Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un besoin de culture sous toutes ses formes

Publié le par michelmonsay

Frederic-Mitterrand-008.jpg

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

Fascinante plongée au cœur du Japon

Publié le par michelmonsay

les-evapores-reverdy-flammarion.jpg

 

Comme chaque fin d’été la rentrée littéraire nous propose un nombre impressionnant de romans français et étrangers, 555 cette année, chiffre qui est pourtant en retrait par rapport aux précédents millésimes. D’ores et déjà, le 5ème roman de Thomas B. Reverdy, écrivain français de 39 ans, est l’une des petites merveilles qui va illuminer cet événement culturel, et ce serait étonnant qu’il ne soit pas récompensé par l’un des fameux prix tant convoités. D’une admirable écriture à la fois poétique, subtile, sensible et souvent très réaliste, le romancier explore le phénomène des évaporés, assez fréquent au Japon, où des personnes disparaissent du jour au lendemain, comme un suicide social, même si parfois il s’agit simplement de sauver sa peau. Construit de nombreux chapitres assez courts, tout en maîtrise et en fluidité, ce roman passionnant est aussi un portrait sans concession du Japon un an après le tsunami et la catastrophe de Fukushima, mais aussi le Japon des yakuzas, des travailleurs pauvres, où l’on en apprend beaucoup sur ce pays finalement assez secret et méconnu. Un homme proche de la soixantaine, après avoir écrit une lettre d’adieu à sa femme et avoir laissé sur la table d’entrée de son domicile de Kyoto, ses clés, son portable et son portefeuille, embarque dans une camionnette avec deux déménageurs qu’il a embauchés pour la nuit en emportant trois cartons et une valise, et s’évapore. Après avoir fait connaissance avec les 3 autres personnages importants de cet envoûtant polar existentiel, qui chacun à sa manière cherche à redonner un sens à sa vie, l’auteur en mêlant habilement les genres nous offre un superbe moment de littérature. Rarement un occidental n’a aussi bien raconté le Japon.

 

 

Les évaporés – Un roman de Thomas B. Reverdy – Flammarion – 300 pages – 19 €.

Publié dans Livres

Partager cet article
Repost0

Un cinéaste et une actrice touchés par la grâce

Publié le par michelmonsay

71xuVAlfsSL._SL1125_.jpg

 

Des histoires de rencontre, le cinéma nous en a offert de toutes sortes et sous toutes les latitudes, mais celle-ci par son originalité, sa finesse, son suspense, son humour, son imprévisibilité nous touche et nous captive particulièrement. Dans ses quatre premiers films, Jérôme Bonnell avait déjà montré une belle sensibilité en nous offrant une peinture très juste de nos contemporains. A 35 ans, il poursuit dans la même direction en montant d’un cran avec une qualité d’écriture, de mise en scène, de cadrage au plus près de son héroïne, et un sens du détail, tout à fait remarquables. Les atmosphères toujours bien senties quel que soit le lieu où nous emmène l’histoire de cette femme en mouvement, contribue à ce que l’on plonge avec délice dans ce film où le présent met le passé et l’avenir sous son emprise. Une fois de plus, Emmanuelle Devos éblouit par sa faculté à jouer toutes sortes de situation, avec un mélange d’émotion et d’espièglerie qui en fait une des actrices les plus attachantes. Alors qu’elle joue un rôle secondaire dans une pièce de théâtre en tournée à Calais, où elle est payée au lance-pierres, une comédienne d’une quarantaine d’années doit aller à Paris passer un casting. Avant de s’y rendre en partant très tôt le lendemain matin pour faire l’aller-retour dans la journée, elle a une conversation téléphonique avec son compagnon où l’on sent qu’elle veut lui annoncer quelque chose mais n’y arrive pas. Dans le train, elle croise le regard triste d’un homme qui l’intrigue et semble l’attirer. Ce très joli film est tout à la fois léger, dramatique, troublant, euphorisant, et confirme une nouvelle fois que le duo formé par un cinéaste et son actrice , lorsqu’il y a une telle confiance et une telle complicité entre les deux, produit des moments inoubliables.

