milliers de modèles qu’il a créés tout au long de sa carrière et dans les différentes activités annexes qui ont enrichi la marque Kenzo. A 73 ans, il n’a plus envie de prendre de risques ni avoir de responsabilités, mais plutôt continuer à jouer le touche à tout en apportant sa patte géniale et reconnaissable entre toutes, à des collections occasionnelles dans la mode et la décoration. Sans oublier la peinture, dont l’accueil favorable réservé à ses toiles est le miroir de l’amour que continue à lui porter une très large famille d’inconditionnels dans le monde entier.

 

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Portraits
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 11:08

 

BD9C1462.jpg

Un des acteurs majeurs du phénoménal succès de The Artist, Ludovic Bource, a reçu 24 récompenses pour la musique qu’il a composée, dont l’Oscar, le César et le Golden Globe. Du jamais vu dans sa catégorie, à l’image du raz de marée que le film a opéré dans les différentes remises de prix du cinéma à travers le monde, avec 131 récompenses. A l’occasion de la sortie en DVD, retour sur cette aventure hors normes qu’a vécue l’équipe du film.

 

Comment analysez-vous l’impressionnante collection de récompenses obtenues par le film ?

Ludovic Bource - Les gens ont été sincèrement touchés par le romantisme du film, l’élégance, la retenue, l’absence de violence, la simplicité qui s’en dégagent. C’est souvent ce qui ressort des témoignages de membres des différentes académies cinématographiques qui nous ont décerné des prix, ils ont reçu le film comme une sorte de bouffée d’air. Il faut dire qu’un film muet en noir et blanc, c’était plutôt inattendu. Il y a aussi peut-être ce côté cyclique de crise économique, l’histoire qui se passe au moment du krach boursier de 1929, participe à un phénomène d’air du temps avec les mêmes problématiques. Le réalisateur a mis toutes ses tripes dans ce projet de film muet en noir et blanc qui lui tenait à cœur depuis 10 ans. De plus comme il est fidèle, l’équipe a été quasiment la même pour ses 3 derniers films, et chacun dans son domaine, de Jean Dujardin et Bérénice Béjo à tous les techniciens, a voulu aller encore plus loin, se donner totalement.

 

La musique du film a été incroyablement plébiscitée, comment l’avez-vous conçue ?

L.B. - Il est vrai que c’est la 1ère fois qu’un compositeur français obtient toutes les récompenses majeures du cinéma mondial pour un même film. Pourtant ma musique est simple, pas virtuose comme celle de John Williams qui concourrait aussi pour les Oscars. Comme il n’y avait pas de dialogues et pour que le film soit prêt pour le festival de Cannes, j’ai travaillé sans repères en amont, uniquement sur le story-board avec les dessins du réalisateur qui précisaient les axes de caméra, les expressions des comédiens, les différentes situations. Autant  pour la 1ère partie où l’humour est très présent, j’ai assez facilement trouvé les thèmes musicaux qui habillent la star du muet jouée par Jean Dujardin. Pour la seconde, c’était un peu plus délicat, il fallait trouver le ton juste en étant sobre limite naïf. Je me suis inspiré d’un poème de Hans Schmidt mis en musique par Brahms, pour accompagner le déclin de la star avec une certaine élégance, un romantisme. Il y a aussi dans le film un hommage au jazz de Cole Porter et au music-hall. J’ai eu la liberté de pouvoir mélanger les genres à ma guise. Il est sûr que l’absence de dialogues, de bruitage, met la musique au premier plan.

 

Comment l’ensemble de l’équipe a vécu cette folle année ?

L.B. - Cette aventure nous a rapprochés et nous sommes restés soudés tout au long de la promotion du film et des nombreuses soirées de récompenses. Cela a commencé en mai 2011 à Cannes jusqu’au voyage au Japon il y a quelques jours où le film vient de sortir. Michel Hazanavicius le réalisateur, qui est quelqu’un de pudique, s’est ouvert un peu grâce à cette année incroyable. Au-delà de la notoriété et des projets qui pourraient en découler notamment aux Etats-Unis, tout cela nous a donné de la confiance, ça nous rend tous un peu plus fort. On a été dans une sorte d’euphorie permanente durant toute cette campagne, et on commence aujourd’hui à réaliser ce qui s’est passé. Quand je regarde les statuettes sur mon piano, je me dis que c’est quand même gonflé d’avoir eu tout ça.

 

Quelles récupérations engendrées par ce triomphe vous viennent à l’esprit ?

