Un seul être vous manque

Publié le par Michel Monsay

Un seul être vous manque

A 77 ans, Marco Bellocchio est l’un des derniers grands maîtres du cinéma italien, qui tout au long de son œuvre a su mêler avec talent et force, l’intime, le politique et le social. Son dernier film empli de nostalgie et de mélancolie s’articule dans la sphère de l’intime, mais le social et le politique ne sont jamais très loin de ce bouleversant drame familial. De nombreux allers-retours dans le temps à plusieurs époques entre 1969 et 1999 n’empêchent pas la mise en scène d’être toute en fluidité, et de mettre très finement différents moments de la vie du personnage central en résonnance avec la mort, la solitude, la souffrance, le mensonge qui l’ont accompagné durant ces 30 années. Le cinéaste capte les non-dits, les blessures enfouies, l’imaginaire enfantin avec des plans d’une étonnante puissance émotionnelle, relayé par des comédiens dont le jeu sobre et intense est au diapason, notamment un jeune garçon au regard déchirant. Les intérieurs souvent dans un très beau clair-obscur apportent un aspect mystérieux à cette histoire douloureuse qui ne sombre jamais dans le mélodrame. Nous sommes à Turin en 1969, un garçon de 9 ans faisant ses devoirs est attiré par sa mère pour venir danser le twist avec elle sur une musique qui passe à la radio. On sent une grande complicité entre eux et beaucoup de joie. Puis, ils regardent terrifiés et serrés l’un contre l’autre Belphégor à la télé. On les retrouve ensuite dans un bus où la mère apparaît beaucoup plus sombre et perdue dans ses pensées. C’est maintenant la nuit, elle vient étreindre son fils qui dort, en lui disant « Fais de beaux rêves ». Un cri perçant du père réveille le garçon un peu plus tard, il se lève et voit une effervescence dans l’appartement. On commence par lui mentir et lorsqu’on lui dira que sa mère est morte, il refusera d’y croire. Ce film poignant explore très intelligemment les dégâts provoqués par un traumatisme durant l’enfance, et l’impossible guérison que l’enfant grandissant et ensuite l’adulte recherchent en vain.

 

Fais de beaux rêves - Un film de Marco Bellocchio avec Valerio Mastandrea, Bérénice Bejo, Nicolo Cabras, … - Ad Vitam - 1 DVD : 19,99 €.

Publié dans DVD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article