 

 Le temps de l’aventure – Un film de Jérôme Bonnell avec Emmanuelle Devos, Gabriel Byrne, … - France Télévisions distribution – 1 DVD : 19,99 €.

Publié dans DVD

Partager cet article
Repost0

Ambiance verte

Publié le par michelmonsay

Caisse-des-Depots-012.jpg

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

Où finissent nos eaux usées !

Publié le par michelmonsay

Gisors-059.jpg

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

Portrait de groupe à Honfleur

Publié le par michelmonsay

Honfleur-004.jpg

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

Sensualité des mots, de la voix et de la musique

Publié le par michelmonsay

photo_1367233600.png

A l’image d’Olivia Ruiz, qui elle aussi a fréquenté les plateaux de Star academy, Elodie Frégé, dix ans après sa victoire, est à des années lumière de cette téléréalité et de sa musique formatée. Sa rencontre avec Benjamin Biolay pour l’écriture de son deuxième album en 2006 a révélé sa vraie personnalité, lui a donné une confiance en ses talents d’auteur, et a modifié sa manière de chanter, plus sur le souffle, la sensualité, en tout cas loin des voix poussées et sans âme de la Star Ac’. A 31 ans, pour son quatrième album, elle s’affirme définitivement comme une artiste à part entière en écrivant la quasi-totalité des textes et quatre musiques avec un talent que l’on ne lui connaissait pas. Le disque a été enregistré en partie à Miami avec des musiciens cubains et brésiliens mais aussi à Paris notamment avec Marc Collin, le leader du groupe Nouvelle Vague, qui signe également les arrangements. Toutes ses collaborations donnent une couleur latine aux 11 morceaux de l’album où se développe une délicieuse pop teintée de bossa nova, de tango et d’ambiances rétros. Outre ses chansons charnelles, espiègles, gourmandes, la ravissante et malicieuse chanteuse reprend remarquablement une petite merveille signée Gainsbourg « La fille qui fait tchic ti tchic » et « Tu veux ou tu veux pas ? » chantée préalablement par Marcel Zanini ou Brigitte Bardot. Peut-on parler d’une certaine maturité chez Elodie Frégé, qui lui aurait permis de laisser tomber cette mélancolie dont elle se fardait pour une exquise légèreté ? En tout cas, on sent un personnage plus complexe qu’il n’y paraît, que l’on aura un grand plaisir à suivre à présent, et qui pour aujourd’hui nous offre un album à déguster sans retenue.

 

Elodie Frégé – Amuse bouches – Mercury – 1 CD : 16,99 €.

Publié dans Disques

Partager cet article
Repost0

« Nous avons besoin les uns des autres du premier au dernier jour de notre vie »

Publié le par michelmonsay

Serge-Guerin-007.JPG

 

Spécialiste des séniors, des enjeux intergénérationnels et de l’accompagnement, Serge Guérin auteur d’une vingtaine d’ouvrages, intervient régulièrement dans la presse écrite et à la radio pour valoriser le rôle de nos anciens et des aidants. A 51 ans, l’éclectisme de ce docteur en sciences de la communication l’amène aussi à enseigner dans une école de commerce, à Sciences-Po, à s’investir pour l’écrit sous toutes ses formes, en attendant de confronter ses idées à la réalité du terrain aux côtés d’Anne Hidalgo.

 

Quel est votre sentiment sur la réforme des retraites annoncée pour la rentrée ?

