Comme à ses plus beaux jours

Publié le par Michel Monsay

Comme à ses plus beaux jours

Avec ce nouvel album, "A l'aube revenant", Francis Cabrel nous prouve qu'il n'a rien perdu de son talent d'auteur avec des textes à la fois d'une émouvante simplicité et d'une élégante poésie, pour nous conter de belles histoires qui le définissent tout autant qu'elles portent un regard lucide sur le monde qui nous entoure et la vie qui passe. Il n'a rien perdu non plus de son talent de compositeur qui mixe subtilement un folk mâtiné de blues ou de rock, que l'on reconnaît instantanément à l'image de sa belle voix au phrasé net et à l'accent de son cher Lot-et-Garonne. A près de 67 ans, il sort un quatorzième album en prenant toujours le temps de vivre loin de la frénésie des grandes villes et la superficialité du show-business, et ce rythme lent lui va comme un gant et lui permet à la manière d'un romancier de trouver les mots justes pour nous toucher. Ceux qui le pensaient fini, dépassé, en sont pour leur frais, il ne suffit pas de se montrer partout ou de faire le buzz pour exister, un vrai artiste n'a pas besoin de ça. Quant à ceux qui lui reprochent ses 25 millions de disques vendus et d'être un chanteur populaire, la réponse se trouve une fois de plus dans ses chansons composées avec sincérité à la manière d'un artisan troubadour. En regardant le joli clip ci-dessous, on retrouve toutes les qualités évoquées dans le bel hommage qu'il rend à son père.

Publié dans Disques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article