L.B. - Déjà pour les journalistes, la manière dont ils manipulent et réinterprètent les choses, dont ils considèrent les gens, et je ne fais pas de généralités en disant cela, ce sont des faits constatés à Los Angeles pour les Oscars, où ils se sont livrés une véritable guerre pour savoir qui aurait l’équipe du film en premier. Côté politiques, Nicolas Sarkozy nous avait invités à déjeuner à l’Elysée pour célébrer le film, Michel Hazanavicius ayant décrété qu’on irait ensuite voir François Hollande, le déjeuner a été annulé. Etant plutôt de gauche et comme nous sommes en période électorale, il ne voulait pas que The Artist soit récupéré par le candidat Sarkozy.

 

Repost 0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 14:45

9782267022773 1 75

Cette remarquable plongée dans l’Ouest américain d’aujourd’hui, on la doit à cet écrivain de 72 ans, Thomas McGuane, ami de Jim Harrison et qui tout au long de ses romans a dépeint comme nul autre pareil les grands espaces, les petites villes perdues et les habitants qui les peuplent. Un médecin à Livingston dans le Montana revient par petites touches sur sa vie et les personnes importantes qui l’ont jalonnée, dans un récit d’une réjouissante truculence teinté d’une certaine mélancolie. L’auteur croque avec humour toute une galerie de personnages plus vrais que nature, mais il sonde aussi très finement les solitudes, les arrangements avec la vie de tous ces êtres plus ou moins heureux. Le parcours accidenté de ce médecin quelque peu lunaire et naïf mais dont le diagnostique est respecté, comporte en son centre une vie sentimentale qui n’est pas banale et un amour inconditionnel de la nature. Un roman que l’on dévore avec gourmandise autant pour l’histoire très attachante de son héros, que pour la peinture en relief de cette Amérique provinciale qui ne va pas si bien que ça.                                                                                                                      

 

Sur les jantes – Un roman de Thomas McGuane – Christian Bourgois éditeur – 495 pages – 23 €. 

 

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Livres
commenter cet article
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 14:43

Adieux-Reine_Affiche-120x160-def.jpg

Pour son 20ème film, Benoit Jacquot réalisateur de 65 ans s’est attaqué à l’ambitieux projet d’adapter le roman de Chantal Thomas, prix Femina 2002, qui nous plonge au cœur de Versailles et sa cour durant les 4 jours de juillet 1789 où toutes les certitudes de ce monde se sont effondrées. En faisant l’ouverture du prestigieux festival de Berlin, ce superbe film est d’ores et déjà l’un des événements de l’année tant ses nombreuses qualités le placent dans la catégorie des œuvres majeures. Jamais la cour de Versailles n’aura été aussi bien filmée, le réalisateur promène sa caméra au plus près des serviteurs, des nobles, en nous montrant l’envers du décor, ce petit monde qui vivait en vase clos dans des conditions d’insalubrité et de manque de place. Benoit Jacquot avec une frémissante sensualité confirme ici que peu de réalisateurs savent aussi bien filmer les femmes que lui. D’autant que la lumière est somptueuse, et les comédiennes à la fois très belles et complètement investies dans leur personnage, avec une mention spéciale pour Léa Seydoux et Diane Kruger. On entre dès le début pleinement dans cette histoire qui démarre le 14 juillet 1789 à 6 heurs du matin, dans la petite chambre exigüe de la lectrice de Marie-Antoinette. On la suit jusqu’aux appartements de la reine où elle va s’acquitter avec bonheur de sa tâche. La vie coule paisiblement à la cour durant cette journée, jusqu’au lendemain matin où une incroyable rumeur va enfler dans les couloirs de Versailles. Ce film d’une très grande richesse explore avec finesse les rapports humains, mêle audacieusement la petite histoire avec la grande à travers le regard de cette jeune lectrice, et nous passionne de bout en bout.                                                                                                                      

 

Les adieux à la reine – Un film de Benoit Jacquot avec Léa Seydoux, Diane Kruger, Virginie Ledoyen, Michel Robin, …