Serge Guérin - Je crains que l’on revienne une nouvelle fois sur les mêmes solutions avec toujours un manque d’ambition et d’imagination pour régler le problème du financement, soit en rajoutant des cotisations, soit en rallongeant la période de travail, soit en baissant le montant des retraites. On peut trouver une vraie logique à ce que l’on travaille plus longtemps étant donné que l’on vit plus vieux, mais il faut tenir compte de ceux qui ont démarré leur carrière plus tôt et des sept ans d’écart d’espérance de vie entre un cadre supérieur et un ouvrier spécialisé. D’un autre côté, pousser à ce que les séniors travaillent plus longtemps se fait au détriment des plus jeunes, et peut aussi augmenter le nombre des séniors au chômage. A l’inverse, je ne pense pas que l’on ait réglé le problème de l’emploi avec les préretraites, généralement le poste est supprimé par choix d’automatisation ou de productivité. Il ne faut pas oublier aussi qu’une personne en activité crée de l’emploi et lorsqu’on la sort de l’activité, elle en crée moins.

Pour en revenir aux retraités qui sont 15 millions aujourd’hui, il est impossible d’en parler globalement. Certains ont des revenus importants notamment patrimoniaux ou d’héritages et pourraient être plus taxés, mais la majorité d’entre eux ont des pensions assez faibles, 1300 € en moyenne par mois pour les hommes et moins de 1000 € pour les femmes. Un million de retraités vivent sous le seuil de pauvreté, 400 000 sont au minimum vieillesse, donc baisser les retraites ne serait pas très prudent. De même, augmenter les cotisations dans une période déjà rude risquerait de casser ce beau système de solidarité intergénérationnelle de retraites par répartition, pour aller vers un système ultralibéral de capitalisation.

 

Y a-t-il alors une solution pour avancer sur le problème des retraites ?

S.G. - La retraite par points est certainement une réponse intéressante. Elle permet plus d’équité en lissant les différentes situations, et permet aussi à chacun de comprendre et contrôler ce qui va lui arriver, alors qu’aujourd’hui personne n’est capable de dire quelle sera sa retraite. Le problème est que cela prendrait du temps à mettre en place et à équilibrer le financement, d’autant qu’il y a de moins en moins de cotisants, notamment avec le chômage, et de plus en plus de retraités. Cela dit, il faut arrêter de penser que ces retraités représentent uniquement un coût pour la société. Ils sont très présents dans le monde associatif en produisant du lien social, 32% des maires de nos communes sont des retraités qui contribuent à faire vivre la ruralité, sans parler de toutes les petites tâches invisibles accomplies par les séniors pour leur entourage et au-delà, qui ne sont pas valorisées mais qui font tellement de bien au pays. Tout comme les aidants, ils sont entre 9 et 10 millions de bénévoles de tout âge dont un tiers de retraités, auprès de personnes handicapées, malades ou âgées, qui font économiser 164 milliards d’euros à la collectivité. Rapport aux 7 milliards d’euros manquant pour équilibrer les retraites, peut-être que la collectivité pourrait faire un effort financier et valoriser un peu plus les séniors en arrêtant de les considérer comme inutiles parce qu’ils n’ont pas une activité salariée. Ceux que l’on appelle les inactifs sont parfois plus actifs que certains actifs et ont une utilité bien plus intéressante pour la société.

 

Dans notre société individualiste, est-il utopique d’espérer changer notre rapport aux séniors ?

S.G. - Cette culture de l’individualisme qui règne aujourd’hui n’a pas réussi à supprimer le don, la solidarité, le monde associatif, les aidants. Il ne faut pas attendre de solution générale mais plutôt se tourner vers les multiples initiatives locales, et c’est le rôle des collectivités territoriales, des syndicats, des bailleurs sociaux de les soutenir voire de les générer. La crise est une chance formidable pour nous faire bouger et sortir de notre petit confort, arrêtons le fatalisme. Je suis peut-être un optimiste, mais les pessimistes à quel moment font-ils avancer la société ? La prise de conscience du vieillissement de la population nous conduit déjà à inventer des villes, des territoires ruraux plus adaptés, plus agréables à vivre pour les séniors, d’autant que c’est un problème qui nous touche tous. Il faudrait aussi plus de prévention et d’accompagnement auprès des plus fragiles, cela apporterait moins de consommation de médicaments et de frais d’hospitalisation. La canicule de 2003 avec ses 15 000 victimes a contribué à changer les mentalités. Aujourd’hui, toutes les collectivités se sont équipées, ont des systèmes de veille, et l’on remarque plus d’attention à l’autre.

