Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un humour et une tendresse irrésistibles

Publié le par Michel Monsay

Un humour et une tendresse irrésistibles

Après avoir longtemps été dessinateur de bandes-dessinées, Pascal Rabaté est passé au cinéma il y a 4 ans avec un premier long-métrage qui nous avait enchantés, « Les petits ruisseaux », en imposant un style d’une fraîcheur et d’une tonalité inhabituelles. Pour son 3ème film, le réalisateur de près de 53 ans nous offre une nouvelle chronique provinciale tout aussi enthousiasmante, où son humour tendre et néanmoins satirique croque à merveille des situations et des personnages typiques de la ruralité. Cette comédie douce-amère, qui pourrait bien être la comédie de l’été, est parsemée de séquences dignes de Jacques Tati où l’aspect visuel souligne le trait de manière désopilante. Mine de rien, le cinéaste pointe certains travers de nos comportements, comme la mauvaise perception de l’autre et les petites tensions quotidiennes qu’elle génère, ou la malhonnêteté de certains commerciaux. Sami Bouajila joue admirablement le vilain petit canard cynique et désinvolte qui peu à peu se transforme. Daniel Prévost, déjà présent dans « Les petits ruisseaux », et Zinedine Soualem sont comme à leur habitude excellents. Deux représentants d’une société de traitement contre les termites, revêtus d’une combinaison blanche comparable à celle de la police scientifique, sonnent chez un couple de retraités. Après les avoir embobinés, ils visitent la maison de fond en comble et comme par hasard trouvent des termites dans la charpente. Ils ne leur restent plus qu’à finir le travail en obtenant la signature d’une commande pour le traitement de la maison. Voilà comment le maître de stage apprend le métier à son stagiaire. Pour parfaire le tableau, le soir dans un bar il veut lui montrer comment draguer deux jeunes femmes assises à une table, mais le jeune homme décline prétextant qu’il a une petite amie. Après ce début plutôt amoral, le film nous embarque à Montauban qui se prépare à accueillir le triathlon de l’été, aviron, course et montée de mât, un jeu télévisé populaire où des villes s’affrontent. Ce film drôle et très bien vu, nous fait passer un délicieux moment d’où ressort un certain optimisme régénérant.

 

Du goudron et des plumes – Un film de Pascal Rabaté avec Sami Bouajila, Isabelle Carré, Daniel Prévost, Zinedine Soualem, …

Publié dans Films

Partager cet article
Repost0

Perspective en bleu blanc rouge

Publié le par Michel Monsay

Perspective en bleu blanc rouge

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

Ouvrière sur une chaîne de casseroles

Publié le par Michel Monsay

Ouvrière sur une chaîne de casseroles

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

Carafe à vin signée Joana Vasconcelos

Publié le par Michel Monsay

Carafe à vin signée Joana Vasconcelos

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

Démesure

Publié le par Michel Monsay

Démesure

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

Un regard tendre

Publié le par Michel Monsay

Un regard tendre

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

« Les résultats des élections européennes nous obligent tous à changer de comportement »

Publié le par Michel Monsay

« Les résultats des élections européennes nous obligent tous à changer de comportement »

Fraîchement réélue députée européenne et maire du 7ème arrondissement de Paris, Rachida Dati qui était également vice-présidente de l’UMP jusqu’à la démission de Jean-François Copé, évoque l’avenir de l’Europe et de son parti malgré la crise qu’il traverse. L’ancienne Ministre de la Justice, qui reste une opposante farouche au gouvernement, analyse les différentes réformes à venir.

 

Quelles sont les conséquences des élections européennes ?

Rachida Dati - Les résultats des élections européennes nous obligent tous, que ce soient les parlementaires et ceux qui incarneront les institutions, à changer de comportement. Cela veut dire avoir une ligne politique plus claire et en phase avec ce qu’exigent les citoyens européens, une plus grande proximité, et des comptes à rendre de manière très régulière. Le traité de Lisbonne permet aujourd’hui que le Président de la Commission soit de la couleur politique majoritaire sortie des urnes. Le parti populaire européen (PPE) ayant gagné ces élections, notre candidat Jean-Claude Juncker doit être le Président de la Commission. Dans les orientations qu’il donnera à l’Europe, je souhaite qu'il n’y ait pas d’élargissement pour le moment, il faudrait que certaines compétences restent européennes mais que d’autres reviennent aux États ou restent au moins de leur responsabilité, comme la famille par exemple, l’Europe ne pouvant pas se mêler de tout. Dans ce qui doit changer également, il y a la réforme de Schengen avec la maîtrise des flux migratoires, et il faut réaffirmer que nous voulons une Europe avec des frontières.

