Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Deux chefs-d'oeuvre absolus de la chanson rock française à réécouter indéfiniment

Publié le par Michel Monsay

Deux chefs-d'oeuvre absolus de la chanson rock française à réécouter indéfiniment
Deux chefs-d'oeuvre absolus de la chanson rock française à réécouter indéfiniment

L'un paru en 1981, "Poèmes rock" de Charlélie Couture, l'autre en 1998, "Fantaisie militaire" d'Alain Bashung, ont été tous les deux des chocs musicaux énormes au moment de leur sortie, dans lesquels, chose assez rare, il n'y avait pas l'ombre d'un accord à jeter. En les réécoutant aujourd'hui, on se rend compte qu'ils n'ont rien perdu de leur beauté et de leur puissance, et resteront à jamais au panthéon de la chanson française et du rock hexagonal. La qualité des textes, des musiques, des arrangements, les voix des deux chanteurs au sommet de leur art, tout est réuni pour enchanter nos oreilles. Dans "Fantaisie militaire", album sombre et absolument magnifique, d'une richesse de compositions remarquable, entre rock,  trip-hop, et ballades bouleversantes, Alain Bashung, très bien entouré, comme à son habitude, dans la conception et la réalisation de l'album, a été récompensé par trois Victoires de la musique et en a obtenu une supplémentaire en 2005 couronnant le meilleur album des 20 dernières années. Dans "Poèmes rock", Charlélie Couture entre fragilité et énergie rock a trouvé un équilibre parfait pour nous conter de sa voix inimitable et si touchante, entre nonchalance et douceur, son univers urbain mélancolique à travers des textes très imagés et évocateurs. Ces deux albums sont à réécouter sans modération, en voici deux petits extraits :

Publié dans Disques

Partager cet article
Repost0

Attente

Publié le par Michel Monsay

Attente

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

Jeune altiste

Publié le par Michel Monsay

Jeune altiste

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

Envoûtante folk-pop orientale

Publié le par Michel Monsay

Envoûtante folk-pop orientale

Cette jeune auteure-compositrice interprète franco-marocaine nous offre un délicieux morceau qui mêle subtilement sonorités orientales et chanson française. Accompagnée d'un guitariste qui fait jaillir de son instrument une musique de western arabisante, et d'une excellente joueuse de darbouka, Sarah Maison fascine autant avec les notes de son orgue mystique que par sa magnifique voix qui oscille entre les graves et les aigus avec une grâce sensuelle. On ressort totalement hypnotisé par ce morceau cosmique "Les astres et les éléments" enregistré à l'Institut du monde arabe.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Une BD puissante en forme d'hommage à un photoreporter atypique

Publié le par Michel Monsay

Une BD puissante en forme d'hommage à un photoreporter atypique

Le scénariste de bande-dessinée Jean-David Morvan a une passion pour les photographes, et après avoir consacré des albums à Cartier-Bresson, Capa, Steve McCurry, et Abbas, c'est au tour de Stanley Greene, moins connu du grand public mais qui a marqué son époque, entre 1989 et 2017, par ses images brutes et chargées d'émotion prises au cœur de conflits et autres lieux de désolation. Miné par une hépatite C et mort dans le dénuement à 68 ans, Stanley Greene a pourtant ­reçu le prestigieux prix Eugene Smith et été récompensé cinq fois par le World Press Photo. Avant de devenir photoreporter, il a été peintre, acteur, Black Panther, oiseau de nuit, héroïnomane, photographe de mode, et ce personnage fascinant aurait pu inspirer une œuvre romanesque à JD Morvan, mais l'auteur de cette BD a eu l'excellente idée de se mettre dans la tête de Stanley Greene et de le faire parler post-mortem à la première personne en se servant d'entretiens que le photographe a donnés. Ce procédé, non seulement donne du rythme à ce livre mais en plus nous fait découvrir au plus près la personnalité de cet homme intègre, écorché, esthète, romantique, qui s'était donné pour mission de témoigner des atrocités que des populations endurent dans le monde. De nombreuses photos de Stanley Greene répondent à la narration et aux très beaux dessins de Tristan Fillaire, qui à 25 ans signe un premier album enthousiasmant et très prometteur dans un style quasi réaliste avec un trait limpide qui accompagne parfaitement le propos.