 

Que pensez-vous des contrats de génération et plus globalement du délicat problème de l’emploi ?

S.G. - L’invention sémantique est excellente, elle fait passer une solidarité entre générations alors que jusqu’à présent nous étions dans un système d’opposition notamment avec les préretraites où l’on mettait les vieux dehors pour faire la place aux jeunes. J’ai fait plusieurs études sur le sujet, la réalité montre que les jeunes demandent plus de soutien des anciens sur l’apprentissage du métier, et les anciens plus de soutien des jeunes sur les nouvelles technologies. Ce contrat de génération valorise cette réciprocité que l’on minimisait, mais il ne faut pas se faire trop d’illusions sur le nombre d’emplois que cela va créer. De manière plus globale, le marché n’est pas capable aujourd’hui de trouver 5 millions d’emplois, il faut arrêter avec le mythe du retour de la croissance. Quoique l’on fasse, il y a plein de gens qui n’iront pas dans l’emploi, si on leur trouve des tâches utiles qui leur permettent de contribuer en se sentant utile, ce sera déjà très bien. A côté de cela, il y a des emplois qui ne répondent pas à une logique de marché mais à une logique de besoin social, avec des métiers d’aide à la personne dans tout ce que cela comprend, ou de l’aménagement rural notamment numérique. Ce serait là un bel investissement public qui pourrait permettre à plus de personnes de s’installer dans la ruralité, il suffirait de faire des économies sur des niches fiscales dont je ne vois pas bien l’utilité.

 

Que doit faire le Président pour parvenir à sa France de demain, écologique, solidaire et qui combat les thèses populistes ?

S.G. - Le populisme ne se combattra pas avec un discours moralisateur, surtout venant de personnes protégées qui ne sont pas sur le terrain. Michel Rocard avait une très belle formule : « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde mais doit en prendre sa part », c’est très beau mais il faut admettre que notre pays ne peut pas tout faire. L’écologie n’a d’avenir que dans l’écologie sociale, au Président de faire comprendre au pays qu’au-delà du développement durable et de la sauvegarde de la planète qui sont évidemment importants, il y a une logique économique. Si l’on renforce la filière des éoliennes et du photovoltaïque, on réindustrialise aussi. Quant à la France solidaire, c’est déjà bien de le dire, je n’en peux plus d’entendre parler d’une France de compétition où l’on s’oppose les uns aux autres. Il ne faut pas oublier que nous sommes en interdépendance, nous avons besoin les uns des autres du premier au dernier jour de notre vie. François Hollande pourrait peut-être inventer un ministère des solidarités pour mettre en valeur toutes les actions.

 

Le niveau de la presse s’est-il dégradé avec les nouvelles technologies et sont-elles un danger pour l’écrit et les livres ?

 

S.G. - On a la presse que l’on mérite, qui est aussi liée à notre niveau d’exigence. Cela dit, quand Moïse Millaud fonde Le Petit Journal en 1863, il est beaucoup question de faits divers. L’âge d’or de la presse écrite était avant 1914 avec 4 quotidiens qui tiraient à plus d’un million d’exemplaires. Puis la radio est arrivée et à chaque nouveau média, on croit que cela va tuer l’écrit mais il est toujours là et reste une valeur majeure, on ne peut pas penser sans écrire. On ne lit pas le papier de la même façon que l’on lit sur l’écran, on s’ouvre au monde différemment. Reconnaissons tout de même qu’avec les nouvelles technologies, on écrit beaucoup plus qu’avant même si le niveau n’est pas toujours exceptionnel. Pour ce qui est des livres, je ne comprends pas que l’on donne des subventions énormes à Amazon et qu’on leur permette de ne pas payer leurs impôts, au lieu d’aider les petits libraires notamment dans la ruralité, qui sont parfois le seul acteur culturel local, et pour certains qui vont avec leur camionnette faire le tour des villages. 