 

Que signifient à la fois le désintérêt des français vis-à-vis de l’Europe et le score du FN ?

R.D. - La responsabilisé incombe aux parlementaires européens et aux dirigeants des différentes institutions qui n’ont pas su incarner l’Europe. Nous avons invité plusieurs fois M. Barroso à venir assister à des réunions publiques ou à rencontrer des citoyens, et il a toujours refusé. Il ne faut pas s’étonner ensuite que les européens se désintéressent de l’Europe puisqu’on leur tourne le dos. Cependant, l’abstention aux élections se fait majoritairement chez les jeunes pour lesquels l’Europe est une évidence et qui ne ressentent pas la nécessité de voter. Quant au score du FN, c’est d'abord l’échec de la gauche au pouvoir, mais nous avons aussi notre part de responsabilité. Aujourd’hui l’UMP n’a plus de ligne, nous sommes en train de nous restructurer et l’offre alternative n’est pas très joyeuse. Les électeurs qui ont voté FN ne veulent pas de l’Europe telle qu’elle a été incarnée jusqu’à présent. En plus, on leur parle de l’Europe uniquement lorsque c’est une contrainte. On oublie de leur rappeler que l’Union européenne a contribué à la politique agricole commune, à l’Europe de la justice avec le mandat d’arrêt européen, les conventions pour les pensions alimentaires, l’exécution des condamnations, la lutte contre le terrorisme.

 

Êtes-vous confiante en l’avenir de l’UMP ?

R.D. - Il y a des gens de qualité à l’UMP, si je n’étais pas confiante que la droite reprenne le pouvoir en 2017, j’arrêterais la politique tout de suite. Les crises majeures que nous traversons aujourd’hui nous obligent à nous remettre en cause, et vont générer quelque chose qui nous permettra de gagner la présidentielle. Comment, avec qui, pour quoi, nous allons plancher dessus. Il nous faut retravailler nos valeurs et notre corpus idéologique. Faire des propositions pour revaloriser le travail, rétablir l’autorité, réduire les inégalités dans l’école. Cela dit, l’état de la gauche n’est pas vraiment mieux. C’est même plus grave puisqu’elle est au pouvoir, nous au moins, être dans l’opposition nous permet de nous relever. Si nous ne sommes pas capables à droite comme à gauche de nous remettre en question, attendez-vous au Front National en deuxième position derrière l’abstention. Je ne veux pas d’un pays où seulement 10% de la population vote, ni d’être dirigée par des gens élus par 10% de la population.

 

Quel est votre sentiment sur la grève SNCF et celle des intermittents ?

R.D. - Avec la directive qui ouvre la SNCF à la concurrence, il faut moderniser cette entreprise publique, la rendre plus performante, plus compétitive, tout en préservant l’emploi et la qualité de service, c’est tout l’objet de la réforme ferroviaire. Sans mettre en cause le droit de grève, je peux dire que celle-ci n’est pas pertinente car nous avons besoin de cette réforme pour préserver cet outil industriel français, afin qu’il puisse résister à la concurrence.

Concernant les intermittents, la souplesse de ce régime permet de développer des projets et de la créativité sous diverses formes, mais il y a des abus à réprimer. Certaines entreprises profitent de ce statut très avantageux pour ne pas proposer de contrats à durée déterminée ou indéterminée. Il ne faut plus accepter cela afin de préserver ce régime. C’est comme pour notre système de retraites, qui est un des rares au monde à être fondé sur la solidarité et non sur la capitalisation, avec la démographie florissante il faut le réformer pour le sauver. Ces deux systèmes très protecteurs doivent évoluer pour ne pas exploser.

 

Comment réagissez-vous à ce débat sur la fin de vie ?

R.D. - Je suis très mal à l’aise quand je vois ce débat de l’intime, de la fin de vie, de la dignité, cette bagarre familiale autour d’un homme qui est en train de mourir. Légiférer dans tous les domaines y compris dans celui de l'intime et en particulier sur la fin de vie peut conduire à des tragédies humaines. La loi Leonetti est équilibrée, peut-être pouvons nous l'améliorer ou l'adapter mais n'allons pas plus loin. La médecine n’est pas là pour donner la mort. Je suis très opposée à l’euthanasie depuis toujours par conviction. J’ai travaillé pendant 5 ans en milieu hospitalier et aussi été engagée dans des associations qui proposaient des soins palliatifs. Il faut développer les soins palliatifs et soutenir les associations qui accompagnent les personnes en fin de vie, dans le respect de l’intimité et la dignité des uns et des autres. Les personnes âgées dépendantes sont souvent très isolées, je ne veux pas que l’euthanasie soit le moyen de se débarrasser de quelqu’un. Je ne suis pas favorable comme dans certains pays à avoir des critères qui permettraient de donner ou faciliter la mort.

