Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 14:15

    3344428047436 vid


Dans la surabondance de grosses productions américaines, quelquefois des films sortent du lot et mettent en valeur le savoir-faire hollywoodien. Comme son titre l’indique, il s’agit ici de ce qui a précédé la saga qui avait fait grand bruit il y a 40 ans. Si les maquillages et les effets spéciaux de l’époque paraissent bien pâles à côté de ce nouveau film dont l’allure, les expressions et le déplacement des singes sont sidérants, il n’y a pas pour autant une surenchère de scènes d’action. Une certaine émotion est présente, notamment grâce à l’acteur Andy Serkis qui se cache dans la peau du singe principal, et même si les rebondissements ne manquent pas, ce n’est pas au détriment de l’intrigue. Dans un laboratoire, un chercheur se rend compte que la molécule testée sur une femelle chimpanzé pour vaincre la maladie d’Alzheimer, développe l’intelligence du sujet. La femelle devient agressive et saccage tout dans le laboratoire, le directeur ordonne alors que l’on abatte tous les chimpanzés. Seul un bébé est sauvé, que le chercheur ramène chez lui. Quand un grand spectacle mêle à la fois une brillante technologie, une mise en scène habile et un scénario qui a du sens, on en redemande.


 La planète des singes : Les origines – Un film de Rupert Wyatt avec James Franco, Freida Pinto, John Lithgow, Andy Serkis, …- Fox – 1 DVD : 19,99 €.

Repost 0
Published by michelmonsay - dans DVD
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 22:58

Le-rabaissement-Philip-Roth

Le grand romancier américain Philip Roth, décortique avec sa maestria habituelle dans son trentième livre, l’effondrement d’un grand acteur de théâtre de 65 ans, privé du jour au lendemain de son immense talent. A 78 ans, l’auteur continue de nous offrir des romans existentiels d’une implacable lucidité que l’on dévore avec fascination, où le personnage central subit une déchéance physique ou intellectuelle qu’il essaie de compenser par le désir, l’amour et le plaisir sexuel. Ici, un acteur adulé qui a joué tous les plus grands rôles du répertoire, perd sa magie, son formidable instinct et n’arrive plus à incarner lorsqu’il entre en scène. Il sombre dans une profonde dépression, ce qui aura pour conséquence de faire fuir sa femme et de le faire interner en hôpital psychiatrique durant 26 jours. Différents personnages entrent ensuite en jeu auprès de cet homme vidé de son sens, vont-ils réussir chacun à leur manière à le faire sortir de cette impasse ? Dans ce roman assez court mais néanmoins remarquable, Philip Roth échafaude un canevas qui met en lumière la fragilité de nos vies, de nos illusions, de nos espoirs.

                                                                                                                      

 Le rabaissement – Un roman de Philip Roth – Gallimard – 122 pages – 13,90 €.

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Livres
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 22:50

69739134    

Après avoir commencé 2011 avec son avant-dernier roman, Laura Kasischke nous offre une œuvre grandiose pour finir l’année littéraire en beauté. Cette écrivaine américaine de 40 ans dont c’est le 8ème roman, nous éblouit comme jamais par sa capacité à créer une ambiance mystérieuse, totalement envoutante proche de l’univers du cinéaste David Lynch, autour d’un récit dont la construction et le style époustouflants nous captive, bouleverse et fait frissonner. Une femme est témoin de l’accident de voiture d’un couple d’étudiants qui cause la mort de la jeune fille. A partir de ce fait divers, l’auteur dans un subtil ballet entre le passé et le présent de plusieurs protagonistes d’un campus universitaire du Midwest américain, plonge sa plume sans concessions pour explorer autant les arcanes de cette affaire, que la vie étudiante et ses étranges fraternités, ou le rapport à la mort. On ressort de ce magnifique roman, complètement admiratif devant une telle maîtrise.                                                                                        

 

Les revenants – Un roman de Laura Kasischke – Christian Bourgois éditeur – 588 pages – 22 €.

