Les dérives de cet insupportable puritanisme américain

Publié le par michelmonsay

lointain.jpg

Un nouveau roman de l’un des plus grands écrivains américains est forcément un événement très attendu, d’autant que cette nouvelle plongée au cœur d’une Amérique qui fait froid dans le dos, est tout simplement magistrale. A 72 ans, Russell Banks met de nouveau en lumière les laissés-pour-compte d’une société moralisatrice qui n’a plus de repères humains, et ne cherche qu’à surveiller et punir. Cette peur de l’autre, qui est l’une des principales caractéristiques de ce début de XXIe siècle, un jeune homme inoffensif de 22 ans, certes délinquant sexuel condamné, mais pour une naïve erreur de jeunesse, la subit quotidiennement en étant obligé de vivre comme un pestiféré sous un viaduc à Miami avec d’autres parias, violeurs ou pédophiles. En s’attachant à ce personnage à priori peu recommandable, mais qui n’est en fait qu’une victime de l’abîme affectif dont il a toujours souffert et des dérives d’Internet, l’auteur avec une remarquable plume très réaliste nous fait partager au travers des rencontres et épreuves de ce gamin perdu, l’enfer de l’exclusion.

 

 Lointain souvenir de la peau – Un roman de Russell Banks – Actes Sud – 444 pages - 23,80 €.

 

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article