Éblouissante conjonction de talents

Publié le par Michel Monsay

Éblouissante conjonction de talents

Pour son huitième film, l’excellent cinéaste américain Paul Thomas Anderson en situe l’action pour la première fois en dehors des Etats-Unis, plus précisément dans le Londres des années 1950, et retrouve le génial Daniel Day-Lewis qu’il avait dirigé dans There will be blood. Le réalisateur aime les personnages complexes, difficiles, et celui qu’il nous propose ici ne déroge pas à cette règle. Il s’agit d’un grand couturier anglais s’investissant corps et âme dans ses créations, librement inspiré de Balenciaga.  Le personnage qu’il crée est extrêmement maniaque, perfectionniste au plus haut point, égoïste et n’obéissant qu’à ses propres règles. Evidemment, Daniel Day-Lewis est une nouvelle fois prodigieux dans son interprétation, d’une précision rare dans sa capacité à être un personnage jusque dans ses moindres gestes, le tout avec un charisme et une élégance d’un naturel confondant. Les comédiennes qui lui font face sont parfaites dans leur composition, notamment Vicky Krieps, dans un mélange de pureté, d’innocence, de prestance et d’ambigüité. La lumière, les cadrages, la mise en scène une nouvelle fois somptueuse de Paul Thomas Anderson, le scénario multipliant les pistes de lecture, qui peut faire penser à Rebecca d’Hitchcock, la musique saisissante de Jonny Greenwood, guitariste et multi-instrumentiste de Radiohead, contribuent à faire de ce film un grand moment de cinéma. Une femme confie dans la lumière chaude d’un feu de cheminée que Reynolds Woodcock lui a permis de réaliser ses rêves et qu’en échange elle lui a donné chaque parcelle de son être. Cet homme est un grand couturier londonien, que l’on découvre en train de s’apprêter un matin. Il rejoint ensuite l’atelier de haute-couture situé à l’étage en-dessous de l’hôtel particulier dans lequel il vit. Dès les premières images nous sommes envoûtés par cette histoire, mêlant intelligemment de manière subversive romantisme et thriller psychologique, portée par des artistes en état de grâce.

 

Phantom thread - Un film de Paul Thomas Anderson avec Daniel Day-Lewis, Vicky Krieps, Lesley Manville, …

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article