Partager cet article
Repost0

L'amoureux de la normande

Publié le par michelmonsay

Fromages-du-Pays-d-Auge-087.JPG

 

En reprenant il y a 7 ans l’exploitation familiale dans l’Orne, en vaches laitières de race normande sous appellation d’origine protégée camembert et pont-l’évêque, Charles Deparis a fait le choix de la qualité. Bien lui en a pris, aujourd’hui sa production de lait se porte bien et contribue à fabriquer par la fromagerie Gillot, les deux plus célèbres pâtes molles normandes dont il ne manque pas une occasion de faire la promotion, et ce pour l’ensemble de la filière.

 

Engagé avec les Jeunes Agriculteurs (JA) pour bien vendre son lait et mieux faire connaître les produits normands qui sont fabriqués avec, Charles Deparis ne veut pas être qu’un producteur cantonné sur son exploitation. Il se sent très attaché à la race bovine normande et au terroir normand, et de ce fait contribue à valoriser leur image et encourager les agriculteurs de sa génération à en faire autant avec les JA, mais aussi en étant président de l’organisme de défense et de gestion (ODG) du pont-l’évêque. Après un grand-père et un père agriculteurs, il a repris en 2006 l’exploitation familiale près de Briouze dans l’Orne, composée d’un troupeau 100% de vaches normandes en AOC devenu depuis AOP.

Avant de s’installer le jeune homme a pourtant hésité, il ne voulait pas le faire avant de se marier pour ne pas imposer la vie à la campagne à sa future épouse. Il a d’abord commencé par un BEP tourisme, ayant certaines dispositions en communication, en anglais et en espagnol, il enchaîne ensuite avec un Bac pro en lycée agricole, puis exerce des petits boulots et fera même un BTS. Entre-temps, il a rencontré une prof de collège qui a accepté de devenir sa femme et de vivre à la campagne. Ils ont aujourd’hui deux enfants et à aucun moment ne regrettent leur choix.

 

Autant impliqué sur son exploitation que dans l’image de la filière

En s’installant, Charles Deparis a tout de suite privilégié la qualité au volume : « Même si je ne suis pas écologiste, en produisant en AOP on a le respect de l’environnement, ce qui contribue à redorer l’image de l’agriculteur auprès de la société. Le fait que mon lait soit en AOP camembert et pont-l’évêque, cela lui donne la notoriété propre à ces appellations qui tirent vers le haut l’ensemble de la production. Mon engagement est de maintenir cette qualité au sein de la filière, pour que l’on ne dise pas dans 20 ans : ah ! Le camembert ou le pont-l’évêque, ce n’est plus ce que c’était. » Dans son exploitation, il produit 365 000 l de lait avec 55 vaches sur 83 ha, auxquels il faut ajouter les parcelles que des anciens lui prêtent, avec au total 50 ha d’herbe, 15 de maïs, 20 de blé et 5 de betterave fourragère dans une zone plutôt humide, où la plupart des terres ont été drainées et ont des rendements fourragers assez élevés. S’il a un salarié à mi-temps et son cousin à quart-temps, il tient à faire lui-même 12 traites des vaches sur les 14 de la semaine, afin de contrôler au mieux sa production et montrer l’exemple en tant que président de l’ODG. Ces journées de 7h à 20h s’organisent entre les réunions à Caen, les différentes tâches sur son exploitation et une entraide avec plusieurs agriculteurs du coin qui travaillent en CUMA.

 

Les bons choix

Après ne pas s’être payé les deux premières années, la situation de l’exploitation est plutôt bonne puisqu’il prend un salarié à plein temps pour les deux mois d’été et va pouvoir partir en vacances avec sa petite famille. Sa réussite vient en partie de sa compréhension du système : « Aujourd’hui, il faut davantage gérer le coût alimentaire des animaux que la production de lait par vache. Certains agriculteurs l’ont compris et sont prêts à faire des efforts pour avoir une qualité et de fait un meilleur prix pour leur lait, et d’autres vont compenser un prix plus bas par le volume, ce n’est pas un bon calcul à mon sens. »

