Les conséquences irréparables d’une guerre

Publié le par Michel Monsay

Les conséquences irréparables d’une guerre

Si le western est un genre que le cinéma a délaissé, il peut y avoir encore quelques belles surprises comme ici dans ce très beau film où les femmes, les noirs et les indiens sont bien mieux traités que dans bon nombre de classiques du genre. Pour son quatrième long-métrage, ce réalisateur américain de 47 ans nous plonge dès les premières images dans la brutalité de ce que furent les guerres indiennes, en nous laissant craindre le pire sur ses intentions, mais rapidement il sort des clichés et du manichéisme inhérents au western pour mettre en avant la souffrance des protagonistes de son histoire qu’ils soient indiens, soldats américains ou colons. La violence et la cruauté ne sont pas ici l’apanage d’un camp mais sont perpétrées des deux côtés sans états d’âme. Les positions ne sont pas figées, de même que les pires antagonismes, les préjugés tombent peu à peu, et les personnages fort bien écrits laissent apparaître des failles dans leurs certitudes. Les comédiens plus en retenue que dans les westerns traditionnels mais pas moins intenses sont tous irréprochables dans leur interprétation. En 1892 dans une ferme isolée du Nouveau-Mexique, le mari et les trois enfants d’une famille de colons américains sont tués par des guerriers comanches renégats, seule la femme échappe au massacre. Dans la séquence d’après, non loin d’un petit fort militaire situé dans le même état, des soldats malmènent et rabaissent leurs prisonniers indiens. Un capitaine de cavalerie se voit contraint d’escorter un vieux chef indien et sa famille dans une réserve du Montana, alors que celui-ci est responsable de très nombreux morts dont plusieurs amis du capitaine. Dans ce contexte très tendu au milieu de magnifiques paysages, ce film, qui a forcément des échos dans le monde d’aujourd’hui, apporte une vision plus humaniste de cette épopée sanglante que le cinéma a trop souvent montré triomphante, et dépeint avec justesse comment la guerre détruit les hommes, même les vainqueurs. 

 

Hostiles - Un film de Scott Cooper avec Christian Bale, Rosamund Pike, Wes Studi, Ben Foster, …

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article