Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 07:01
« La croissance ne suffit pas, elle doit s’accompagner de progrès social »

A la tête de la CFDT depuis un an et demi, Laurent Berger devrait être reconduit dans ses fonctions lors du 48e congrès de la centrale syndicale début juin. Fervent défenseur du dialogue social, ce syndicaliste dans l’âme de 45 ans, nous parle du pacte de responsabilité qu’il a signé et de différentes questions d’actualité.

 

Quel est le rôle de la CFDT et ce qui la différencie des autres syndicats, notamment la CGT ?

Laurent Berger - C’est d’obtenir des avancées pour les salariés et défendre au mieux leurs intérêts, pour plus de justice dans la société. C’est vrai à tous les niveaux. Dans l’entreprise, où par exemple à Monoprix, les caissières bénéficient désormais de 9 000 chaises adaptées à leur travail et meilleures pour leur santé et, pour la mise en rayon, les salariés se servent de chariots qui se lèvent automatiquement, leur évitant de se baisser une centaine de fois par jour. C’est le fruit de l’action de la CFDT et du dialogue social. Dans les entreprises, il y a des milliers d’exemples de cette action utile aux salariés.

Au niveau national, nous obtenons aussi des résultats pour les salariés. C’est par exemple la complémentaire santé prise en charge au moins pour moitié par l’employeur ; l’encadrement des temps partiels imposés, pour faire reculer la précarité, ou encore le compte pénibilité, pour que les salariés aux métiers pénibles partent plus tôt à la retraite. Je souhaite que toutes ces avancées s’appliquent également dans l’agriculture.

Quant à nos différences avec les autres syndicats, je pense que s’opposer, c’est important, cela fait partie de tout rapport de force, mais ça ne suffit pas toujours pour obtenir des avancées concrètes. Je préfère être capable de dire : « Je signe » car j’ai obtenu des avancées pour les salariés – même si parfois j’aurais voulu davantage – que de ne rien obtenir du tout. Ce sont deux conceptions différentes de la démocratie sociale et de l’utilité des syndicats.

 

Pourquoi 70% des français ne font pas confiance aux syndicats ?

L.B. - Nous vivons une période de crise, de défiance. Toutes les institutions perdent la confiance des Français, les politiques bien plus que les syndicats. Avec les plans sociaux, la montée du chômage, des inégalités, comment pourrait-il en être autrement ? La meilleure manière de remonter dans l’estime des Français, c’est de montrer que nous sommes un acteur efficace dans la lutte contre le chômage, que nous prenons nos responsabilités. Et surtout, que nous obtenons des résultats.

 

Quel est votre sentiment sur les deux ans de François Hollande à la tête de l’Etat, et le retournement économique qu’il promet ?

L.B. - Ce sont deux années qui ont été difficiles pour les salariés. Deux années de crises, de montée du chômage, d’absence de croissance. Mais cela a aussi été deux années de dialogue, d’accords importants (sur la Sécurisation de l’emploi, la formation, la qualité de vie au travail) qui préparent l’avenir et sécurisent davantage les salariés. Maintenant, il faut encore accentuer la mobilisation générale pour l’emploi, dont le pacte de responsabilité doit être une des composantes pour faire baisser le chômage. Chacun doit prendre ses responsabilités, assumer ses engagements, et que le patronat arrête de se plaindre car il y a urgence !

Sur le « retournement économique », je ne fais pas de pari ou d’incantation. Comme tout le monde, la CFDT veut que la situation économique s’améliore. Mais cela doit s’accompagner de progrès social. La croissance ne suffit pas, il faut s’intéresser à son contenu. C’est ce que nous appelons la croissance qualitative.

 

Qu’attendez-vous concrètement du pacte de responsabilité que la CFDT a signé ?

L.B. - Pour la CFDT, le Pacte de responsabilité doit favoriser une économie de la qualité, un autre modèle de développement, qui transforme notre modèle productif et vise le plein-emploi. Il y a deux enjeux : l’emploi et l’investissement. Il est temps d’accélérer les négociations dans les branches professionnelles ! Le pacte doit avoir des retombées concrètes en termes de formation, d’emploi, d’apprentissage, de recherche, de formation…

Il doit en être de même dans l’agriculture. Si les aides concernent également ce secteur, alors les contreparties aussi. Le pacte est l’occasion d’une remise à plat des exonérations dans l’agriculture et de les harmoniser avec les autres secteurs. Les exonérations de charges pour l’emploi de saisonniers favorisent la précarité.

 

Que pensez-vous du plan d’économies ?