 

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Livres
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 22:14

1145148-1293124 

Un sacré coup de fraîcheur en cette rentrée avec le premier album de jeunes bordelais, trois frères et un ami d’enfance qui ont entre 19 et 24 ans, et jouent ensemble depuis de nombreuses années déjà. Leur nom vient de l’arrière grand-père boxeur que l’on voit sur la pochette du disque, dont ils semblent avoir la détermination. On est sidéré dès les premières notes par leur maturité, leur cohésion musicale et une maîtrise de mélodies très efficaces. A peine arrivé sur le devant de la scène du rock français, dont beaucoup  de groupes ont du mal à se défaire de l’ombre de Noir Désir, ils s’installent déjà comme fer de lance en proposant un univers sous influence anglo-saxonne, qui n’a rien à envier à leurs illustres prédécesseurs. Entre rock new-yorkais et pop anglaise, ils avancent avec l’aplomb et l’inspiration de vieux briscards tout en laissant parler l’éclat et l’audace de leur jeunesse. A travers 12 superbes morceaux qui alternent les tempos, les changements de rythmes, cet album enchante nos oreilles tout en donnant souvent envie de nous trémousser. La voix grave, chaude du chanteur de 21 ans est un pur bonheur, elle apporte une profondeur, une assise à cette musique qui a déjà à elle seule une sacrée tenue. Des guitares inspirées et habiles, un chant en anglais d’une qualité irréprochable, un ensemble de rock haut de gamme et pourtant ce sont bien des petits français qui se cachent derrière cette surprise lumineuse.

 

 Kid Bombardos – Turnin’ wrong – Sober & Gentle – 1 CD : 15,99 €.

 

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Disques
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 22:00

original 566731    

Déjà lauréats de deux Palmes d’or à Cannes avec Rosetta et L’enfant, Jean-Pierre et Luc Dardenne ont failli en décrocher une 3ème cette année, du jamais vu, mais ils ont finalement reçu le Grand prix. Avec ce nouveau film, les frères belges confirment une fois de plus qu’ils font partie des plus grands cinéastes contemporains, en filmant comme nul autre les rapports humains dans un style âpre, direct, avec une incroyable justesse et pour la première fois une certaine tendresse. Autant ici que dans leurs autres films, les personnages ne sont pas gâtés par la vie, mais les réalisateurs ne tombent jamais dans l’emphase, ils n’ont pas besoin de cela pour chaque fois nous bouleverser en parvenant à toucher la vérité des êtres. Dans ce film encore, ils arrivent à obtenir de leurs comédiens, que ce soit un enfant ou une actrice reconnue, à la fois une intensité, une retenue et une authenticité en tous points remarquables. Un garçon de 12 ans, placé provisoirement par son père dans un foyer pour enfants, n’a plus de nouvelles de celui-ci depuis quelques semaines. Il cherche désespérément à le retrouver mais le père a déménagé. En voulant échapper aux éducateurs du foyer qui veulent lui faire entendre raison dans la cité où habitait le père, l’enfant s’agrippe à une femme sans vouloir la lâcher. De cette rencontre brutale naît une relation entre les deux, inhabituelle pour ce gamin abandonné. Moins noir qu’à l’accoutumée, le dernier Dardenne n’en est pas moins déchirant par sa réalité affective et sociale. Néanmoins, telle la fragilité d’une flamme de bougie fouettée par le vent, une lueur d’espoir traverse ce superbe film, va t’elle s’éteindre ?

 

 Le gamin au vélo – Un film de Jean-Pierre et Luc Dardenne avec Thomas Doret, Cécile de France, Jérémie Renier, … - Diaphana vidéo – 1 DVD : 19,99 €. 

 

Repost 0
Published by michelmonsay - dans DVD
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 21:51

