Hommage à un insatiable chercheur et penseur

Publié le par Michel Monsay

Hommage à un insatiable chercheur et penseur

Photo que j'ai prise en 2013 dans le bureau d'Axel Kahn, qui vient de mourir à l'âge de 76 ans de ce fichu cancer qu'il a combattu une grande partie de sa carrière. Le très médiatique généticien aura su aborder la fin de sa vie comme le font si rarement les personnages publics, avec une franchise peu commune. Ouvertement et sans plainte. Sans honte devant le corps qui s’affaiblit, sans autocomplaisance non plus. Sans détour devant l’impuissance du savant face à un mal qui finit par gagner la partie. Tout ce que d’ordinaire nous refusons de voir. Tout ce qui nous ramène à notre propre vulnérabilité. Dans une société qui s’évertue à cacher la maladie et la mort, et qui depuis un an et demi est contrainte d’y faire face, la sérénité dont fit preuve Axel Kahn à chacune de ses dernières interventions, en fait un personnage hors du temps, interpellant notre époque, nos craintes et nos pudeurs. Avec autant de douceur que de force, sa tranquillité a bousculé l’angoisse collective qui, depuis le Covid, s’est largement répandue dans la société, avec le soutien actif des médias cédant à une constante dramatisation. Ce que lui, précisément, ne fit pas. Quelle leçon Monsieur Kahn !

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article