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Films
commenter cet article
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 07:14

aff.jpg

A la fois auteur de scénarios et de pièces de théâtre, metteur en scène et réalisatrice, la sœur de l’écrivain Marc Lévy, après deux premiers films passés inaperçus, devrait cette fois se faire un prénom avec cette très belle œuvre toute en émotion contenue. En élaborant son histoire dans un contexte particulièrement douloureux, en Israël et en Cisjordanie, Lorraine Lévy lui donne une dimension symbolique très forte, tout en ayant la finesse et la justesse nécessaires pour ne pas tomber dans les clichés et la caricature. Pour cela, une réalisation sensible au plus près des êtres, avec des comédiens français, palestiniens, israéliens qui donnent tous un joli relief à leur personnage. Derrière cette intrigue familiale, la caméra capte le contraste saisissant des conditions de vie si différentes des israéliens et palestiniens sur cette terre tantôt accueillante tantôt dépouillée où ils cohabitent. Un jeune garçon de 18 ans au moment d’incorporer l’armée israélienne pour effectuer son service militaire, par le biais d’une prise de sang se révèle ne pas être le fils biologique de ses parents juifs israéliens. La confusion due aux bombardements sur la maternité où il est né en 1991, a provoqué une interversion avec un autre bébé né au même moment d’une famille palestinienne, mis tout comme lui en couveuse. Le film avance délicatement d’un personnage à l’autre qui reçoit ce choc chacun à sa manière, et si le propos ne s’éloigne jamais de la réalité israélo-palestinienne, il en ressort un certain optimisme et un message d’ouverture auxquels on a envie de croire.                                                                                                                    

 

Le fils de l’autre - Un film de Lorraine Lévy avec Emmanuelle Devos, Pascal Elbé, Jules Sitruk, Mehdi Dehbi, …

 

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Films
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 08:25

Jean-Luc Mélenchon 001

Cette interview réalisée en octobre 2010 révèle les bases de l'irrésistible ascension de Jean-Luc Mélenchon, qui grâce à un talent oratoire évident, une grande lucidité, une simplicité naturelle, est devenu en quelques mois la belle surprise de cette élection présidentielle.

 

Personnalité incontournable de la gauche d'aujourd'hui, l'ancien socialiste Jean-Luc Mélenchon a réveillé le paysage politique avec son franc-parler en créant il y a 2 ans, le Parti de Gauche. A 59 ans, ce député européen après avoir été sénateur et ministre de l'enseignement professionnel sous Jospin, invite à une révolution citoyenne par les urnes en nous livrant une analyse cinglante et fouillée de la situation actuelle.

 

Quel est le rôle du Parti de Gauche dans l'échiquier politique ?

Jean-Luc Mélenchon - Le parti de gauche est le résultat d'une crise de la gauche institutionnelle. Le déclencheur a été la rupture de parlementaires socialistes avec le PS. C'est un parti républicain, socialiste et écologiste et en aucun cas gauchiste, fondé sur le modèle allemand "Die Linke". Notre idée est d'incarner la suite du socialisme historique. Le risque de disparition pure et simple était fort. Comme en Italie où la gauche s’est elle-même dissoute. Nous sommes à la fois traditionnels en étant liés à l'histoire du mouvement ouvrier, et novateurs en ayant opéré une jonction avec l'écologie politique et une rupture avec le social libéralisme. Nous essayons d'être catalyseurs de l'autre gauche en formant avec le parti communiste, le Front de gauche, rejoint par une scission du nouveau parti anticapitaliste (NPA). Pour nos premières élections, les européennes puis les régionales, nous avons eu un score de 6 à 7% des suffrages. C’est un bon début.

 

N'y a-t-il pas trop de dispersions au sein de la gauche dans la perspective d'une alternative en 2012 ?

J-L.M. - On ne peut pas dissocier la stratégie de reconquête du pouvoir par la gauche d’avec son contenu. Le PS pense que si la locomotive capitaliste fonctionne, il y aura des retombées en acquis sociaux pour les travailleurs. C'est une vision du 19ème siècle qui méconnaît la réalité de notre temps. Faute d’être capable de proposer une synthèse crédible à toute la gauche, le parti majoritaire est en train de la diviser en profondeur. En se contentant d’accompagner le système elle voudrait pousser une aile qui se radicalise vers l’isolement. La complaisance pour le patron du FMI est une adhésion à ses thèses. On voit pourtant comment sa politique aboutit à l'étranglement des économies européennes qui ont le malheur de tomber sous sa coupe.

Aujourd’hui, la scène politique et médiatique est un décor en carton-pâte. Des gens s'y agitent sans se rendre compte qu'un grand nombre de français s’en détourne absolument. Aussi bien à droite qu'à gauche, les gens ne comprennent plus. Ni  les comportements du président ni la politique d'opposition parfois ambiguë des socialistes, notamment à propos des retraites. Je suis consterné par le niveau d'abstention et par les larmes des dirigeants politiques au soir des élections, qui ne tirent aucunes conclusions pour la suite. Un fossé est creusé entre le monde du commun et le monde politique. Nos propositions comblent ce vide

 

Quelle est votre analyse de la situation économique tant au niveau international qu'en France ?