rien-ne-s-oppose-a-la-nuit-couverture    

Avec son sixième roman, Delphine de Vigan provoque à coup sûr l’un des événements phares de la rentrée littéraire, qui comporte cette année 654 sorties. Cette romancière de 45 ans dont l’œuvre est souvent d’inspiration autobiographique, avait fait parler d’elle en 2007 avec No et moi vendu à 400 000 exemplaires et en 2009 où elle avait failli avoir le prix Goncourt pour Les heures souterraines. Ces deux livres ayant été traduits dans 25 pays. Son superbe dernier roman raconte avec une émotion rare et une vérité sidérante, la vie de sa mère, Lucille, qui s’est suicidée en 2008 à l’âge de 61 ans. Au-delà du parcours très accidenté de cette femme d’une grande beauté qui a toujours été un peu à part, secrète, introvertie, il y a une plongée passionnante au cœur d’une fratrie de 9 enfants dont Lucille était la 3ème, avec un père et une mère aussi différents que surprenants, chacun à sa manière. A travers une écriture sensible, précise, la        romancière explore les personnages de cette famille, leurs rapports, les drames, les non-dits, les moments plus lumineux avec toujours en fil conducteur, l’évolution de Lucille. Le livre s’ouvre sur le choc que l’auteure ressent à la mort de sa mère, et les mois qui suivirent avec la question de lui consacrer un livre, qui peu à peu est apparue vitale. Ce long chemin d’écriture, douloureux, semé de doutes, de remises en question, qui nous fait pénétrer au plus près des arcanes de la création, revient régulièrement entrecouper le récit en lui apportant une étonnante profondeur. On est captivé de bout en bout et souvent très ému par l’histoire de cette femme et de sa famille, qui trouve forcément un écho à nos propres histoires, tant les mots d’une incroyable justesse et la faculté de saisir l’essentiel nous touchent au plus profond.

 

 Rien ne s’oppose à la nuit – Un roman de Delphine de Vigan – Editions Jean-Claude Lattès – 437 pages – 19 €. 

 

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Livres
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 21:47

piers faccini my wilderness-discobus4 

Cet auteur compositeur interprète de 39 ans moitié anglais moitié italien qui vit en France dans les Cévennes, sort un 4ème album d’une beauté renversante. Artiste complet, il est en plus de sa musique, peintre, photographe et poète. Avec ce nouvel enregistrement, sa sensibilité artistique s’exprime merveilleusement dans chacun des 11 morceaux, où il nous fait voyager à travers une musique chatoyante aux nombreuses inspirations. La pop folk d’une grande richesse qu’il nous propose se plaît autant dans des ballades douces et frémissantes que dans des envolées aux sonorités orientales ou africaines. Un métissage des plus heureux, provenant de ses origines et de ses diverses influences musicales, accompagne Piers Faccini lorsqu’il compose et lui permet de faire tomber les frontières pour un résultat enivrant. Chantant en anglais de sa très belle voix feutrée et sensible qui fait penser par moments à Ben Harper ou Nick Drake, il s’accompagne entre autres à la guitare acoustique, électrique et au piano. En plus des 3 musiciens qui l’entourent, on retrouve sur certains morceaux, le trompettiste de jazz Ibrahim Maalouf, des violoncellistes, un musicien africain qui apportent tous une qualité et une dimension supplémentaire à cette musique enthousiasmante. Indéniablement l’un des tous meilleurs albums de la rentrée, ce petit bijou apaise, transporte et fait éclater un horizon musical trop souvent compartimenté et formaté. On respire.

 

 Piers Faccini – My wilderness – Tôt ou tard – 1 CD : 13,77 €.

 

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Disques
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 18:29

Minuit-a-Paris-Edition-Simple-DVD-v2    


Lorsque Woody Allen est autant en verve et inspiré, ses films sont baignés d’une incroyable magie et nous apporte un bonheur infini. A près de 76 ans, le réalisateur américain nous offre une de ses plus belles œuvres, empreintes de grâce, d’humour et d’une délicieuse nostalgie. On se demande toujours après tant d’années et une si grande productivité avec un film par an, comment il peut encore trouver d’aussi brillantes idées et nous étonner voire nous émerveiller quasiment à chaque fois. Cette déclaration d’amour à la ville lumière est la superbe toile de fond d’une histoire à la fois drôle, touchante dans laquelle on se sent si bien qu’on la quitte à grand regret. Un couple d’américains en vacances quelques jours à Paris, qui s’apprête à se marier en rentrant aux Etats-Unis, croise par hasard en dînant avec les parents de la jeune femme, un copain de fac de celle-ci accompagné de sa femme. Au grand dam du futur marié, ils se revoient tous les 4 le lendemain pour visiter Versailles, le musée Rodin et aller à une dégustation de vins. Après quoi la jeune femme et le couple d’amis veulent aller danser alors que lui ne rêve que de flâner dans les rues de Paris. Qu’à cela ne tienne, chacun va de son côté, et fort heureusement nous suivons le futur marié qui déambule et se perd dans Paris. Il s’assied sur les marches d’une église qui sonne les 12 coups de minuit, et à ce moment-là commence pour lui une fabuleuse aventure qui va changer sa vie. Servi par une très belle brochette de comédiens talentueux, ce nouveau chef-d’œuvre de Woody Allen sublime Paris, l’art, l’amour, nous fait rêver, nous donne à réfléchir et surtout nous transporte hors du temps, dans un lieu enchanteur que seul le cinéma de cette qualité peut nous faire atteindre.

