Avec virtuosité elle nous prend dans sa toile

Publié le par Michel Monsay

Avec virtuosité elle nous prend dans sa toile

On ne présente plus Fred Vargas, dont les romans policiers rencontrent un très large public et sont le plus souvent encensés par la critique, qui une nouvelle fois nous éblouit par son talent. A 60 ans, cette femme discrète, archéologue, zoologue et médiéviste de formation, avec son univers si différent des autres auteurs de polars, sans violence ni rythme effréné, sans faits divers réel non plus, nous offre une œuvre grandiose où la réflexion, l’humour, la tendresse, la poésie, le jeu avec les mots enchantent les pages. Avec un sens étonnant du détail, une rigueur scientifique, elle tisse progressivement sa toile d’où le flegmatique commissaire Adamsberg, héros récurrent et très attachant de neuf de ses romans, va tenter de se sortir. Au-delà de l’intrigue construite avec finesse et malice, d’une sensibilité environnementale et animale en filigrane, la romancière aborde pour la première fois les violences faites aux femmes dans toute leur cruauté, leur ignominie et leur lâcheté. Depuis une quinzaine de jours, le commissaire Adamsberg est en vacances en Islande et a quasiment oublié la brigade criminelle qu’il dirige dans le 13e arrondissement de Paris. Un message écrit le ramène contre son gré vers la réalité et l’oblige à rentrer en France. Il retrouve son équipe pour enquêter sur la mort d’une femme de 37 ans écrasée par deux fois sous les roues d’un 4x4. Très dialogué, ce formidable polar, où les personnages secondaires ont tous une réelle épaisseur et où les rapports humains qu’ils soient bienveillants ou brutaux sont toujours bien sentis, est à la fois érudit et réjouissant tout en confirmant la belle singularité de cette romancière si précieuse.

                                                                                                   

Quand sort la recluse - Un roman de Fred Vargas - Flammarion - 478 pages - 21 €.

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article