J-L.M. - Le gonflement de la masse monétaire américaine, purement spéculatif et déconnecté de la réalité économique, a nourri une bulle financière qui rend la situation mondiale gravissime. Pour autant, la France est loin d'être la plus mal lotie grâce à une immense capacité d'imagination, une réserve de matière grise considérable, et en étant la première dans toutes sortes de domaines dont l'agriculture. Malgré cela, les inégalités clouent la dynamique de notre pays au sol ! La France n'a jamais été aussi riche de son histoire en produisant près de 2000 milliards d'euros. Mais la répartition s’est brutalement déséquilibrée en faveur de la finance. Une mentalité du chacun pour soi s’est imposée, qui dévaste toutes les catégories. L'agriculture n'y coupe pas, où les écarts de revenus sont considérables, ce qui mine la profession pour penser son avenir.

Il y a aujourd'hui une confrontation entre le capital productif et le spéculatif. Un trader qui est capable de faire aller à la hausse le cours d'une céréale, l'est tout autant pour le faire aller à la baisse sans aucun rapport avec la production réelle. Ces deux modèles s'incarnent à travers les deux grandes puissances mondiales, la Chine et les Etats-Unis. L'Europe, pendue au dollar, est à la remorque des américains. Nous devrions être plutôt dans des accords de coopération privilégiée avec les chinois, les brésiliens et les indiens qui eux au moins produisent quelque chose et pas seulement du papier monnaie.

 

Comment la gauche pourrait inverser la tendance sur le plan économique et dans le domaine agricole particulièrement ?

J-L.M. - Il faut pour sortir de l'impasse, couper tous les circuits qui alimentent la bulle financière. Cela concerne les grands circuits économiques autant que les individus. Le temps des grands patrons hors de prix dont les salaires sont sans rapport avec les résultats de leurs entreprises doit finir. De même, les ultras riches investissent de manière irresponsable dans des consommations ostentatoires anti-écologiques et alimentent la bulle en spéculant. Je propose donc un revenu maximum annuel de 360 000 euros et plus globalement, réduire de manière drastique les inégalités. Autre point primordial, se donner un axe de planification écologique en organisant la transition vers un autre modèle productif et de consommation.

La France doit rester une nation souveraine sur le plan alimentaire en contribuant à un modèle d'agriculture souveraine pour l'Europe. Nous ne pouvons pas accepter que le jeu du marché détruise des pans entiers de l'économie agricole, il faut revenir à un système qui garantisse la stabilité des prix.  Cela veut dire qu'un certain modèle tourné exclusivement vers l'exportation doit prendre fin, il tue l'agriculture paysanne et dévaste celle des pays du Sud. Le productivisme a atteint ses limites.

 

Pourquoi la réforme des retraites vous parait inacceptable et que proposez-vous pour interrompre ce bras de fer ?

J-L.M. – Cette réforme est une vision étroitement comptable, mais elle ne permettra pas le rétablissement de l'équilibre des comptes. Ce qui éventuellement serait réparé par l'allongement des durées de cotisations et le report de l'âge légal, sera instantanément creusé en trou dans les caisses d'assurance chômage et maladie. Si l'on travaille plus vieux, on s'abîme plus vite et pour le coup on vivra moins longtemps. Ce sont aussi les petits bonheurs de la vie qui sont en cause. Il faudrait pour financer les retraites, un niveau de création d'emploi comme sous le  gouvernement Jospin : 2 millions d'emplois créés en 5 ans. Mais aussi, l'élargissement de l'assiette des cotisations aux revenus financiers. Si l'on taxait les revenus du capital comme ceux du travail, et ce n'est quand même pas du bolchevisme de dire cela, le problème des retraites serait résolu.

Le président joue volontairement l'incendie en étant dans la logique des grands libéraux comme Thatcher ou Reagan qui affrontaient une catégorie sociale. Puisque le pays ne veut pas de cette réforme et que le président pense qu'elle est indispensable, rendons le peuple arbitre de la question en organisant un référendum.

 

Vous êtes sans illusions envers la presse d'aujourd'hui mais néanmoins un bon client, que pensez-vous de cette situation ?

