L’art de se réinventer

Publié le par Michel Monsay

L’art de se réinventer

Chanteur et leader d’un des plus grands groupes de l’Histoire du rock, Led Zeppelin, Robert Plant, à l’inverse de ses collègues encore en activité, a su totalement se réinventer depuis la séparation du groupe en 1980 suite à la mort du batteur. A 66 ans, il sort un dixième album solo qui est certainement le plus beau, où se mêlent avec une grâce infinie toutes les musiques que l’artiste a explorées au fil des années. Rock psychédélique, rythmes et sonorités d’Afrique du Nord et de l’Ouest, blues, folk celtique, country américaine avec une ambiance électronique qui par moments enveloppe sublimement le tout. Pour bâtir cette merveille de métissage, il s’est entouré de six excellents musiciens, dont un gambien, qui s’évertuent à donner le meilleur de leurs instruments qu’ils soient électriques ou traditionnels. Considéré à juste titre comme l’une des plus belles voix de la musique moderne, Robert Plant ne monte plus dans les aigus comme avant mais sa voix est peut-être plus belle encore. Elle n’a rien perdu de sa sensualité, de son animalité, elle a gagné en douceur, en subtiles nuances et nous procure toujours autant de frissons. A travers 11 morceaux où il n’y a pas une miette à jeter, cet artiste exemplaire, que sa curiosité et son exigence ont détourné d’une nostalgie qui aurait pu être légitime, nous convie à un voyage qui nous faire perdre le Nord. Rien ici n’est prévisible, nous passons d’une émotion à l’autre avec la même gourmandise de découvrir comment cet alchimiste a réussi à gommer les frontières, pour que toutes ces musiques s’harmonisent à la perfection. Cet anglais voyageur n’a décidément pas fini de nous surprendre et de nous passionner. Assurément l’un des tous meilleurs albums de l’année.

 

Robert Plant – Lullaby and …The ceaseless roar – Warner Music – 1 CD : 15,99 €.

Publié dans Disques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article