Sublimement noir avec une touche de lumière

Publié le par Michel Monsay

Sublimement noir avec une touche de lumière

Confier l’écriture du scénario à l’excellent romancier Dennis Lehane, auteur entre autres de Mystic river et Shutter island, et la réalisation au belge Michael R. Roskam à qui l’on doit Bullhead, premier film très sombre et remarqué jusqu’à Hollywood, sur le papier l’idée était enthousiasmante, sur l’écran le résultat l’est bien plus encore. Il arrive souvent que le premier film américain d’un cinéaste étranger, dont le talent a été repéré par les studios hollywoodiens, ne soit pas à la hauteur des espérances escomptées, et que le cinéaste se perde ou soit contraint de faire un film qui plaise au plus grand nombre. « Quand vient la nuit » en est le parfait contre-exemple, tant le réalisateur s’empare pleinement de l’écriture de Dennis Lehane pour en faire une œuvre somptueusement noire. Evitant les poncifs du genre, ce polar original, peuplé de personnages solitaires en souffrance qui tentent de reconstruire leur vie, nous entraîne au fil d’une intrigue admirablement construite baignant dans une atmosphère plutôt désenchantée non dénuée d’espoir. L’ensemble est visuellement très réussi, autant dans la manière de filmer cette histoire que dans la restitution des ambiances de nuit à Brooklyn. Les interprètes ne sont pas en reste et apportent chacun à leur manière des nuances dans leur jeu qui mettent en avant la complexité des personnages, notamment Tom Hardy tout en intériorité et le regretté James Gandolfini. Bob, un homme solitaire qui tient un bar avec son cousin dans Brooklyn, nous explique le système de blanchiment d’argent collecté et déposé chaque nuit dans un bar différent. Le lendemain, ils sont victimes d’un braquage. Heureusement pour eux ce n’est pas un soir de dépôt. Bob découvre par ailleurs un jeune chien blessé enfermé dans une poubelle et fait à cette occasion la connaissance d’une femme, qui vont tous deux bouleverser sa solitude. Ce superbe film qui navigue avec finesse entre le bien et le mal est bâti autour d’un antihéros magnifique, bien plus touchant et passionnant que les traditionnels héros du genre. D’autant que les personnages qui l’entourent ont la même épaisseur.

 

Quand vient la nuit – Un film de Michael R. Roskam avec Tom Hardy, Noomi Rapace, James Gandolfini, Matthias Schoenaerts, … 

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article