 

 Minuit à Paris – Un film de Woody Allen avec Owen Wilson, Marion Cotillard, Rachel McAdams, … - TF1 vidéo – 1 DVD : 19,99 €.

 

Repost 0
Published by michelmonsay - dans DVD
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 18:27

 9782818014059

Assurément l’un des tous meilleurs écrivains français actuels, Emmanuel Carrère à près de 54 ans, crée l’événement à chaque nouveau roman. Son dernier, Limonov, a sans doute été le livre le plus attendu de cette rentrée littéraire, et une fois qu’on l’a lu, l’un des plus passionnants et des plus réussis. Succès public et critique, cette 12ème œuvre magistrale qui oscille entre le roman, la biographie et l’autofiction, nous fait découvrir à la fois un personnage hors du commun et nous plonge avec réalisme au cœur de la Russie communiste et postcommuniste sur près de 60 ans. L’auteur réussit le difficile pari avec un talent évident de nous captiver tant en éclaircissant l’Histoire et en nous faisant comprendre bien des choses sur ce qui est arrivé à ce pays, qu’en nous contant l’étonnante épopée de cet écrivain et homme politique russe sulfureux et baroudeur. De ce qui devait être au départ un reportage sur Limonov pour un magazine, Emmanuel Carrère en a fait une fresque inoubliable sans concessions, sur un homme et un pays pour le moins troublants.

 

Limonov – Un récit d’Emmanuel Carrère – P.O.L. – 489 pages – 20 €.

 

Repost 0
Published by michelmonsay - dans Livres
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 17:57

 

mel-dvd-etui-3d-hd


Avec cette œuvre magnifique, qui vient d’être élu meilleur film européen 2011, on retrouve le grand cinéaste Lars Von Trier, dont on avait tant aimé « Breaking the waves » et « Dancer in the dark », qui s’était égaré depuis, autant dans son travail que dans ses paroles. L’incroyable force émotionnelle de Melancholia tient à sa beauté picturale, à sa réalisation toujours inventive, à l’originalité des situations, au talent des comédiens en particulier la superbe Kirsten Dunst, prix d’interprétation à Cannes, à la musique poignante du Tristan et Isolde de Wagner. Après un préambule mystérieux fait de plans stylisés au ralenti qui préfigurent plus ou moins directement le film, on se retrouve avec un couple de mariés à bord d’une limousine très longue, coincée dans un virage sur une petite route de campagne. Les mariés arrivent passablement en retard dans une grandiose propriété pour fêter leurs noces, et l’on sent rapidement que ce mariage malgré les apparences a quelque chose d’inhabituel, d’illusoire. La virtuosité de la caméra de Lars Von Trier nous entraîne au plus près des personnages, des visages pour capter miraculeusement la moindre émotion, notamment celui de Kirsten Dunst allant du sourire le plus charmant à une douleur intérieure dévastatrice. Ce film baigné d’une fascinante mélancolie, oscille entre des moments d’une étonnante fraîcheur, des tensions familiales prégnantes, une science-fiction poétique, qui montrent bien que le cinéma à ce niveau-là est un art majeur.

 

 

Melancholia – Un film de Lars Von Trier avec Kirsten Dunst, Charlotte Gainsbourg, Kiefer Sutherland, John Hurt, … - Potemkine Editions – 2 DVD : 19,99 €.

 

Repost 0
Published by michelmonsay - dans DVD
commenter cet article

Présentation

  • : Culture, politique et photos
  • Culture, politique et photos
  • : Chroniques culturelles (Films, DVD, disques, livres), interviews politiques et sociétales, portraits de personnalités, photos
  • Contact

Profil

  • Michel Monsay
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien

Recherche

Catégories

Liens