L.B. - Le plan d’économies protège insuffisamment les plus pauvres. Les efforts doivent être mieux répartis et les plus riches doivent aussi y contribuer. La CFDT trouvait inacceptable le report d’un an des mesures du plan pauvreté et le gel des retraites inférieures à 1 200 euros. Nous avons été entendus sur ces deux points, mais pas sur le gel du point d’indice des fonctionnaires.

 

Quels sont les enjeux des élections européennes et vers quelle Europe souhaitez-vous aller ?

L.B. - La crise remet en cause les avancées permises par la construction européenne. Nous avons besoin d’une Europe plus sociale, qui ne mette pas les travailleurs en concurrence ; une Europe qui relève les défis d’avenir en engageant une nouvelle croissance. Enfin, une Europe plus démocratique qui donne plus de place aux citoyens dans les débats.

Il faut agir sur la question des salaires. Dans l’agriculture, ils varient fortement d’un pays à l’autre, nous demandons qu’il y ait des salaires minimum partout en Europe.

Pendant longtemps, les salariés ont perçu l’Europe comme synonyme de progrès, grâce à une harmonisation sociale par le haut, résultat d’un dialogue social en période de croissance. Mais l’effet de la crise, le chômage de masse, la baisse des revenus du travail dans les pays du sud de l’Europe, le recul de la négociation collective dans beaucoup de pays sont passés par là et ont fortement ébranlé cette perception. Nous devons donner des perspectives d’avenir à l’intégration européenne par un nouveau mode de développement économique incluant des objectifs sociaux. C’est le sens du plan d’investissement proposé par la Confédération européenne des syndicats, qui propose de mobiliser 2 % du PIB sur l’investissement économique et social.

 

Doit-on réduire le nombre de fonctionnaires et comment voyez-vous la réforme territoriale qui est promise ?

L.B. - L’action publique n’est pas qu’un coût, mais avant tout des services : écoles, hôpitaux, … Dans quel monde veut-on vivre ? Veut-on un monde sans services publics ? Certes, il faut réduire le déficit public. Mais nous avons besoin d’une réflexion globale sur les missions, avec les agents et les utilisateurs. Il faut avoir le courage de regarder quelles sont les priorités, plutôt que de passer des coups de rabot successifs. Et si des réformes sont nécessaires, elles ne peuvent plus affecter les fonctionnaires. Il vaut mieux faire des choix dans ce qui relève de l’État et ce qui n’en relève pas. La CFDT souhaite que l’on mette fin au mille-feuille territorial, avec pour objectif la qualité du service public.

 

Quelle est votre position sur la taxation des transactions financières ?

L.B. - Je suis pour une taxation des transactions financières ambitieuse, incluant la plupart des produits financiers dérivés. Ses recettes seraient orientées vers des projets de développement durable, dont une grande partie pour le développement des pays du Sud. Malheureusement, la position prise par dix pays européens le 6 mai – dont la France – est très limitée. Elle ne permet pas de faire contribuer la finance de manière significative. C’est une taxation des transactions financières au rabais. Nous voulons plus d’ambition !

 

Quel doit être le rôle de l’Etat dans le rachat d’une grande entreprise française par un groupe international, notamment pour Alstom ?

L.B. - L’État ne peut pas se désintéresser de la politique industrielle. Pour Alstom, l’enjeu est double : l’emploi et l’indépendance technologique en matière énergétique. Avec ces deux objectifs, la CFDT préfère des alliances avec d’autres groupes, plutôt que des rachats… Et que les représentants des salariés soient associés aux réflexions. Il n’y a pas d’avenir économique et social, sans un dialogue social renforcé. C’est vrai dans l’industrie, comme partout, notamment dans l’agriculture.

 

                                                                                 

Repères biographiques

Originaire de Guérande, Laurent Berger, dont la mère était auxiliaire de puériculture et le père ouvrier des chantiers navals de Loire-Atlantique, est marié et père de 3 enfants. Titulaire d’une maîtrise d’histoire, il enseigne quelques temps avant d’intégrer une association d’insertion pour les chômeurs, où il crée une section CFDT. Puis il rejoint l’union locale de la CFDT à Saint-Nazaire. Il gravit ensuite les échelons au plan régional puis national, avant d’être élu secrétaire général de la CFDT le 28 novembre 2012. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Culture, politique et photos
  • Culture, politique et photos
  • : Chroniques culturelles (Films, DVD, disques, livres), interviews politiques et sociétales, portraits de personnalités, photos
  • Contact

Profil

  • Michel Monsay
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien
  • Journaliste pigiste et photographe de reportage après avoir été comédien

Recherche

Catégories

Liens