On lui doit tant !

Publié le par Michel Monsay

On lui doit tant !

Cet homme délicieux, que j'ai eu le bonheur de côtoyer et photographier durant plusieurs années à l'Académie française, et qui avait toujours un mot ou un sourire à proposer, a tiré sa révérence à l'âge de 81 ans, autrement dit un jeune homme pour les Immortels. Scénariste, dialoguiste, parolier, auteur de sketches, Jean-Loup Dabadie a marqué de son empreinte le cinéma, la chanson et la scène française. De Michel Polnareff pour lequel il a écrit de magnifiques chansons comme "Dans la maison vide" ou "Tous les bateaux, tous les oiseaux" à Serge Reggiani avec "Le petit garçon", "L'italien" ou "Hôtel des voyageurs", et tant d'autres, on a tous fredonné un de ses très beaux textes sans forcément savoir qu'il en était l'auteur. Parti quelques jours après Michel Piccoli, qui a joué dans trois de ses plus beaux scénarios, "Les choses de la vie", "Max et les ferrailleurs" et "Vincent, François, Paul et les autres", cet homme discret, rieur, élégant a été Le scénariste des années 70, décennie durant laquelle outre les inoubliables films de Claude Sautet, on lui doit également dans un autre registre ceux d'Yves Robert, comme "Un éléphant ça trompe énormément", ou "Le sauvage" de Jean-Paul Rappeneau. Par ailleurs, avec son humour qui pouvait être féroce il a écrit des sketches pour Guy Bedos, mais aussi Sylvie Joly, Muriel Robin ou Jacques Villeret. Touche à tout surdoué, Jean-Loup Dabadie était à la fois un très fin observateur des comportements humains, et un amoureux de la langue française qu'il maniait avec une précision d'orfèvre, en trouvant les mots qui collaient parfaitement à l'interprète, acteur ou chanteur, pour lequel ils les avaient écrits, que ce soit dans le drame ou la comédie. Chapeau l'artiste !

Voici quelques photos que j'ai prises de Jean-Loup Dabadie, avec pour finir le 22 octobre 2018 un repas à l'occasion des 100 ans du doyen de l’Académie, René de Obaldia.

On lui doit tant !
On lui doit tant !
On lui doit tant !
On lui doit tant !

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article