Publié dans Livres

Partager cet article
Repost0

Un documentaire fascinant né d'une rencontre improbable

Publié le par Michel Monsay

Un documentaire fascinant né d'une rencontre improbable

"La peintre et le voleur" est un documentaire norvégien récompensé au festival de Sundance 2020, le plus grand festival de cinéma indépendant créé par Robert Redford en 1985, et sélectionné pour les Oscars 2021. Très original dans la forme comme dans le fond, la rencontre entre une artiste peintre et le voleur de deux de ses tableaux dans une galerie d'Oslo, qui va se transformer en une profonde amitié. Ce film est construit intelligemment dans une narration en miroir des deux protagonistes afin d'avoir leurs deux points de vue. Le tournage qui s'est étalé sur trois années a donné lieu à de nombreux rebondissements que le réalisateur n'avait pas prévu, et qui apportent au film des moments poignants de cinéma vérité. En filmant ces deux cabossés de la vie, qui chacun à sa mesure s'en sort comme il peut avec un passé douloureux, le documentariste Benjamin Ree, qui a réussi à obtenir des scènes intimes d'une incroyable émotion, aborde finement de nombreux thèmes comme le pardon, la difficile reconstruction d'un être en perdition, les affres du métier d'artiste, le pouvoir de l'amitié mais aussi de l'art. Documentaire troublant qui vous embarque de la première à la dernière minute dans une intensité qui ne se dément pas, "La peintre et le voleur" est à la fois un condensé d'humanité et une histoire où la réalité a une nouvelle fois plus d'imagination que la fiction.

Le film est à voir ici ou sur l'application Arte de votre télé.

Un documentaire fascinant né d'une rencontre improbable

Publié dans replay

Partager cet article
Repost0

Merveilleuse et si lucide Delphine Seyrig

Publié le par Michel Monsay

Merveilleuse et si lucide Delphine Seyrig

Il y a 50 ans, la grande Delphine Seyrig poussait un coup de gueule légitime et flamboyant sur le statut des femmes, pour dénoncer les injustices perpétrées par la domination masculine et le sexisme qui régnait dans cette société patriarcale. Icône du cinéma et du féminisme, cette femme libre et intrépide a assumé pleinement son engagement pour changer la donne afin que les femmes aient plus de liberté, ce qui n'a pas manqué de nuire à sa carrière, des producteurs comme Toscan du Plantier ou acteurs comme Yves Montand ont fait ce qu'il fallait pour l'écarter de certains projets. Ouvrir sa bouche lorsqu'on était une femme ne plaisait pas, d'ailleurs est-ce que cela a vraiment changé aujourd'hui ...? Mais être une star ne l'intéressait pas, d'ailleurs sa filmographie est exigeante voire intellectuelle (Resnais, Truffaut, Demy, Bunuel, Duras, ...) et non pas commerciale, elle a même refusé de faire des essais parce qu'ils étaient en maillot de bain alors qu'elle était pressentie pour jouer dans "La piscine". Retrouvons Delphine Seyrig, symbole de beauté et d'intelligence, qui livre de sa voix sensuelle et fascinante un discours puissant et criant de vérité, qui encore une fois demeure en partie actuel.

A voir ici

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Cette gamine est incroyable !

Publié le par Michel Monsay

Cette gamine est incroyable !

En septembre dernier, je vous présentais Nandi Bushell, cette jeune anglaise de 10 ans qui joue de la batterie avec une dextérité et une précision absolument remarquables pour son âge. La jeune fille ne s'est pas arrêtée en si bon chemin et elle poste régulièrement sur sa chaîne Youtube de nouvelles performances. Nul doute que sa voie est toute tracée, tellement cette jeune batteuse a la musique dans la peau, le rock en particulier, et semble tellement heureuse de jouer. Elle reprend ici le morceau emblématique des Who. Regardez ces trois minutes, notamment la deuxième partie du morceau, bel exploit mademoiselle ! Si vous en redemandez, j'ai mis une deuxième vidéo en-dessous qui n'est pas mal non plus.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Je l'adore !

Publié le par Michel Monsay

Je l'adore !

Chaque jour de nouveaux dessins et chaque jour je suis un peu plus sous le charme du talent de Coco, son humour vachard, la précision de son trait de crayon, ses éléments textuels, la pertinence et l'impertinence de l'ensemble, font de la dessinatrice de Libération et Charlie Hebdo l'une des toutes meilleures croqueuses de l'actualité. On en redemande !

Je l'adore !
Je l'adore !
Je l'adore !

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Pour le plaisir

Publié le par Michel Monsay

Pour le plaisir

En attendant de voir sur scène Feu! Chatterton pour qu'ils puissent interpréter les chansons de leur sublime dernier album, les voici sur le plateau de l'émission C à vous pour "Un monde nouveau". Cela donne un tout petit aperçu de ce que le génial Arthur Teboul et ses complices peuvent donner en concert, mais c'est toujours mieux que rien en ces temps sinistres.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 > >>