 

La réforme territoriale annoncée va-t-elle mettre fin au gaspillage du millefeuille administratif des collectivités ?

R.D. - Cette réforme n’est pas simple. J’ai fait pour ma part la réforme de la carte judiciaire, qui n’était pas facile ! De nombreux gardes des Sceaux avaient échoué avant moi. L'objectif de cette réforme doit être la simplification territoriale et la réduction des dépenses publiques en maintenant un service public de qualité. La première chose à faire est la suppression de la clause dite de compétence générale qui permet aux collectivités de financer les mêmes choses chacune dans son coin sans le savoir et sans évaluation. C'est une source de gaspillage et de déresponsabilisation totale. Après avoir supprimé cette clause, il faut instaurer le principe de spécialisation des collectivités: attribuer des compétences propres et distinctes pour chaque type de compétence, et évidemment diminuer le nombre d'élus en conséquence !

 

Approuvez-vous le projet de loi sur la transition énergétique ?

R.D. - Il faut reconnaître que Ségolène Royal est courageuse sur des sujets extrêmement sensibles que ce soit sur l'écotaxe ou le texte sur la transition énergétique. Elle assume cette loi, la porte et l’incarne, pour un ministre c’est déjà essentiel. La transition énergétique est une nécessité, elle va dans le sens de l'évolution actuelle du monde en termes de protection de l'environnement, de réduction de la consommation d'énergie, et de diversification de la production énergétique. Le texte, à ce stade, est assez équilibré.

Partager cet article
Repost0

Bel intérieur d'un restaurant barcelonnais

Publié le par Michel Monsay

Bel intérieur d'un restaurant barcelonnais

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

L’émouvante renaissance d’une femme

Publié le par Michel Monsay

L’émouvante renaissance d’une femme

La réalisatrice Solveig Anspach et la comédienne Karin Viard se retrouvent 15 ans après l’excellent « Haut les cœurs », pour nous offrir un nouveau petit bijou dans lequel leur collaboration permet une seconde fois à l’une et à l’autre de donner le meilleur d’elles-mêmes. Jamais l’actrice n’a été aussi touchante, aussi naturelle, aussi dépouillée de tout artifice, de tout jeu un peu maniéré qu’elle utilise parfois. Outre la performance enthousiasmante de Karin Viard, les autres comédiens qui l’entourent ne sont pas en reste et apportent humanité, tendresse et fantaisie à cette formidable histoire de reconstruction. La cinéaste française d’origine américano-islandaise de 53 ans qui alterne documentaires et fictions depuis le début de sa carrière, donne à ce film une couleur réaliste émouvante qui n’est pas pour autant dénuée d’humour. Elle met en scène des petites gens sans misérabilisme, qui d’une manière ou d’une autre subissent leur vie, et à la suite d’une rencontre ou d’une lente prise de conscience vont tenter d’y remédier. Une femme anxieuse et manquant d’assurance passe un entretien d’embauche, pour un poste de secrétaire à St Gilles-Croix de Vie, qui tourne rapidement au fiasco. Après avoir eu son mari au téléphone, qui une fois de plus la dévalorise, elle décide au dernier moment de ne pas monter dans le train qui doit la ramener à Angers vers son mari et ses 3 enfants. Elle prend une chambre dans un petit hôtel avec l’idée de rentrer le lendemain matin, mais elle semble apprécier cette soudaine liberté où le moindre détail a son importance. Peu à peu, nous assistons à l’éveil d’une femme jusqu’alors effacée, soumise, dévalorisée, et malgré le manque d’argent, ce qu’elle va vivre va totalement changer sa vie. On se laisse emporter par ce film qui fait du bien, par cette histoire de gens simples, par la subtilité du ton. Le courage de cette Lulu est un exemple à méditer pour tous ceux qui passent à côté de leur vie.

                                                                                                                      

Lulu femme nue – Un film de Solveig Anspach avec Karin Viard, Bouli Lanners, Claude Gensac, … - France tv distribution – 1 DVD : 19,99 €. 

Publié dans DVD

Partager cet article
Repost0

Portrait à la touche bleue

Publié le par Michel Monsay

Portrait à la touche bleue

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0