J-L.M. - La presse en général et le traitement de l'information en particulier fonctionnent sur le mode sensationnaliste, tout simplement parce que cela est plus facile et prend moins de temps. Ce n'est pas l'intelligence de ceux qui travaillent dans les médias qui est en cause, mais la réduction des effectifs et l'insécurité sociale. Une poignée de journalistes doit faire le travail que faisaient tous les autres, sans jamais pouvoir approfondir. Il y a de plus en plus de CDD, de stagiaires voire de gens qui travaillent gratuitement autant dans la presse écrite qu'audiovisuelle. Résultat, l’insécurité sociale des journalistes bride leur esprit critique. Mais quelques stars sont très bien payées, c’est vrai.

Je me suis rendu compte dans la pratique de l'interview que la forme compte au moins autant que le fond. Cela ne m'empêche pas de continuer à écrire énormément de textes pour alimenter mon blog et publier des livres. Parallèlement, je prépare chaque passage devant la presse très méthodiquement. Mais le plus souvent on m'interroge sur des sujets dérisoires. L'industrie du spectacle et de l'information y trouve son compte. Mais de mon côté j'arrive à faire passer mes messages. Nous profitons mutuellement l'un de l'autre.

 

Repost 0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 08:22

9782226238603g 

Cela fait 25 ans que Sophie Coignard,  journaliste d’investigation à l’hebdomadaire Le Point, dénonce avec succès à travers une quinzaine d’ouvrages, les dérives et les dysfonctionnements de notre société. Elle a travaillé avec un autre journaliste du même magazine pour écrire ce livre dont on parle beaucoup en ce début d’année, dans lequel ils mettent en lumière une caste de privilégiés totalement coupée de la réalité du quotidien. Par une enquête minutieuse avec des faits avérés à l’appui, ils nous démontrent comment ces patrons, haut fonctionnaires, élus nous gouvernent avec incompétence, lâcheté, et cumulent en toute impunité toutes sortes de passe-droits et de rémunérations démesurées. Ce brulot qui met en avant les comportements indécents de certaines de nos élites en ces temps de grave crise économique, pourrait bien se retrouver au cœur de la campagne électorale.

 

 L’oligarchie des incapables – Un essai de Sophie Coignard et Romain Gubert – Albin Michel – 368 pages – 20 €.

 

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Livres
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 17:37

L-EXERCICE-DE-L-ETAT_DVD_3D.png

Récompensé par 3 Césars, ce remarquable film de Pierre Schoeller est seulement le second de ce réalisateur de 50 ans. Cet homme qui écrivait pour les autres jusqu’à présent, a décidé de prendre la caméra en 2008 mais son talent pour raconter une histoire est toujours intact, puisqu’il vient de lui valoir le César du meilleur scénario. Il ausculte ici la pratique du pouvoir avec un réalisme et une lucidité que l’on n’a sans doute jamais poussés jusque-là au cinéma. Passionnante de bout en bout, cette plongée au cœur de la vie d’un ministre que l’on suit au plus près, montre les compromis, les arrangements, les idéaux refoulés, la carapace nécessaire pour résister à toutes sortes de pressions et d’épreuves. Une mise en scène toujours très juste, un scénario de très grande qualité, des comédiens impeccables avec à leur tête un Olivier Gourmet au sommet de son art, tout dans ce film contribue à nous ancrer de manière viscérale à l’intérieur d’un monde sous tension permanente. Le ministre des transports est réveillé en pleine nuit, suite à un accident de car dans les Ardennes qui a fait 12 victimes dont des enfants. C’est sur ce drame tristement d’actualité que l’on fait connaissance avec cet homme d’état, qui se rend tout de suite sur place et dont nous allons suivre le marathon quotidien, entouré de ses collaborateurs notamment le précieux directeur de cabinet. Parmi les très nombreuses qualités de ce film, l’aspect humain des personnages et des situations n’est jamais oublié dans cet univers politique qui ne laisse guère de place aux états d’âme.                                                                                                                      

 

L’exercice de l’Etat – Un film de Pierre Schoeller avec Olivier Gourmet, Michel Blanc, Zabou Breitman, …- Diaphana – 1 DVD : 19,99 €.

 

Repost 0
Published by michelmonsay - dans DVD
commenter cet article

Présentation

  • : Culture, politique et photos
  • Culture, politique et photos
  • : Chroniques culturelles (Films, DVD, disques, livres), interviews politiques et sociétales, portraits de personnalités, photos
  • Contact

Profil

  • Michel Monsay
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien

Recherche

Catégories

Liens