Portrait sans gloire d’une Amérique en construction

Publié le par Michel Monsay

Portrait sans gloire d’une Amérique en construction

On connaissait l’acteur, Tommy Lee Jones, pour ses performances marquantes autant dans un registre dramatique que plus farfelu. Puis en 2005 il en a étonné plus d’un par la qualité de « Trois enterrements », son premier film en tant que réalisateur. A 68 ans, il nous offre un deuxième long-métrage tout aussi enthousiasmant, qui à l’image du précédent est à la frontière du western, même si l’époque de l’intrigue n’est pas la même, et mêle habilement une redoutable âpreté à quelques scènes burlesques, pour laisser apparaître peu à peu un humanisme très émouvant. Les paysages arides qui s’étirent à l’infini, admirablement filmés de même que les visages en gros-plan, la mise en scène sobre et précise, Hilary Swank bouleversante qui trouve ici son plus beau rôle depuis « Million dollar baby », et Tommy Lee Jones aussi convaincant devant que derrière la caméra, font de cet admirable film un témoignage unique sur les ravages de la conquête de l’Ouest auprès des femmes. Etonnant de la part d’un homme d’apparence bourrue de s’être lancé dans un vibrant hommage aux femmes de cette époque, dont la rudesse de l’existence et les maltraitances conjugales conduisaient certaines à sombrer dans la folie. En 1855 dans le Nebraska, une fermière, après avoir labouré sa terre apparemment ingrate avec une charrue tirée par ses deux mules, rentre dans sa maison pour se préparer avec une attention particulière à recevoir à diner son voisin également fermier. A la fin du repas alors qu’ils ont l’air de bien s’entendre, elle lui propose de s’installer ensemble pour faire fructifier leurs terres et se marier, mais l’homme refuse prétextant qu’il la trouve autoritaire et rude. Puis par une série de petits flashbacks, nous découvrons le calvaire de trois autres femmes, mariées celles-là, dont les épreuves ont eu raison de leur santé mentale. Tout en cassant le mythe de cette Amérique conquérante du XIXe siècle, le cinéaste comédien brosse une galerie de personnages frustrés, malmenés par la vie ou marginaux dans un film sans concessions d’où émerge une sensibilité qui nous touche profondément.

 

                                                                                                                      

The homesman – Un film de et avec Tommy Lee Jones, avec Hilary Swank, John Lithgow, Meryl Streep, … - Europacorp – 1 DVD : 15,99 €.

Publié dans DVD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article