 

A 34 ans, Charles Deparis se sent privilégié de vivre à la campagne et non en ville, avec tout ce que cela comporte en bonheurs sensoriels et en espace, mais le moment qu’il préfère entre tous est : « Lorsqu’au printemps je mets mes génisses à l’herbe, après les avoir surveillées tout l’hiver, les avoir vu grandir sans encombres et les voir ainsi courir, sauter et se régaler dans les prés vergers, c’est un pur bonheur. »

Publié dans Reportages en région

Partager cet article
Repost0

La savoureuse expression du bocage

Publié le par michelmonsay

Fromages-du-Pays-d-Auge-042.JPG

 

Symboles de la très belle campagne du Pays d’Auge, le camembert de Normandie, le pont-l’évêque et le livarot, tous trois sous appellations d’origine protégée, ne sont jamais aussi bons que lorsqu’ils sont fabriqués dans le respect des valeurs de l’AOP. Les acteurs de cette filière, en plus de produire des trésors de la gastronomie française en dégageant une marge financière intéressante, valorisent la vache normande, le pâturage en prés vergers et tout un terroir incomparable.

 

Depuis maintenant un an et demi pour clarifier l’offre au consommateur, les AOC ont définitivement laissé place à l’appellation européenne AOP sur tous les produits agricoles ayant obtenu ce signe officiel de qualité, excepté les vins qui restent en AOC. Le camembert de Normandie, le livarot et le pont-l’évêque sont tous trois en appellation d’origine protégée (AOP), ce qui garantit un lien étroit entre les fromages et leur terroir d’origine. C’est dans le pays d’Auge que se trouve le berceau de ces trois AOP, grâce à un milieu physique particulier favorable à l’herbe, des savoirs-faires à la fois herbagers qui se sont développés au fil du temps sur ce territoire, mais aussi laitiers à travers la maîtrise d’une génétique bovine autour de la vache normande, et fromagers.

Comme l’explique Alain Jacquet, ingénieur terroir à l’Institut National de l’origine et de la qualité (INAO) de Caen : « Avec un climat humide sans déficit hydrique estival, des températures qui sont rarement très hautes, des sols pentus et argileux défavorables au labour, les normands ont développé un système bocager qui délimite les prairies et protège les animaux. L’alimentation herbagère des vaches donne un lait très qualitatif qui contient de la vitamine A sous forme de carotène, donnant aux pâtes de ces fromages une couleur jaune. En plus la normande est la race française qui possède le taux protéique le plus riche avec la caséine, ainsi que des aptitudes laitières et fromagères très performantes. La vache normande est probablement la meilleure fromagère au monde. »

Fromages-du-Pays-d-Auge-054.JPG

 

Caractéristiques de ces produits d’exception

Ces fromages à pâte molle très parfumés ont des périodes d’affinage assez courtes et se consomment rapidement comparés aux fromages de montagne. Le camembert a une croute fleurie avec la pousse du pénicillium, le livarot et le pont-l’évêque ont des croutes lavées qui favorisent le développement d’un goût plus prononcé. Dès 1855 avec l’ouverture de la ligne de chemin de fer entre Caen et Paris, les produits laitiers normands rencontrent un grand succès dans la capitale. Cela va changer les pratiques agricoles en diminuant les labours et en amenant la couverture en herbe du pays d’Auge et de l’ensemble de la Normandie.

C’est en 1890 avec l’invention de la boite en bois par un ingénieur havrais que le camembert trouve son emballage rond si reconnaissable. Pour le livarot, le cerclage avec la laiche permettait de tenir le fromage qui avait tendance à s’affaisser, étant moins riche en matière grasse. Aujourd’hui, ces 5 bandelettes de roseau sont davantage un élément identitaire que nécessaire et ont donné au fromage le surnom de colonel. Quant au pont-l’évêque, sa forme carrée vient des moules en bois du XVIIIe siècle. « L’art de l’association à la normande dans le pays d’Auge, indique Alain Jacquet, est d’être capable sur un même champ, le pré verger, d’avoir six appellations avec le calvados, le pommeau, le cidre et nos fameux trois fromages. Bientôt, on devrait pouvoir y ajouter le bœuf de Normandie. »

Fromages-du-Pays-d-Auge-001.JPG

 

Une exploitation remarquable à l’image de la filière

Avec un troupeau 100% de vaches normandes, le domaine de St Hippolyte près de Lisieux est la seule ferme en France qui transforme sur place son lait en livarot fermier au lait cru, autrement dit qui n’a pas subi de traitement thermique au-delà de 40°. L’exploitation, classée site remarquable du goût, produit 700 000 l de lait par an dont 550 000 sont transformés, ce qui fait une moyenne de 2000 l par jour. 80% du fourrage des vaches laitières est produit sur les 160 ha de l’exploitation, comme le stipule le cahier des charges de l’AOP. « Toutes les étapes de fabrication des fromages se déroulent manuellement, signale Bertille Leroux, responsable du domaine, que ce soit le brassage du caillé ou le moulage, et 500 livarots ou pont-l’évêque sont produits chaque jour dans la fromagerie du domaine. Il faut savoir que 5 l de lait sont nécessaires à la fabrication d’un fromage de 500 g. »

Sur l’ensemble de la filière, 3500 t de pont-l’évêque sont fabriqués chaque année, 1000 t de livarots avec une zone d’appellation plus restreinte géographiquement, et 5000 t de camemberts de Normandie. Le pâturage des vaches laitières au moins six mois dans l’année, autre obligation de l’AOP, empêche un développement microbien pathogène et favorise l’expression des bactéries positives qui vont transmettre le terroir. Autre avantage de cette herbe jeune, elle donne une consistance très souple à la pâte du fromage et une onctuosité en bouche qui n’a pas d’égal.

 Fromages-du-Pays-d-Auge-011.JPG

 

Des règles exigeantes pour une qualité irréprochable

Pour chaque appellation, la loi demande qu’il y ait un organisme de défense et de gestion (ODG) dans lequel est représenté l’ensemble de la filière. Ces syndicats interprofessionnels créés en 1995 décident des arbitrages du cahier des charges sur la production de lait et la fabrication des fromages, avec l’homologation du ministère de l’agriculture. « Les 720 éleveurs de ces filières fromagères en AOP, souligne Anne Wagner, directrice de l’association de gestion des ODG laitiers normands, font le choix de miser sur l’autonomie fourragère en valorisant le potentiel de leurs pâtures, et par conséquent de moins dépenser en aliments extérieurs à leur exploitation. Le niveau de production de lait est moindre mais le coût de l’alimentation et des frais vétérinaires le sont aussi, sans oublier que la richesse du lait des vaches en pâture est très prisée des fromageries, et que les éleveurs touchent une prime AOP. Tout cela leur permet de dégager une marge intéressante en ayant des systèmes très cohérents. » Ces AOP contribuent en plus à structurer l’économie locale. Il faut pour produire et transformer 100 000 l de lait, 2,7 emplois en AOP contre 1 emploi dans le secteur industriel.

Fromages-du-Pays-d-Auge-075.JPG

 

Valoriser l’exemplarité de l’AOP

Si les produits laitiers normands bénéficient d’une image très positive d’après une étude menée auprès des consommateurs, l’AOP n’est pas très connue et de ce fait n’est pas un critère de choix au moment de l’achat. Ce logo officiel est pourtant la garantie que le produit, de la traite des vaches jusqu’à l’emballage, est fabriqué sur le terroir de l’appellation. Pour remédier à cette lacune, notamment auprès des jeunes consommateurs, les ODG laitiers de Normandie ont lancé une campagne de communication à visée pédagogique, pour expliquer les valeurs de l’AOP : Respect de l’environnement, maintien de l’emploi sans délocalisation, traçabilité du produit, préservation de paysages traditionnels et bien évidemment le caractère inimitable de ces trois délicieux formages.

Publié dans Reportages en région

Partager cet article
Repost0